Salon de Francfort : état des lieux du service d'autopartage Car2go

Le 18 octobre 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Car2go est une filiale d’autopartage de Daimler Financial Services avec des Smart Fortwo essence et électrique (25% de la flotte environ). 8.800 voitures sont en circulation dans 4 pays en Europe (Allemagne, Autriche, Pays-Bas et Italie), au Canada et aux Etats-Unis, 24 villes et compte plus de 500.000 adhérents.

Les voitures sont équipées en fin d’assemblage pour les fonctionnalités d’autopartage. 
Pour ce qui est des véhicules électriques, une autonomie de 120 à 140 km est annoncée. Car2go n’a pas son propre réseau de recharge. La charge se fait sur le réseau public soit par les services techniques, soit par l’usager auquel on crédite un bonus de 15 minutes supplémentaires si la voiture avait un taux de charge inférieur ou égal à 30% lors de sa prise en charge. Dans les villes où Car2go est implanté avec des véhicules électriques, la société a un accord avec la municipalité ou avec les fournisseurs d’énergie local pour que la recharge leur soit directement refacturée.

La prise en charge et le retour des véhicules se fait dans un périmètre géographique délimité.
La voiture peut être réservée seulement 30 minutes à l’avance ou être prise au moment du besoin. Il n’y a pas de station, on prend le véhicule là où il est localisé sur le site internet/l’application mobile et on le retourne où on le souhaite, sur un stationnement autorisé, bien évidemment. C’est le « free float », contrairement au concept BlueCar (AutoLib) qui est de retourner les véhicules à une station.

Lorsque Car2go démarre dans une ville, c’est en général avec une flotte de 300 voitures. Ensuite, ils augmentent en fonction du succès, le nombre de véhicules et/ou le périmètre géographique. 

Tarifs : 19€ pour l’inscription. 0,29€/minutes. Carte spéciale au moment de l’inscription (RFID)

A lire également

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.