Les insectes passent à table pour satisfaire un consommateur plus curieux et aventureux…

Le 23 septembre 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
L’entomophagie* s’est imposée naturellement dans de nombreuses civilisations en raison du manque de disponibilité de la viande. En Europe, un blocage culturel et juridique persiste. Les consommateurs plus téméraires, sont ouverts à la découverte de nouvelles protéines, mais l'offre se développe encore aujourd’hui à une micro-échelle.

 

La consommation d’insectes, soutenue par la FAO**, dispose de solides arguments de vente

 

1400 espèces d’insectes et de vers sont consommées par l’homme dans près de 90 pays en Afrique, Amérique latine et Asie. Pour beaucoup d’Européens, manger des insectes au cours d’un repas est encore considéré comme dérangeant ou digne d’une émission de téléréalité. Les insectes comestibles disposent pourtant de nombreux atouts :

  • Naturellement riches en proteines, ils possèdent d’excellentes qualités nutritionnelles
  • La production d’insectes est durable en raison de son faible impact environnemental
  • Ils luttent contre la faim dans le monde en offrant une solution d’abondance pour nourrir 9 milliards d’individus d’ici 2050 dans un contexte de recul de la superficie des terres agricoles et de volatilité des matières premières
  • Ils sont une alternative efficace aux productions animales traditionnelles
  • Les risques sanitaires sont très limités. Ils constituent donc une source plus sûre de nourriture

A ce titre, la FAO espère accélérer le mouvement pour sérieusement développer l’élevage à grande échelle de ces éléments nutritionnels surabondants.

 

Des macarons aux grillons ? des larves en tapenade ? Les initiatives qui osent déjà mettre les insectes à l’honneur fleurissent…

 

 

  • jimini's logoJimini’s parie sur la consommation d’insectes à croquer pour l’apéro

 

jimini's gammeStart’up Française, Jimini’s développe la première gamme d’insectes apéritifs assaisonnés et prêts à manger. Les co-fondateurs, Clément et Bastien, comptent introduire la consommation d’insectes de façon positive et décomplexée sur le moment de l’apéritif. Ils ont fait le choix de ne sélectionner que 2 espèces comestibles : les ténébrions molitors (vers de farine) et les criquets pour leurs qualités gustatives et la simplicité de leur élevage. Ils proviennent d’élevages 100% Européens, apportant un gage de traçabilité et de qualité optimale des produits.

Jimini’s lance actuellement un appel ouvert par une opération de  crowdfunding (campagne de financement participative) pour encourager les plus curieux à être les premiers à participer à l’aventure : http://reservoirfunds.com/projet/jiminis

 

  • Le Resto-bus à Montréal affiche une forte volonté durable

 

resto bus croquisUne initiative originale de la ville de Montréal au Québec interpelle sur la possibilité d’inclure la notion de durabilité dans toutes les étapes de la vie d’un produit à base de protéine animale, de sa production à sa consommation. Les insectes comestibles pourraient bien représenter le premier exemple concret dans la mesure où les émissions de gaz à effet de serre et la consommation d’eau des élevages d’insectes est très faible comparée à celle des élevages de viande traditionnelle.

Le restaurant propose des insectes intégrés à des desserts, des salades aux larves de ténébrions avec des plantes exotiques inhabituelles.

 

  • Bar à insectes éphémère à Londres

 

pop up restaurant hamburger versL'entreprise britannique Rentokil Pest Control, une entreprise de dératisation et de désinsectisation plutôt habituée à chasser les petites bêtes, a décidée de leur rendre un hommage le temps d’une journée dans un « pop-up » restaurant à Londres cet été. Les clients sont venus nombreux pour goûter au wasabi aux fourmis ou encore des criquets au vinaigre et au sel et des hamburgers aux vers grillés.

