Culinary misfits met en scène les légumes monstrueux à Berlin

Le 09 septembre 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Culinary Misfits, initiative Berlinoise inédite en CHD, vous régale de consommés bio maison confectionnés à partir de légumes invendus et monstrueux destinés à être jetés...

 

 

 

La revanche des légumes mal aimés… On se les arrache à Berlin !

 

misfits berlin ceecee

Lea Brumsack et Tanja Krakowski sont scandalisées que l’on puisse jeter des légumes jugés trop hideux, troués, difformes ou mal calibrés pour profiter des étalages. Elles les rachètent directement aux producteurs pour les transformer en délicieux consommés équilibrés, bio, locaux, maisons… Un service traiteur ambulant à essayer dans les rues de Berlin.


Après 9 mois d'évènementiel et de recherches, le concept est un tel succès qu’elles viennent de passer à une étape supérieure. Elles annoncent l'ouverture de leur magasin Misfits (les "inadaptés" en Français) pour mettre chaque jour leurs mets à disposition de leur clientèle.

 


Une initiative "zéro-gaspillage" pour créer de la valeur ensemble : le "co-valuing"

 

anti gaspiLe gaspillage alimentaire s’est généralisé. On le retrouve à toutes les étapes de la chaîne alimentaire.

Près de 50% de la production européenne de fruits et légumes n'est pas vendue, finit aux ordures ou est donnée aux animaux... parce qu'elle est considérée inesthétique (source www.alimentation.gouv.fr). La lutte contre le gâchis alimentaire est un enjeu transversal majeur dont chacun partage la responsabilité. Cette initiative y fait face et encourage la prise de conscience collective de cette dérive sociétale. Le mouvement du "co-valuing" est en faveur d'une implication de chacun des acteurs de la chaîne pour créer de la valeur partagée.

 

 

Demain, le moche, le décalé et le bizarre deviendront des arguments de vente !

 
legumes tordusLes pays industrialisés exploitent trop peu les aliments avec des imperfections. Pourquoi ne pas prendre le contrepied de cette tendance en faveur des produits uniformisés, calibrés et liftés ?

Freak ("l'inhabituel", le "monstrueux" en français) c'est chic ! : un mouvement que les consommateurs semblent prêts à adopter... 

L’univers de la restauration est très souvent source d’inspiration pour l’innovation en GMS. Cette initiative montre que le défaut, l'imperfection et la laideur peuvent devenir de nouvelles marques de différenciation sur les futurs étalages de fruits et légumes.


Lors d'un précédent article paru dans thémavision, l’initiative relevée de la société " Tête de Pomme " pour encourager la consommation de fruits sur une cible enfant avait démontré l'intérêt d'une communication "fun" et ludique : Tête de Pomme : des pommes rigolotes pour nos bambins


Demain, le disgracieux, le "hors normes", le "moche"... poussé à son paroxysme pourrait constituer un vecteur de communication décalée pour revaloriser ces végétaux n'ayant pas réussi à passer le concours d'entrée.

A lire également

A quel bio se fier ?... Vers un nouveau label bio plus crédible prenant en considération la segmentation du marché ?

Le 20/11/2017

En 2016, le marché du bio a bondi de 20%, atteignant 7 milliards d’euros, témoin d’une véritable confiance des Français envers l'AB... Néanmoins, les labels actuels ignorent la segmentation amorcée du niveau d’exigence des consommateurs et d’engagement des différents acteurs. Quel nouveau visage peut-il revêtir pour répondre à ces évolutions? [...]

Memphis Meats parie sur les boulettes de volailles en laboratoire

Le 25/10/2017

Alors que le monde fait face à des défis sociétaux, énergétiques et environnementaux, la start-up Memphis meats mise sur une viande fabriquée en laboratoire à partir de cellules souches comme alternative à l'élevage animal… C’est techniquement possible, économiquement perfectible mais est-ce nutritionnellement et émotionnellement acceptable ? [...]

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…