Marché automobile mondial 2013 : entre croissance inégale des émergents, rebond états-unien et marasme européen

Le 12 juillet 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Alors que de récentes prévisions pour la période 2011-2018 tablent sur un taux de croissance annuel du marché automobile mondial de l’ordre de 5,6%, la fin du premier semestre 2013 est l’occasion de faire le point sur le dynamisme des différents marchés.

L’Europe de l’ouest

France

D’après les chiffres publiés le 1er juillet dernier par le CCFA, le marché automobile français a reculé de 11,3% au cours du premier semestre 2013 (-14,4% au premier semestre 2012). En tenant compte du nombre de jours ouvrables, la baisse sur 6 mois est ramenée à 9,9%. En partant du constat d’une stabilisation des commandes sur les mois de mai et juin 2013 et compte tenu des mauvaises ventes de la fin d’année 2012, le CCFA table sur une baisse de 8% sur l’ensemble de l’année 2013, soit environ 1,7 million d’unités.

Allemagne

La VDA, fédération automobile allemande, a annoncé une baisse des immatriculations de 8,1% au cours du premier semestre 2013, en expliquant cette baisse des ventes par la crise de l’euro qui provoquerait des hésitations à l’achat. Alors qu’il était de 7,7 ans en 2007, l’âge moyen du parc automobile allemand a atteint 8,7 ans. En termes de volumes, la VDA table sur 2,9 millions d’immatriculations sur l’année 2013 contre 3,1 millions en 2012

Espagne

Au cours du premier semestre 2013, le marché espagnol a affiché un recul de 4,9%. Les prévisions tablent sur un volume annuel de 700 000 véhicules.

Royaume-Uni

Le premier semestre 2013 a occasionné 1,16 millions d’immatriculations au Royaume-Uni, soit une progression sur la période de 10%. Ce marché reste sur une croissance de 16 mois consécutifs et devrait en 2013 affiché un volume de vente supérieur à celui de 2012.

Mis à part le Royaume-Uni, le marché de l’Europe de l’ouest apparait ainsi en net recul par rapport à une année 2012 déjà morose. Sur l’ensemble de l’année, on devrait au global constater une contraction du marché de l’ordre de 7% et ainsi atteindre des volumes historiquement bas. Certains analystes, en s’appuyant notamment sur le vieillissement constaté du parc, annoncent cependant un effet de seuil pour la fin de l’année 2013 avec une tendance à la reprise pour l’année 2014 qui pourrait être stimulée par de meilleures perspectives au niveau économique.

 

Le rebond Etats-Unien

7,82 millions de véhicules ont été écoulés aux Etats-Unis au cours du premier semestre 2013, soit une progression de 7,7%. Sur un an, la progression du marché états-unien s’élève à 9% et se rapproche de la barre symbolique des 15 millions de véhicules immatriculés sur un an, ce qui équivaut au niveau de vente d’avant crise. (entre 15 et 17 millions de véhicules par an au cours des 14 dernières années).

Les BRIC : un début d’année contrasté

Brésil

Le quatrième marché mondial a vu ses immatriculations progresser de 4,5% au cours du premier semestre 2013 alors que dans le même temps sa production automobile augmentait de 18,1% et ses exportations de véhicules de 7,2%. L’ANFAVEA (association nationale des fabricants de voitures brésiliens) prévoit une hausse de 3,5% à 4,5% des immatriculations sur l’ensemble de l’année 2013, soit 3,9 millions d’unités.

Russie

Après une hausse de 11% en 2012, sur le premier semestre 2013, le marché russe a baissé de 5,8% à 1,33 million d’unités. Après une année 2012 record qui avait occasionné la mise en circulation de 2,3 millions d’unités, les dernières prévisions tablent sur un recul du marché de 5% sur l’ensemble de l’année 2013. A noter la bonne performance de Renault, notamment de son Duster, qui, dans un marché en baisse, affiche une progression de 9 % sur le premier semestre malgré une baisse de 5% au mois de juin. Même si leurs ventes représentent de faibles volumes, les constructeurs chinois font une percée remarquée sur le marché russe. Geely, avec 2714 véhicules vendus au premier semestre, affiche ainsi une progression de 133%.

Inde

En Inde, l’année fiscale 2012/2013, qui s’est achevée en mars 2013 a donné lieu à 1,9 million d’immatriculations. Soit un recul sur un an de 6%, une première depuis 10 ans. Outre le ralentissement de l’économie qui provoque l’augmentation des taux d’intérêt et qui limite ainsi la capacité des ménages à emprunter, le mauvais état des routes et plus globalement la congestion du réseau s’opposent à la croissance du marché.

Chine

D’après la CAAM, association chinoise des constructeurs automobiles, le marché automobile chinois a progressé de 12,6% sur les 5 premiers mois de l’année 2013 pour atteindre 9,03 millions d’unités. Sur l’ensemble de l’année, les ventes devraient progresser d’environ 10% (contre 7,2% en 2012) pour atteindre 20,6 millions d’unités.

 

Alors que les pays émergents, au sein desquels les BRIC jouent un rôle central, sont censés participer à hauteur de 83% au taux de croissance annuel du marché automobile mondial d’ici 2018 (+5,6%), on note, dynamisme chinois mis à part, un ralentissement de certains marchés. Le décalage entre progression de la production et progression des ventes au Brésil laisse penser que le pays est en train de devenir un producteur et pourrait ne pas constituer le relais de croissance espéré par certains constructeurs. De leurs côtés, les reculs significatifs de l’Inde et de la Russie pour des raisons différentes : mesures gouvernementales, congestion, état des infrastructures routières, viennent nuancer le propos ambiant de croissance « forcément » ininterrompue pour les émergents. Ce recul est ainsi sans doute l’occasion de se (re)poser la question de l’adaptabilité de l’offre aux spécificités du marché (modèles adaptés, solvabilité des classes moyennes…) et des conditions à réunir pour voir le marché se développer en masse. (congestion, infrastructures routières…)


D’après les dernières prévisions de l’OICA (Organisation Internationale des Constructeurs Automobile), le marché automobile mondial devrait progresser au cours de l’année 2013 d’environ 3% contre 7% en 2012 (84,1 millions d’unités). L’Asie à elle seule devrait accueillir 51% de la production automobile mondiale (22,8% pour la Chine, 12,2% pour les USA et 11,8% pour le Japon, 6,7% pour l’Allemagne).

A lire également

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 29/11/16

Le 29/11/2016

Réseau routier ; Royaume-Uni ; Véhicule connecté ; Voiture autonome ; Logistique dernier kilomètre ; Voiture électrique ; Chine ; Citroën ; Facebook

Véhicules et Mobilités 2017 : vos retours et vos attentes

Le 29/11/2016

Pendant ce dernier trimestre 2016, nous vous avons interrogé sur votre niveau de satisfaction, vos avis et vos attentes pour Véhicules et Mobilités : le site Web, la newsletter, Twitter et autres. Comme promis, voici un retour des résultats de cette enquête et nos axes de développement pour 2017 !

Open source : avenir ou concurrence de l'industrie automobile ?

Le 22/11/2016

Comment l’open source, le partage permettent d’arriver différemment à la construction d’une voiture ? Mais ces véhicules open source sont-ils réservés aux makers ou influencent-ils les pratiques de l'industrie automobile ? Quels sont les impacts des véhicules open source sur la chaîne de valeur, notamment la distribution des véhicules ?