Le Sans Gêne, un restaurant atypique autour d'une plancha et d'un barbecue.

Le 16 juillet 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le Sans-Gêne bouscule les codes de la restauration traditionnelle avec une formule unique où tout est compris et à volonté. Le client est invité à préparer son plat lui-même et à surveiller la cuisson de sa viande sur un barbecue commun. Convivialité assurée…

  

 

Laurent Moulin, désireux de rompre les codes de la restauration traditionnelle, a créé le Sans Gêne à Caen en 2006. Ce concept où se mêlent originalité et convivialité propose un menu unique à 25 € pour lequel tout est à volonté : boissons, viandes, légumes et desserts. Le client est mis à contribution pour préparer lui-même son repas et tous se retrouvent autour d’un grand barbecue pour la cuisson.

 

 

 

Le restaurant Sans Gêne porte donc bien son nom puisque c’est le client qui travaille :

  • Sans Gêne 1Pour l'entrée ou l’accompagnement, le convive sélectionne crudités et légumes crus parmi un large choix, qui pourront ensuite être saisis à la plancha par l'équipe.
  • Côté plat, une large gamme de viandes est proposée : bœuf, agneau, porc et volaille, en version nature ou marinés, saucisses ou merguez. Le client prépare lui-même sa brochette qu’il peut agrémenter de tomates cerise, de champignons, de poivrons ou d’oignons et qu’il ira cuire sur un barbecue commun. A noter que la viande est sélectionnée et provient de la boucherie Marcel de Caen.
  • Enfin, différents fromages et desserts maison sont proposés.

 

Un concept de restauration traditionnelle dans un esprit cafétéria.

Sans Gêne 2Alors que les cafétérias essayent de se libérer progressivement de leur image d'origine en s’orientant vers celle d’un restaurant plus chaleureux et plus actuel, le Sans Gêne reprend certains codent de la cafet’, offrant plus d’interactivité entre les clients eux-mêmes et avec le personnel. En effet « autour du barbecue, les gens discutent, font connaissance, boivent un verre… Les clients sont détendus, préparent le repas dont ils ont envie et le dégustent au rythme qui leur convient » avance Laurent Moulin, fondateur du Sans Gêne.

La convivialité, une priorité pour le consommateur français.

Selon une étude réalisée à l'occasion du Sirha, un repas doit être synonyme de convivialité pour les Français. Alors que certains annonçaient la fin du repas commensal et une tendance à l'individualisation des pratiques alimentaires, cette étude semble démontrer que le partage retrouve de nouvelles modalités et une nouvelle intensité, même chez les jeunes.

Ainsi des concepts offrant de nouvelles formes de sociabilité ont leur carte à jouer. Le Sans Gêne alliant donc liberté et moment de partage devrait avoir un bel avenir. La Franchise ? L’entrepreneur y songe…

A lire également

Restauration hospitalière en mutation ? Une offre différente pour l'ambulatoire de l'Institut Gustave Roussy

Le 18/04/2017

L’institut Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe, s’est associé à Alexandre Bourdas, chef doublement étoilé du SaQuaNa, et à Elior, le numéro 1 français de la restauration collective, pour proposer une offre différente en service ambulatoire : plats froids, quantité réduite, goût du produit brut.

Jouer sur les formes et les couleurs pour rendre la consommation de légumes plus fun : place aux licornes et aux dinosaures.

Le 27/03/2017

Lidl est en plein développement au Royaume-Uni. Et, pour conquérir une clientèle toujours plus nombreuse, le hard-discounter mise sur les produits frais avec des positionnements originaux. Il s'agit ici de jouer la carte du ludisme pour des gammes de légumes dédiés aux enfants.

Restaurant numérique : guide pratique pour la transformation digitale de la RHD

Le 07/02/2017

La DGE (Direction générale des entreprises) et l’UMIH (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie) proposent aux restaurateurs un guide pratique sur les bonnes pratiques du numérique appliquées à leur métier.