Crowdfunding : mode d’emploi pour accéder au financement participatif

Le 20 novembre 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les évolutions réglementaires en cours et la multiplication des sites de crowdfunding compliquent les démarches des investisseurs et des porteurs de projets. Un travail de pédagogie et d’explication devient nécessaire. Steve FOGUE, co-fondateur avec 3 associés du site de financement PARTICEEP lancé en juin 2013 a répondu à nos questions.

Quels services une plateforme de financement participatif propose-t-elle ?

L’objectif des plateformes de crowdfunding est de fluidifier l’investissement, de raccourcir les délais des levées de fonds et d’ouvrir le panel d’investisseurs. Certaines ne font pas que de la mise en relation mais conseillent chaque porteur de projet sur sa stratégie de levée de fonds, sur la présentation de son business plan, sur la rédaction du pacte d’actionnaires. Et, pour sécuriser les investissements, elles analysent chaque projet.

Quelles sont les modalités du crowdfunding pour les porteurs de projets ?

Le porteur de projet qui s’adresse à Particeep doit compléter un document de quatre à cinq pages – « le Crowdpaper » – pour présenter l’entreprise et le projet aux investisseurs. Parallèlement, un cercle d’experts va réaliser un audit complet (analyse financière, valorisation, évaluation des risques, étude de l’équipe et du business plan, ...).

Dans le cas d’une conclusion positive, la levée de fonds va alors pouvoir être lancée. Il se sera déroulé 3 semaines entre l’arrivée du projet et l’accord pour lancer la levée de fonds. A la clôture de la levée (30 à 60 jours) et en cas de succès, les fonds collectés par notre partenaire bancaire peuvent alors être crédités sur le compte d’exploitation de l’entreprise.

Les frais pour le porteur de projet sont de 800 € pour le référencement et la mise en ligne (« Crowdpaper » inclus) et de 5% HT du montant de  la levée de fonds.

A noter également qu'une délégation de gestion pour Particeep figurera dans le pacte d’actionnaires.

Et pour les investisseurs ?

Les investisseurs sont précisément identifiés. Sur notre site, ils doivent compléter  leur ‘profil investisseur’. Ils peuvent  s’impliquer au-delà de l’apport de fonds, en candidatant au cercle des experts, voire en rencontrant des entrepreneurs.

Ils ont bien sûr accès aux informations contenues dans  le « Crowdpaper » et à  l’avis des experts. L’investisseur peut alors en connaissance de cause décider d’investir dans un ou plusieurs projets. Mais attention, ce type de placement ne bénéficie d’aucune garantie.

L’investissement est gratuit pour les investisseurs. Des frais de 5% HT sont prélevés sur les plus-values réalisées à la sortie. Ce modèle incitatif basé sur le succès est un gage de qualité des entreprises présentées.

Comment s’y retrouver dans l’offre de financement participatif actuelle ?

On constate actuellement que l’offre s’étoffe, avec un risque de décrédibiliser la profession. BPI France a commencé à fédérer les offreurs, mais l’effort est à poursuivre notamment en diffusant plus d’information et en la clarifiant.

Pour l’entrepreneur comme pour l’investisseur, il est intéressant de vérifier que la plateforme valide les projets. L’analyse par un comité expert a pour effet de crédibiliser le projet. En parallèle, il est impératif de choisir une plateforme accréditée par l’AMF et BPI France.

 

La raréfaction des financements bancaires « classiques » et l’augmentation des stocks d’épargne favorisent l’essor du financement participatif. Pour trouver le bon partenaire, comparez leurs offres de services.

Les derniers entretiens

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15 avril 2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

La douane, mon partenaire à l’international

Le 12 novembre 2015

Interview croisée de Martine Huitema, Responsable Import-Export chez Canon Bretagne et Virginie Tillet, Chef du Pôle Action Economique à la Direction Régionale des Douanes, qui mettent en avant les bénéfices du dialogue entre l’industriel et les services de la douane.

Kiosk to invest : lever des fonds en capital grâce au crowdfunding

Le 29 juin 2015

Kiosk to invest est une plateforme de crowdfunding spécialisée en capital. Elle met en relation des investisseurs privés et des entreprises en forte croissance souhaitant lever des fonds et ouvrir leur capital. Françoise Montiège, responsable Kiosk to invest pour la CCI Rennes nous présente ce nouvel outil de financement participatif.

A lire également

Kiosk to invest : lever des fonds en capital grâce au crowdfunding

Le 29/06/2015

Kiosk to invest est une plateforme de crowdfunding spécialisée en capital. Elle met en relation des investisseurs privés et des entreprises en forte croissance souhaitant lever des fonds et ouvrir leur capital. Françoise Montiège, responsable Kiosk to invest pour la CCI Rennes nous présente ce nouvel outil de financement participatif.

Aide à la réindustrialisation : un appel à projet cible les PME

Le 22/05/2015

L'aide à la réindustrialisation (ARI) s'ouvre aux PME et concerne désormais l'ensemble du territoire. L'objectif est d' accompagner financièrement une sélection de projets de PME qui investissent dans leur outil de production et créent des emplois. Un appel à projet a été publié en avril dernier et sera clôturé le 31 décembre 2015.

Green morning "Transition énergétique" : Energie et IAA, retour sur cette conférence

Le 12/09/2014

Une matinée thématique sur les économies d'énergie dans les industries agroalimentaires, s'est tenue le 11 septembre 2014 à la CCI Rennes. Un temps fort pour revenir sur un contexte délicat pour les entreprises et la nécessité de trouver des solutions pour faire face au renchérissement de l'énergie. Découvrez cet évènement !