L’innovation par l’usage : quand tradition et terroir se marient avec modernité.

Le 26 septembre 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Réussir à concilier « attentes consommateur - évolutions technologiques » et « terroir - culture alimentaire » peut paraître un challenge difficile à relever. Les AOP, symboles de tradition et d’authenticité, ont relevé le défi en adaptant leur communication et en multipliant les recettes pour entrer dans le quotidien.

La Fourme d’Ambert, un positionnement en cuisine en adéquation avec l’évolution des attentes consommateurs.

Si modernité rime rarement avec authenticité, certaines AOP -la Fourme d’Ambert en particulier- ont réussi à marier ces deux notions à priori antinomiques.

Dans un marché des "bleus AOP" en perte de vitesse entre 2000 et 2010, le Syndicat Interprofessionnel de la fourme d’Ambert (SIFAm) a cherché à rajeunir la cible, à développer la notoriété de ce fromage et à en valoriser les nouveaux moments de consommation : apéritif, repas, dessert/fromage.

 

Des efforts tout particuliers ont été réalisés en matière de communication. Les budgets ont été renforcés afin de mener diverses actions :

  • Refonte graphique du site et création de  liens avec des sites de cuisine tels Marmiton ou Cuisine AZ.
  • Conception d’une campagne "Fourme d’Ambert, l’invitation au voyage des saveurs" mettant en avant trois personnages féminins. Chaque personnage symbolise une culture et présente les possibilités offertes par la Fourme d’Ambert lors des 3 moments de consommation.

 

Les nouveaux usages poussent la tradition et la modernité à cohabiter

Dans la mouvance des nouveaux modes de consommation, les industriels sont confrontés à une double exigence : celle de consolider l’attachement à des valeurs traditionnelles tout en veillant à l’intégration des notions de progrès et de modernité, s’attachant essentiellement aux nouveaux usages.

Ainsi, si les aspects "traditionnel", "terroir", "comme à la maison" rassurent et séduisent le consommateur, ce dernier n’en demeure pas moins curieux et désireux de vivre des expériences nouvelles : il voyage, le brassage culturel est de mise dans son environnement, la morosité économique lui donne des envies d’ailleurs. Il est également pressé, mange sur le pouce et est adepte des nouvelles convivialités type brunch ou apéro dinatoire. Ainsi, pour satisfaire ce nouveau consommateur "prince du paradoxe assumé", les marques peuvent (doivent ?) concilier l'inconciliable...

Si des produits estampillés tradition tels les fromages AOP sont parvenus à marier les univers "terroir" et "modernité" en travaillant sur les usages, la démarche pourrait être dupliquée et ouvrir la voie à des innovations sur d’autres catégories de produits...

A lire également

Free-from : ces marques alimentaires qui prônent le "non".

Le 21/02/2017

Portés par les attentes de santé et de naturalité, les produits "sans" continuent de remporter les faveurs des consommateurs. Et les marques se positionnent de manière de plus en plus affirmée sur le segment, revendiquant un "Non" assumé. Illustration par deux exemples : les biscuits apéritifs "Say Yes to No" et les eaux aromatisées "No&More".

Facilité de préparation : pizza, croque-monsieur et sandwichs au grille-pain.

Le 13/02/2017

Praticité, simplicité, gain de temps, les consommateurs sont à la recherche de solutions pour optimiser la préparation des repas. Après le développement d’emballages permettant une cuisson directe au micro-onde puis la vague des produits à poêler, serait-ce au tour du grille-pain d’évincer nos batteries de cuisine ?

Food Hacking : finie la néophobie alimentaire, vive les expérimentateurs

Le 08/02/2017

Nouvelle manière d’envisager notre alimentation, à la croisée des expérimentations scientifiques et des nouvelles technologies, au service de nouvelles saveurs ou d’avantages nutritionnels, le food hacking bouscule nos usages et nous propose un avenir alimentaire riche d’expériences gustatives innovantes.