Wearable technology : Une tendance, et de plus en plus d'applications en santé

Le 30 septembre 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Alors que les annonces de mise sur le marché de montres connectées battent leur plein sur le secteur high-tech, c'est en réalité un nouveau segment de marché qui fait son apparition : les "wearable technology", ou encore la "technologie portée sur soi". Un marché qui devrait peser plus de 10 milliards de dollars en 2016.

 

De la Galaxy Gear de Samsung aux Google Glass, les équipements numériques portés par la personne se démocratisent et se multiplient.


Les poignets et les yeux connectés...

Plus de 5 millions de montres connectées seront vendues à travers le monde d'ici la fin de l'année 2014 et plus de 500.000 d'ici fin 2013, selon le cabinet d'études Canalys. Galaxy Gear de Samsung (lancée le 4 septembre dernier à l'IFA de Berlin), iWatch d'Apple (dont l'existence et la date de sortie sont encore floues) ou encore SmartWatch2 de Sony (très prochainement disponible, elle sera même offerte pour l'achat d'un smartphone Xperia). Le marché des "smart watch" fait beaucoup parler de lui en ce moment et les géants de l'industrie high-tech accélèrent tous leurs développements pour sortir leur premier ou nouveau modèle sur le marché.

Il s'agit pourtant d'un marché qui n'a jamais vraiment décollé jusque là. Le modèle "Paparazzi" de Swatch en partenariat avec Microsoft, lancé dès 2004, n'a jamais rencontré son public. La situation est cependant différente aujourd'hui : les technologies sont arrivées à maturité, ce nouveau marché est aujourd'hui porté par les acteurs du numérique eux-mêmes et non par les fabricants de montres...

Nissan Nismo SwatchSi aujourd'hui ces premiers modèles permettent essentiellement de communiquer avec le smartphone sur des fonctionnalités "de base" (visualisation d'un appel entrant, lecture des mails, SMS, Tweets, ...), les prochains modèles vont très rapidement surfer sur la vague du Quantified Self (voir notre article sur le sujet) et intégrer des capteurs d'actimétrie et physiologiques (mesure de son activité physique, rythme cardiaque, température corporelle, ...). Les applications de santé appuyées sur ces nouvelles montres arriveront dans différents secteurs, c'est le cas par exemple de l'automobile, où la Nissan Nismo Swatch prévoit d'analyser la bonne santé du conducteur, ou de la Silver Economy, où ces nouvelles montres présentent un beau potentiel dans le domaine de la téléassistance.

Les Google Glass, que l'on ne présente plus, ont défrayé la chronique depuis le début de l'année. Ces lunettes pourvues de mini-écrans, d'une caméra intégrée, d'un micro, d'un pavé tactile sur l'une des branches et qui est connectée à internet par Wi-Fi ou Bluetooth, se pilotent au doigt (pour faire défiler les menus sur les branches) et à la voix. Celles-ci arrivent aujourd'hui peu à peu dans les mains des bêta-testeurs mais aussi des développeurs d'applications, qui vont pouvoir imaginer et créer des usages applicatifs à ce nouveau support qui va permettre d'exploiter pleinement le potentiel de la réalité augmentée.

Nous vivons donc aujourd'hui une nouvelle ère où l'on invente et où l'on commercialise de nouveaux supports connectés portés par la personne, là où jusque là, ce sont principalement nos mains qui interagissaient avec les interfaces (ordinateurs, tablettes, GPS, téléphones). Un nouvel environnement favorable aux applications de santé : contact permanent avec le corps, discrétion et non-stigmatisation d'une certaine fragilité (alors que le côté stigmatisant des bracelets de téléassistance est un frein majeur), voire même objet ou accessoire tendance permettant de joindre "le vital à l'agréable" !

 

Où en sont les vêtements intelligents ?

Il y a déjà plusieurs années également que l'on évoque les vêtements intelligents ou encore le e-textile. C'est cependant seulement depuis 2012 que les premiers projets et produits ont réellement aboutis, sont fonctionnels et commercialisables.

Les usages peuvent être perçus dans ceratins cas comme relevant du gadget, comme pour ce pantalon "Beauty and the Geek" équipé d'un clavier, d'enceintes et d'une souris pour contrôler à distance son ordinateur à tout moment", sans contrainte... Là encore, la santé ou la forme vient donner tout son sens à ces innovations technologiques. C'est le cas de l'entreprise OMsignal de Montréal avec son "e-t-shirt" qui surveille le pouls et la respiration du sportif par exemple.

Les textiles innovants étaient d'ailleurs le sujet d'une exposition (Futurotextiles) qui s'est déroulée de février à juillet 2013 à la Cité des Sciences et de l'Industrie, et mettant en avant de nombreuses applications médicales. Si beaucoup de solutions sont encore en cours de développement, nous arrivons dès maintenant dans la réalité d'applications et d'usages de ces solutions.

 

Un potentiel de marché pour les PME

Contrairement à d'autres secteurs de l'industrie de haute technologie, celui des wearable technologies reste encore vaste à explorer, et le potentiel d'innovation est important pour les PME, tant sur le hardware que dans les applications à mettre au point. Même si tous les acteurs majeurs du secteur y sont maintenant tous positionnés, nul doute que les PME puissent tirer leur épingle du jeu, en particulier sur les applications.

Pour exemple dans le domaine des smart watch, la société américaine Kreyos a fait parler d'elle cet été en annonçant la volonté de mettre sur le marché toute une gamme de montres connectée sous la marque "Meteor". Pour cela, la société a d'ailleurs utilisé le "crowfunding" (financement participatif : voir notre article sur le sujet), en présentant son projet sur Indiegogo et est aujourd'hui à 1,5 million de dollars de fonds récoltés. Cette montre présente la particularité d'être compatible iOS, Android et Windows Phone 8. Elle devrait être disponible en Novembre prochain dans les magasins.

 

L’entreprise américaine Gartner estime que l’industrie de la "wearable technology" représentera un marché de 10 milliards de dollars en 2016, avec la santé et le fitness en moteurs des ventes. Selon une étude de IMS Research, les objets liés au "quantified-self" représenteraient 60 % des achats de "wearables" pour cette année. Pour des PME technologiques, ce peut être une opportunité de développer des applications ou des produits pour des usages spécifiques, en complément des marchés de masse qui sont visés par les grands acteurs de la high-tech.

A lire également

Bilan projets TecSan de l'ANR

Technologies pour la Santé et l’Autonomie : Bilan des projets TecSan 2009-2013

Le 30/08/2013

Le programme TecSAN soutient depuis 2009 des projets de recherche collaborative sur des technologies pour l'autonomie ou la santé. Le bilan des projets menés permet de percevoir les défis et les progrès technologiques réalisés dans ces domaines.

Quand le corps communique avec un smartphone

Le 29/08/2013

Motorola collabore avec plusieurs start-ups américaines sur des solutions d’authentification qui pourraient demain remplacer les mots de passe. Ces dispositifs innovants offrent également des perspectives dans la m-santé.

CES 2013 : présence remarquée des acteurs de la santé

Le 27/02/2013

Le Consumer Electronics Show 2013 qui s'est tenu début janvier à Las Vegas a levé le voile sur les innovations qui pourraient demain changer notre quotidien. Dans le domaine de la santé et du bien-être, la révolution numérique s'accélère avec de nouveaux produits qui s'adressent aussi bien aux particuliers qu'aux professionnels.