 

 

 

  •  The Eat-A-Bug Cookbook, le livre de recettes aux insectes de Davis George Gordon

 

eat a bug brochettes sauterellesAu sommaire, 40 façons de cuisiner les grillons, les araignées, les mille-pattes, les sauterelles, les fourmis… Au menu, des plats étonnements alléchants : curry d'insectes, fondue au chocolat, brochettes aux sauterelles, poivrons et oignons, cookies aux larves et au chocolat blanc… Ce livre insiste sur le "bon" et le "beau" pour promouvoir la consommation d’insectes recommandée par la FAO.

The "bug chef", le chef des insectes, traverse également les Etats-Unis pour faire des démonstrations et des ateliers pédagogiques auprès des enfants.eat a bug sauterelle au chocolat

 

 

 

 

 

 

  • Le restaurant étoilé Aphrodite à Montpellier : un pionnier proposant des petites bêtes dans les assiettes

 

D’après David Faure, chef du restaurant : "La démarche s’inscrit dans un contexte global où nous nous projetons dans le futur, quand la planète ne pourra plus produire assez d’aliments traditionnels". Leur sélection du fournisseur s’est portée sur Micronutris, dans le sud de la France, qui nourrit ses insectes en bio. Ce choix de proximité permet au restaurateur de réduire son empreinte Carbonne et de garantir la traçabilité de ses produits.

 

Vers une arrivée progressive des insectes dans nos assiettes

 


L’engouement autour des nouvelles façons de se nourrir est fort, comme l’indique le ministère de l’Agriculture : "Dans les pays développés, et dans l’Union Européenne, la large couverture médiatique attribuée à ce sujet témoigne du fait qu’il devient de plus en plus envisageable de consommer des insectes". Les habitudes alimentaires évoluent progressivement. L’introduction de la consommation de poisson cru dans notre alimentation en est une parfaite illustration. Aujourd’hui, malgré de fortes réticences de départ, la consommation du sushi s’est en effet très largement démocratisée.

Pour autant, l’hétérogénéité juridique française inter-départementale concernant la commercialisation des insectes ne favorise absolument pas son déploiement à grande vitesse. La diffusion à l’échelle industrielle nécessite en effet une autorisation de mise sur le marché qui devrait arriver dans un futur proche…

L’engouement est palpable et la mise en place d’une offre autour des insectes prouve que les choses bougent… mais grillons et criquets ne sont pas encore prêt à être intégrés dans toutes les assiettes Françaises…

 

* Entomophagie : Consommation d'insectes par l'être humain

** FAO : Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture

A lire également

Si le végétal gagne du terrain, les Français restent attachés à la consommation de produits carnés. Les chiffres en faveur du flexitarisme…

Le 14/12/2017

En 2016, le Petit Robert intégrait dans ses pages le mot "vegan". En 2017, c'est le mot "flexitarisme" qui a fait son arrivée dans les dictionnaires de la langue française. Ce terme bénéficie ce jour d’une forte notoriété auprès des médias, sur les réseaux sociaux et, par conséquent, dans la stratégie des marques.

Naï-Cha : La nouvelle boisson végétale à base de thé "made in Breizh"

Le 21/11/2017

Naï-Cha, c’est une nouvelle boisson 100% végétale & gourmande "Made in Breizh". Elle est à la confluence de 5 tendances phares du moment : l’essor d'une offre "petit déjeuner" nomade, la dynamique des boissons à base de thé, l’attractivité des recettes ethniques et l’essor incontesté du bio et du végétal ! Voilà un avenir qui s'annonce prometteur…

A quel bio se fier ?... Vers un nouveau label bio plus crédible prenant en considération la segmentation du marché ?

Le 20/11/2017

En 2016, le marché du bio a bondi de 20%, atteignant 7 milliards d’euros, témoin d’une véritable confiance des Français envers l'AB... Néanmoins, les labels actuels ignorent la segmentation amorcée du niveau d’exigence des consommateurs et d’engagement des différents acteurs. Quel nouveau visage peut-il revêtir pour répondre à ces évolutions? [...]