Savéol et les insectes utiles : des bourdons pour polliniser les fleurs.

Le 18 juillet 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Précurseur en matière de développement durable, le groupement Savéol (29) possède, depuis une trentaine d’années, son propre élevage d’insectes pour lutter contre les espèces nuisibles et assurer la pollinisation des fleurs. Un bel engagement en matière d’impact environnemental…

Savéol Nature a recours à la nature à la fois pour lutter naturellement contre les ravageurs des cultures de fraises et de tomates et également pour la pollinisation des fleurs. Pour cela, les 150 maraîchers de la coopérative élèvent leurs propres insectes. Par ce procédé, ils limitent l’usage de produits phytosanitaires dans les serres, réduisant ainsi de 90 % l’utilisation de traitements et offrant des tomates et des fraises plus saines pour le consommateur.

L’entreprise finistérienne poursuit aujourd’hui dans cette voie avec l’inauguration d’un nouveau site de 6500 m2, plus fonctionnel, lui permettant de doubler la population actuelle de bourdons pollinisateurs et d’augmenter de 30 à 40 % la production d’insectes auxiliaires.

Le process : une nouvelle voie pour aller chercher de la naturalité.

L’authenticité est gage de qualité et de réassurance lorsque l’on parle formulation alimentaire. Concernant le process, ce sont les techniques de production ancestrales qui pourraient bien jouer ce rôle. En effet, l’authenticité comme les anciennes méthodes de production évoquent pleinement la naturalité. Cette tendance d’innovation forte ne cesse de grimper dans le secteur alimentaire.

Nombre de consommateurs dénoncent en effet un contexte trop artificiel et cherchent à revenir à une existence plus naturelle. Ce besoin de nature, cette envie de revenir à l’essentiel, de redécouvrir des choses simples - donc meilleures ? - de se tourner vers la production artisanale s’imposent de plus en plus.

Réutiliser des méthodes ancestrales pour une production à grande échelle.

Saveol1Les techniques d’antan reviennent donc en force. Certains industriels ont même basé toute leur stratégie sur l’idéologie du « c’était mieux avant ». Dans l’univers de l’entretien ménager la marque Jacques Briochin a toujours visé le marché des produits à l'ancienne. Cette petite entreprise costarmoricaine doit son succès à la remise au goût du jour du savon noir de nos grands-mères, commercialisé dans des emballages au look rétro. Un positionnement en totale adéquation avec les attentes actuelles qui lui a permis de voir exploser ses ventes.

« Laissons faire la nature », « retrouvons nos savoir-faire d’autrefois » semblent donc être des arguments marketing pertinents pour parler santé et naturalité. Et en plus, c’est bon pour l’environnement…

Avec l’attribution du premier label agroécologique(*) promise par Stéphane Le Foll lors de l’inauguration du nouveau site, la coopérative Savéol pourrait bien développer une communication on-pack autour de l'agriculture raisonnée et du développement durable.

(*) En décembre 2012, le ministre de l'Agriculture a réaffirmé sa volonté de faire de la France le futur leader de l'agro-écologie, projet qui devrait prendre forme d'ici 2014, en même temps que la nouvelle PAC.

A lire également

Le "sans traitements", une réponse alternative à mi-chemin entre le conventionnel et le bio. Démarche opportuniste ou durable ?

Le 24/05/2017

A mi chemin entre le bio et le conventionnel, l’arrivée d’une voie "sans traitement" semble représenter une réponse aux consommateurs alternatifs, pas encore bio-convertis… Cette nouvelle filière saura-t-elle néanmoins séduire durablement les influentes générations Y et Z, dites "sans concessions" à l'égard de leur responsabilité sociétale ?
[...]

Innover sur le segment de la minceur : Coca-cola Plus, le brûleur de graisses ?

Le 18/05/2017

Partout dans le monde, les politiques font la chasse aux calories, accusant divers produits, dont les sodas, de l’épidémie d'obésité. Charge aux industriels d'être proactifs et, avant toute coercition, de s'adapter tantôt par des stratégies de reformulation, tantôt par des actions de communication ou d'éducation nutritionnelle. Cas de la minceur...

L'art de découper les légumes : un atout pour des innovations de rupture ?

Le 15/05/2017

Le consommateur recherche la facilité et privilégie le prêt à cuisiner voire le prêt à manger. Si l'art de la découpe est mis à l'honneur au rayon boucherie et est source d'innovation, il est peu valorisé sur les fruits et légumes. Et si ré-enchanter la consommation de légumes passait par la manière de les découper à la façon "vegetable butcher" ?