Les Régions Allemandes investissant massivement dans la mobilité

Le 18 octobre 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Plusieurs grandes Régions Allemandes sont présentes sur le salon et mettent en valeur leurs programmes de soutien à la mobilité et l’électro-mobilité.

Afin de coordonner un programme national sur l’électromobilité, 4 grandes régions ont été désignées par le gouvernement fédéral dont 3 à proximité des sièges des 3 constructeurs (VW, Daimler, et BMW) et une 4ème à Berlin. Chacune des Régions dispose d’un cofinancement de l’Etat Allemand, des collectivités locales et des industriels présents dans le programme.

Berlin is Going Electric

“Berlin is Going Electric” est le programme pour le développement l’électromobilité de Berlin-Brandenbourg. L’objectif global du gouvernement allemand est de 1 million de véhicules électriques.

Berlin électriqueMalgré le retard constaté dans les ventes, Angela Merkel, présente au salon, a réaffirmé cet objectif grâce notamment à la multiplication de l’offre des constructeurs allemands visibles au salon. Dans le dispositif global allemand, Berlin est la grande métropole, disposant d’un fort tissu universitaire, d’une offre importante de carsharing et d’une proximité avec les acteurs politiques. Par ailleurs, Brandenbourg est une région ou l’éolien est très développé et constitue donc une région intéressante pour le développement des smartgrid.

L’ambition du programme de Berlin n’est rien de moins que de faire de Berlin la capitale Européenne de l’électromobilité et une vitrine pour l’Allemagne. Le programme eMO de Berlin prévu sur la période 2013-2015 regroupe 20 projets principaux et un budget total de 100 M€ financé à hauteur de 40 % par l’Etat, 20 % par Berlin et 40 % par les partenaires industriels. Parmi les programmes présentés :

• Le développement par Bosch et Siemens d’une plateforme multimodale regroupant le carsharing, le métro, le bus, le vélib, les parkings, les bornes de recharges… grâce à l’open data et une plateforme unique regroupant l’ensemble des données (projet open mobility Berlin).
• Le développement d’un service de recharge utilisant le réseau existant d’éclairage (lampadaires). Un câble de recharge spécifique embarquant l’intelligence est utilisé par l’usager évitant des modification du réseau d’éclairage (Ubitricity)
• L’expérimentation de camions poubelles électriques
• La production d’hydrogène à partir d’énergies renouvelables (Total)
• Le développement d’infrastructures de recharges alliant plusieurs solutions de paiement (RWE)

eMobilitat in Hessen

Rhein-Main est une des 8 Régions modèles de l’électromobilité en Allemagne. Le programme soutient également plusieurs projets financés à 50% par le ministère du transport et 50 % par les partenaires. Parmi les programmes :

• eMoma qui concerne le management de la recharge en particulier le traitement des problématiques juridiques et fiscales
• Leben in Westen, proposant sous un modèle de franchise le développement de kiosques pour la mobilité électrique
• eMio qui concerne à Offenbach, une banlieue de Hessen, le développement d’une offre d’autopartage mixte entre particuliers et professionnels.
• Free qui concerne une offre de mobilité en lien avec les hôtels
• E-Fleet, le projet de R&D le plus important d’une hauteur de 16M€. Il concerne l’électrification des tous les usages terrestres de l’aéroport de Francfort, un des plus gros aéroport Européen.

A lire également

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.