Témoignage du Crédit Agricole des Côtes d’Armor suite à l'acquisition de 13 véhicules électriques

Le 25 juillet 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Suite à un projet initié en 2012, le Crédit Agricole des Côtes d’Armor a récemment acquis 13 véhicules électriques. Sous forme de témoignage, découvrez les raisons à l'origine du projet et les usages prévus pour les véhicules.

Quand et pourquoi avez-vous décidé de vous équiper en véhicules électriques ?

Le projet, qui remonte à l’an dernier, s’inscrit dans le cadre de la démarche globale du Crédit Agricole des Côtes d’Armor en faveur de l’environnement : réduction des consommations énergétiques de ses agences de proximité, reconstruction du siège de Ploufragan selon les normes HQE ou installation de panneaux photovoltaïques sont quelques-unes des actions que nous avons déjà menées à bien dans ce domaine. L’acquisition récente de 13 véhicules « propres » est dans le droit fil de cette démarche, puisqu’elle va nous permettre de réduire de 17% les émissions carbone de notre parc automobile : notre choix s’est porté sur la « Zoé » - l’un des quatre véhicules de la gamme ZE déjà proposés par Renault -, une voiture du gabarit de la Clio, 100% électrique, produite et fabriquée en France, et disposant d’une autonomie de 150 à 200 kilomètres.

À quel usage ces nouveaux véhicules sont-ils destinés ?

Ils seront affectés aux déplacements professionnels de nos conseillers en assurance des professionnels : gravitant autour des grandes agglomérations du département, ces derniers effectuent en moyenne une centaine de kilomètres par jour, distance pour laquelle l’autonomie des « Zoé » est amplement suffisante. Testées par leurs futurs utilisateurs au cours d’une journée-découverte, elles se sont avérées robustes, fiables et très réactives : économes, car entièrement conçues autour de l’énergie électrique, elles nécessitent en outre moins d’entretien que les véhicules thermiques et permettent de « faire le plein » pour moins de deux euros, en moins de trois heures ; nous avons d’ailleurs prévu la mise en place de formations à l’éco-conduite, qui permettront aux salariés d’optimiser leurs performances au quotidien.

Le critère financier a-t-il été déterminant dans votre décision ?

Si les performances de ces véhicules sont inégalables en terme de coût au kilomètre, ce n’est pas la dimension financière qui a déterminé notre choix : notre volonté première reste d’encourager, par l’exemple, une démarche similaire de la part des entreprises et des particuliers. Nous mettons actuellement en place, à proximité de nos principales agences, 10 bornes de rechargement qui seront en accès libre et gratuit dès l’automne pour tous les conducteurs de véhicules électriques, qu’ils soient ou non nos clients. Il s’agit d’un investissement financier lourd pour l’entreprise, je tiens à saluer l’accompagnement financier du Conseil Régional de Bretagne. Mettre ces bornes à la disposition du public constitue pour nous un « geste » citoyen, qui pourrait achever de convaincre certains usagers, et qui contribuera concrètement à l’aménagement du territoire en Côtes d’Armor. …

A lire également

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

MétroMix : un marathon créatif pour penser et agir sur les mobilités [par inOut]

Le 27/10/2017

Du 17 au 19 novembre 2017, la maison des associations de Rennes vivra au rythme de Métromix, un marathon créatif sur le thème des mobilités. Richard de Logu et Norbert Friant nous expliquent la philosophie de cet événement qui vise à faire émerger de nouvelles solutions de mobilité et à les prototyper.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.