Industries agrolimentaires: l'énergie comme enjeu de compétitivité

Le 23 septembre 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
3ème consommateur industriel d'énergie, l'agrolimentaire considère ce poste comme un véritable enjeu de compétitivité. Inégalement matures sur le sujet, les filières ont tout intérêt à économiser et valoriser l'énergie. Le potentiel des IAA, notamment sur la production de froid, est réel et déjà, de nombreuses initiatives se sont révélées payantes.

L'énergie, véritable enjeu pour le secteur


Premier secteur industriel français, le secteur agroalimentaire est également le troisième plus gourmand en énergie, après la chimie et la métallurgie. L'énergie pèse de 10 à 15 % du coût de production final pour une entreprise agroalimentaire, représentant même pour certaines le second poste de dépenses après l'achat et la transformation de matières premières.  L'augmentation des prix de l'énergie exerce ainsi une véritable pression sur leur rentabilité. A cela s'ajoute, la fiscalité environnementale et les pressions conjuguées des clients finaux et de la grande distribution.


Le secteur compte de nombreuses filières, qui ne sont pas toutes exposées de la même façon à l'enjeu énergétique. Les producteurs de lait, de sucre et les industries du travail des grains sont les plus énergivores. Viennent ensuite les secteurs de la viande et la fabrication d'aliments pour animaux.
Mais quel est le poids de cette consommation dans le compte de résultat ? Quelle maturité ont les industriels sur ce sujet ? C'est ce que se propose d'analyser Okavango energy, cabinet de conseil en efficacité énergétique, dans son enquête annuelle sur la maturité énergétique des IAA

Il en ressort que les industries laitières et sucrières abordent aujourd'hui des stratégies proactives de maîtrise de l'énergie. A l'opposé, les industries des produits élaborés ont négligé le poste énergétique pour se concentrer sur la croissance de l'activité. Quant au secteur de la viande, peu consommateur d'énergie relativement aux autres filières pour un CA élevé, il reste très sensible aux économies d'énergie car les marges dégagées dans le secteur sont très faibles. Sa consommation d'énergie, plus diffuse, mis à part la production de froid, la rend plus difficile à maitriser.


Instaurer l'efficacité énergétique : de l'intention à l'action

Selon cette même étude, 84% des industriels veulent maîtriser le coût de l'énergie, car ils le considèrent comme un enjeu de compétitivité. Mais seulement 11% ont une démarche structurée d'économies d'énergie.

L'écart entre les intentions et les actions d'économie énergétique se retrouve dans la perception qu'ont les chefs d'entreprise de l'efficacité énergétique : 64% d'entre eux pensent que cela nécessite des investissements qu'ils ne peuvent engager. Or les investissements d'optimisation de la consommation sont généralement amortis rapidement et le champ des solutions comporte de nombreuses actions à investissement nul ou faible : réduction des besoins énergétiques, reconfiguration des process, changement des comportements, optimisation de la logistique....

En Bretagne, Brialys, entreprise industrielle spécialisée dans la production de viennoiseries pré-emballées  (35),  a économisé l'énergie en régulant son four électrique. Tendriade, entreprise d'abattage et de transformation de viande de veau (35), a optimisé l'extinction de ses machines. Ces actions de rationalisation des installations sont efficaces quelques soit le secteur, en revanche deux postes impactent spécifiquement les industries agroalimentaires : la production de chaud et de froid.

 

Zoom sur la chaîne du froid

Parmi les postes de la facture énergétique, la maîtrise de la chaine du froid est une préoccupation de premier plan chez les industriels agroalimentaires.

Sans aucun investissement, des opérations immédiates peuvent générer un gain énergétique de 10 à 20%. Entretien, dégivrage, dimensionnement des installations, températures, procédés... sont des points à prendre en compte lors d'une réflexion sur les économies d'énergie.

Le vieillissement des installations mais aussi l'échéance 2014 pour la disparition des HCFC doivent être anticipés, de manière à engager dès maintenant  les meilleurs choix technologiques possibles.

Dans ces domaines, de nombreuses innovations technologiques sont à l'étude : froid magnétique, matériaux à changement de phase, froid propre localisé... En Bretagne, le Pôle Cristal a pour mission de faciliter l'accès des entreprises à ces innovations.

 

Valorisation des flux et déchets : l'énergie gratuite

3eme piste possible, après l'efficacité et la sobriété énergétique des industries : l'intégration énergétique. Il s'agit de valoriser l'énergie fatale et la matière pour alimenter l'usine ou chauffer des locaux.
Valoriser les flux thermiques existants dans une usine est une bonne manière d'économiser de l'énergie car cela sous-entend une vision globale du process, affirme Okavango energy.


Quelques exemples de valorisation des flux, de la matière et des déchets :

  • Le céréalier Soufflet a fait le choix d'installer sur son site de Nogent-sur-Seine une chaudière biomasse à base de poussières d'orge de brasserie. Le recours à ce biocombustible permet de réaliser 73 % d'économies sur le gaz naturel consommé par les deux malteries du site nogentais.
  • L'usine de conditionnement de fruits Boyer, située dans le Tarn-et-Garonne, a choisi de transformer les fruits gâtés ou non présentable en électricité grâce à une unité de biométhanisation.
  • La société ABC Industrie, spécialisée dans la fabrication de jambon cuit, s'est dotée d'un système de récupération d'énergie sur le groupe froid pour une économie de 5 à 10% d'énergie et un retour sur investissement de quatre ans.

Vous souhaitez gagnez en compétitivité en économisant l'énergie ? La « Visite énergie » est un premier outil de réflexion gratuit qui permet de mettre en relief le poids de l'énergie dans le fonctionnement de l'entreprise et d'identifier des actions d'économie d'énergie. ContactNathalie DELFOUR , Conseillère Entreprises « Environnement et Energie » 02 99 33 66 12

Crédits

© industrieblick - Fotolia.com

A lire également

Retrouvez l'atelier "Le territoire, levier de la transition écologique et énergétique

Le 10/09/2015

Le troisième atelier "transition énergétique" de l'année 2015 a eu lieu le 10 septembre 2015 à la CCI Rennes de 8H30 à 12H00.
regardez en différé la vidéo et retrouvez les présentations.

Territoires, facilitateurs de la transition écologique et énergétique des entreprises

Le 01/09/2015

Pour faire face au enjeux de la transition énergétique, chaque entreprise peut mettre en oeuvre des actions individuelles d'adaptation. S'intégrer dans une dynamique collective lui permet d'aller plus vite et plus loin. C'est l'objectif des collectivités qui développent des démarches territoriales.

Retrouvez les présentations de l'atelier " Autoconsommation/autoproduction" du 9 juillet 2015

Le 09/07/2015

L'atelier du 9 juillet 2015 a été l'occasion de présenter la question de l'autoconsommation et de l'autoproduction pour les entreprises.
Pourquoi est-il pertinent de s'intéresser à une démarche d'autoconsommation dans le cadre d'une démarche de performance énergétique globale ?