Culinary misfits met en scène les légumes monstrueux à Berlin

Le 09 septembre 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Culinary Misfits, initiative Berlinoise inédite en CHD, vous régale de consommés bio maison confectionnés à partir de légumes invendus et monstrueux destinés à être jetés...

 

 

 

La revanche des légumes mal aimés… On se les arrache à Berlin !

 

misfits berlin ceecee

Lea Brumsack et Tanja Krakowski sont scandalisées que l’on puisse jeter des légumes jugés trop hideux, troués, difformes ou mal calibrés pour profiter des étalages. Elles les rachètent directement aux producteurs pour les transformer en délicieux consommés équilibrés, bio, locaux, maisons… Un service traiteur ambulant à essayer dans les rues de Berlin.


Après 9 mois d'évènementiel et de recherches, le concept est un tel succès qu’elles viennent de passer à une étape supérieure. Elles annoncent l'ouverture de leur magasin Misfits (les "inadaptés" en Français) pour mettre chaque jour leurs mets à disposition de leur clientèle.

 


Une initiative "zéro-gaspillage" pour créer de la valeur ensemble : le "co-valuing"

 

anti gaspiLe gaspillage alimentaire s’est généralisé. On le retrouve à toutes les étapes de la chaîne alimentaire.

Près de 50% de la production européenne de fruits et légumes n'est pas vendue, finit aux ordures ou est donnée aux animaux... parce qu'elle est considérée inesthétique (source www.alimentation.gouv.fr). La lutte contre le gâchis alimentaire est un enjeu transversal majeur dont chacun partage la responsabilité. Cette initiative y fait face et encourage la prise de conscience collective de cette dérive sociétale. Le mouvement du "co-valuing" est en faveur d'une implication de chacun des acteurs de la chaîne pour créer de la valeur partagée.

 

 

Demain, le moche, le décalé et le bizarre deviendront des arguments de vente !

 
legumes tordusLes pays industrialisés exploitent trop peu les aliments avec des imperfections. Pourquoi ne pas prendre le contrepied de cette tendance en faveur des produits uniformisés, calibrés et liftés ?

Freak ("l'inhabituel", le "monstrueux" en français) c'est chic ! : un mouvement que les consommateurs semblent prêts à adopter... 

L’univers de la restauration est très souvent source d’inspiration pour l’innovation en GMS. Cette initiative montre que le défaut, l'imperfection et la laideur peuvent devenir de nouvelles marques de différenciation sur les futurs étalages de fruits et légumes.


Lors d'un précédent article paru dans thémavision, l’initiative relevée de la société " Tête de Pomme " pour encourager la consommation de fruits sur une cible enfant avait démontré l'intérêt d'une communication "fun" et ludique : Tête de Pomme : des pommes rigolotes pour nos bambins


Demain, le disgracieux, le "hors normes", le "moche"... poussé à son paroxysme pourrait constituer un vecteur de communication décalée pour revaloriser ces végétaux n'ayant pas réussi à passer le concours d'entrée.

A lire également

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...

Biodéchets : des ressources alimentaires en or !

Le 26/07/2017

La valorisation des biodéchets, enjeu environnemental conséquent et reflet d'une prise de conscience sociétale, est devenue une tendance de fond aujourd'hui. Les déchets organiques représentent environ 40 % de la totalité des résidus. Des starts-up aux acteurs de la restauration, certains ont décidé de profiter de ce nouveau potentiel.