Un kouign Amann salé au sel d’algues Japonais ! le "made in Bretagne" prend le large...

Le 23 octobre 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Sortie de produit remarquée au Japon en mai 2013, le kouign Amann salé au sel d’algues. Le "Made in France" confirme nettement son internationalisation…

   

 

Commercialisé en GMS au rayon boulangerie à température ambiante, la recette traditionnelle du kouign Amann a été enrichie de sel d’algues et de sucre Hanami* pour lui donner des airs Japonisants et une double saveur sucré/salé très affirmée.

 

Liste des ingrédients (sur le paquet) : Farine, sucre (Hanami sugar (92%)),beurre, margarine, œufs, levure de boulangerie, poudre de lait entier, sel (sel d’algues 57%),arômes, colorant : carotène, antioxidant (vitamine E)

 

Le pays du soleil levant ne limite pas sa consommation aux sushis, nouilles, makis et tempuras, mais revendique son attachement aux pâtisseries et confiseries raffinées qui accompagnent le cérémonial du thé. Les Japonais sont à ce titre très friands des viennoiseries et pâtisseries typiquement françaises, bénéficiant d’une image de finesse, de goût et de qualité.

 

Reconnue, la boulangerie / pâtisserie française s'exporte dans le monde entier 

Pour beaucoup d’étrangers, la France est représentée par sa gastronomie et ses grands chefs. La boulangerie et la pâtisserie profitent ce cet engouement pour l’art culinaire à la française. Elles sont les dignes représentantes d’un certain savoir-faire et le fruit d’une longue tradition.

Par ailleurs, en cette période d’inquiétudes sur la sécurité alimentaire, c’est la réputation de sérieux et de qualité des produits français qui fait la différence.

La créativité des chefs développée ces dernières années font d’eux des ambassadeurs prestigieux, accentuant encore les lettres de noblesse de la pâtisserie et boulangerie traditionnelles à la française. A ce titre, on ne présente plus Pierre Hermé, star des pâtissiers, adulé au Japon.

Les enseignes Françaises connaissent elles aussi un franc succès partout dans le monde. Prenons l’exemple du groupe Holder qui a multiplié les enseignes Paul et Ladurée dans 24 pays. Le groupe Le Duff a lui aussi investi dans une usine à Dubaï, en prévision de l’ouverture de plus de 50 franchises Brioche Dorée dans la région.

 

Des produits à la hauteur des marquants de l’identité française

 

Les produits qui convoitent ces marchés n'ont pas le droit à l'erreur et doivent revêtir les marquants de l’identité française telle que les étrangers la conçoivent ou ont pu l’apprécier lors de séjours en France. Envisager des variantes et adaptations aux goûts locaux est néanmoins parfois nécessaire pour réussir. C’est le parti pris par ce "kouign Japan", qui, tout en conservant sa touche et le savoir faire français, apporte des signes et des symboles chers aux Japonais.

 

made in bretagneLes spécialités régionales françaises ont sans aucun doute encore de très belles cartes à jouer… Mais jusqu’où ira l’internationalisation du "Made in France" ?

 

 

* "Hanami" correspond à la très courte période de floraison des "sakuras" (fleurs de cerisiers) au Japon, rituel de beauté national et temps de réjouissance sacré, très attendu par les japonais.

A lire également

Créer un instant de consommation : Pocket, l’encas nomade en version salée de Daunat

Le 13/10/2014

Interdit de grignoter entre les repas ? Daunat lance un mini sandwich sur le principe « pratique, rassasiant, déculpabilisant » à la façon des spécialités laitières concentrées en protéines de Danone ou de Yoplait. Un encas salé qui se conserve hors frais… Un nouveau segment serait en train d’émerger au rayon traiteur ?

L'Académie du Goût : le meilleur de la gastronomie en ligne

Le 10/10/2014

Depuis juin 2014, le chef Alain Ducasse et Webedia ont lancé un site internet d'un nouveau genre : l'Académie du Goût. Véritable encyclopédie culinaire, cette plateforme a pour vocation de rassembler bon nombre d'informations liées au monde de la cuisine. Le plaisir culinaire continue de croître et demeure bien plus qu'une mode de passage.

Enquête IFOP : Critères d’achat de la viande et attentes consommateurs à l’égard du rayon boucherie.

Le 05/09/2014

Selon une étude IFOP présentée pour le SNIV-SNCP, le prix de la viande ne constitue pas le premier critère de choix. 90 % des Français orientent leur choix en fonction de ”la couleur, l’aspect de la viande”, critère devançant ”la mention de l’origine française” (79 %). ”Le prix le plus bas” n’intervient qu’en 3ème position (54 %).