Le Supply Chain Manager au coeur d'une chaîne étendue et collaborative

Le 23 octobre 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Acteur clé pour percevoir les signaux faibles d’un environnement complexe et turbulent, le Supply Chain Manager voit plus loin et plus large pour appréhender au mieux les contraintes, et en faire des opportunités pour l’entreprise. Il est aujourd’hui un acteur stratégique indispensable à l’entreprise étendue.

Laurent GREGOIRE, Directeur, Customer Business Solutions, SCA Consumer Goods Europe et Animateur du Think Tank Supply Chain de l’Association des Centraliens nous a fait partager sa vision sur l’avenir de la Supply Chain lors de sa conférence jeudi 26 septembre 2013 dans le cadre des Rencontres du Cluster Bretagne Supply Chain. 
 

Le Triptyque 3M du Supply Chain Manager

Pilier central de l’entreprise, le supply chain manager est avant tout :

Modélisateur : il pilote et optimise les flux physiques, financiers, d’informations. Il les rend visibles et donne une vision globale de l’entreprise en réduisant ainsi les incertitudes. En standardisant et en automatisant les processus, il dégage du temps à l’aide à la décision.

Médiateur : il sert d’interface avec tous les acteurs internes et externes. Une main de fer dans un gant de velours, il recherche les compromis. Il coordonne tous les maillons de la chaîne logistique.

Missionnaire : force de proposition et de cohésion dans une démarche de création de valeur,il communique sur les intérêts globaux et fédère. Il encourage et diffuse la culture de la Qualité Totale.

C’est la colonne vertébrale de l’entreprise qui apporte à la fois souplesse et rigueur. 

Sa vision s’allonge et s’élargit

Au-delà de l’optimisation des coûts et de la maîtrise des processus, le supply chain manager doit faire face à un environnement instable et complexe caractérisé par :

  • La mondialisation des échanges avec l’interdépendance des économies des différents pays, la délocalisation, les risques géo-politiques, la fluctuation du marché des matières premières, l’instabilité monétaire.
  • L’évolution de la distribution vers le commerce en ligne (e-commerce, drive) et le développement du m-commerce (m comme mobile ; le commerce en ligne pour les technologies sans fil tels les smartphones et tablettes) avec trois mots d’ordre : rapidité, simplicité, sécurité.
  • Le renouvellement rapide des produits et services, un cycle de vie plus court avec l’intégration d’une économie circulaire
  • La demande volatile et exigeante des clients
  • La multiplication des interfaces
  • La pression réglementaire

L’entreprise, fragilisée et concurrencée, est amenée à repenser son modèle d’organisation en se recentrant sur son cœur de métier et par conséquent en externalisant les activités connexes.

L’entreprise devient de plus en plus étendue avec une organisation globale et transversale intégrant les acteurs externes.

Le responsable logistique doit donc voir :

Plus loin : il doit savoir prendre suffisamment de hauteur pour avoir une vision globale de son environnement et focaliser sur tout signal faible pour anticiper et agir.

Plus large : Il étend son périmètre d’action à la conception, à la planification, à l’approvisionnement, au cycle de vie du produit ; une vision panoramique du « fournisseur du fournisseur » jusqu’au client final. 

Il devient pilote du Processus S&OP

Par  la nécessité de maîtriser ses coûts et assurer une rentabilité, le processus S&OP (Sales & Operations Planning) s’installe progressivement dans les grandes entreprises notamment industrielles.

L’outil permet d’équilibrer la demande et la capacité à produire et à distribuer. Il est indispensable pour construire le budget, améliorer le taux de service, optimiser les stocks et la performance financière.

Sur la base d’une prévision des ventes (sur 3 ans en moyenne) et de planification des opérations, il permet d’identifier en avance les points critiques et ainsi anticiper les moyens nécessaires pour répondre au mieux à la demande à venir. Il débute à la prévision de vente et s’achève au recouvrement de la facture client. Il est régulièrement réajusté lors de réunions collaboratives.

C’est une véritable tour de contrôle de l’entreprise qui est le plus souvent confiée au supply chain manager.

Opérationnel, tactique et stratégique, il supervise non plus une logistique fragmentée mais une logistique systémique. Il coordonne et pilote tous les maillons d’une chaîne logistique globale et intégrée.

Laurent GREGOIRE nous confie qu’il manque aujourd’hui près de 30 000 prévisionnistes en France.

Le processus S&OP est en marche et commence à s’étendre à d’autres typologies d’entreprise (les services par exemple) mais aussi aux PME et TPE.  

Il fait émerger une Supply Chain Collaborative…

Pour transformer les contraintes en opportunités, le Supply chain manager va fédérer l’ensemble des acteurs présents sur sa chaîne, créant ainsi une Supply Chain collaborative.

En travaillant ensemble, on instaure une réactivité efficiente pour anticiper les difficultés, gérer les risques et devenir prospecteur des besoins latents sous des formes diverses : massification des flux, mutualisation des moyens, partage de l’information et des compétences, développement de nouveaux services.

En partageant valeurs et intérêts communs, on gère ensemble les risques et les bénéfices dans un objectif gagnant/gagnant.

Laurent Grégoire nous conforte sur le fait que la fonction supply chain est un atout majeur pour aujourd’hui et pour demain. Elle reste et restera un levier de performance indispensable et efficient.

A lire également

Logistique, transport, supply chain : la blockchain va changer votre métier !

Le 28/11/2016

La 1ère Conférence Nationale Blockchain et Supply Chain a eu lieu le 23 novembre : point de vue sur la manière dont cette nouvelle technologie va bouleverser en profondeur la performance et les métiers de la logistique, du transport et de la supply chain.

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15/04/2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

Le transport de marchandises « s’uberise », le marché se déstabilise

Le 18/02/2016

Quand le collaboratif devient marchand, c’est l’uberisation. Et cette vague de transformation numérique (BlablaCar, Air B&B, etc.) atteint aussi le secteur du transport de marchandises : comment ? Pourquoi ? Que faire ?