Pourquoi Google a racheté Waze ?

Le 08 juillet 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

What is Waze ?

Waze est une application mobile de navigation GPS, gratuite et communautaire. La navigation se fait en temps réel en prenant en compte l'état du trafic grâce à la collecte des données des utilisateurs (position et vitesse) et à leurs contributions actives (indications des accidents, des contrôles routiers, radars, chantiers et ralentissements en tout genre). Waze, fort de ses informations, propose une nouvelle route plus rapide quand c'est possible.

Ainsi les utilisateurs deviennent membres actifs d’une véritable communauté de conducteurs, rendant leurs itinéraires plus sûrs et plus fiables. Waze permet notamment de s'appuyer sur une cartographie élaborée par ses propres utilisateurs, dans la philosophie des outils collaboratifs du web 2.0.

Pourquoi un tel succès ?

Ses principaux avantages sont la gratuité totale et la pertinence des informations fournies par son importante communauté d’utilisateurs (plus de 2 millions aujourd’hui en France, 50 millions dans le monde). Les principales informations recherchées étant principalement la qualité du traffic, mais aussi les positions précises des radars et contrôles routiers. Enfin, ses fonctions communautaires, collaboratives, dans l’esprit « open source »  et son côté fun et ludique plaisent aux utilisateurs de réseaux sociaux.

Waze c’est aussi l’histoire d’une start-up crée en 2008 en Israel par Ehud Shabtai, un étudiant de Tel-Aviv,  et rachetée par Google en 2013 pour environ 1.3 milliard de dollars, après avoir été approchée par Facebook et Apple.

Waze en quelques chiffres :

  • Création en 2008.
  • CA 2012 de 1 million de dollars.
  • Une centaine d'employés et des bureaux en Israël, à Palo Alto, New-York et Hong-Kong.
  • 50 millions d’utilisateurs dans le monde. Plus de 2 millions en France.
  • Principaux concurrents: Tomtom live, Coyote, Avertinoo, Wikango, Inforad, ABonEntendeur, RadarStation…

 

Quels impacts en termes d’usages dans l’automobile?

La voiture de plus en plus considérée comme un objet connecté

Ce qui est intéressant à noter aujourd’hui autour du phénomène « Waze », et plus largement avec l’utilisation des outils d’aide à la conduite, c’est l’appropriation par les conducteurs de leur véhicule comme un objet « connecté », voire « intelligent». De façon très simple et ludique, ceux-ci prennent l’habitude de communiquer et de devenir des acteurs du réseau routier (par exemple, chaque « Wazer » obtient des points selon ses contributions, monte dans un classement et prend plus d’importance dans ses différentes collaborations de cartographie).

Le trajet vécu comme une "expérience de conduite"

Au-delà de cette découverte d’interactivité routière, se développe le principe « d’expérience de conduite », renforcé par la vie du réseau social. En effet, l’utilisateur a le sentiment que chaque trajet devient unique, par la possibilité d’emprunter différents parcours, la mise en lumière d’évènements balisant le tracé, par l’intérêt à surveiller son environnement et à partager l’information ; enfin par la possibilité d’échanges et de rencontres entre utilisateurs sur la route ! Aussi, près de 30% de nouveaux utilisateurs de Waze se connectent via Facebook.

Le développement des services liés à la navigation

Waze montre aussi l’intérêt grandissant suscité par le développement des services connexes à la navigation. En effet, Waze pense « qu'à l'avenir n'importe quel appareil sera, par défaut, équipé d'un système de navigation GPS. La question pour l'utilisateur sera plutôt de choisir lequel utiliser. Le service qui l'emportera sera celui qui aura le plus de valeur à proposer, au-delà de la simple fonction de navigation, et qui saura offrir la meilleure expérience à l'utilisateur. »

Waze regarde attentivement les dernières innovations en matière de voitures connectées et est aujourd'hui en discussion avec une grande partie des constructeurs automobiles. "Je pense que d'ici fin 2013, il sera possible d'acheter un véhicule équipé du système de navigation Waze" indique Noam Bardin (P-DG de Waze).

Que va faire Google après avoir racheté Waze pour 1,3 milliard de dollars ?

Un business model simple autour de la publicité localisée

A la base, le business model de Waze est simple, l’application étant totalement gratuite, la société devait générer de l’activité économique par des revenus publicitaires basés sur la localisation des utilisateurs (ex : stations essence à proximité, restaurants, commerçants). Dans ce modèle, les magasins et les marques sont invités à payer pour figurer sur les cartes de l'application et apparaitre le long des itinéraires. Elles peuvent ainsi interagir avec les utilisateurs, notamment en leur proposant des deals et autres réductions (Waze montrant au maximum trois de ces publicités sur le parcours).

Bien vu, quand, selon une étude du cabinet BIA/Kelsey, la publicité localisée a représenté 38% des dépenses sur le mobile aux États-Unis en 2012, et atteindra 54% en 2017. Ce marché passerait ainsi de 3,2 milliards à 16,8 milliards de dollars. Waze venait tout juste de s'engouffrer dans cette voie en lançant en fin d'année dernière sa plate-forme publicitaire, appelée «Waze Ads». On remarque que la force commerciale de Waze est bien de pouvoir proposer des annonces publicitaires sur un trajet précis, et non pas seulement aux environs, contrairement à Foursquare et autres applications qui essaient de se positionner sur ce créneau.

Une décision stratégique pour monétiser Google Maps

Google n’a donc pas vu d’un très bon œil cette stratégie de développement, souhaitant rester maître sur ce créneau avec son service de cartographie Google Maps. Car Noam Bardin, le P-DG de Waze, voit carrément les applications de cartographie comme des successeurs des moteurs de recherche. "Les plans sont au mobile ce que la recherche est au Web", déclarait-il récemment. D'après lui, les seules recherches vraiment monétisables sur le mobile sont celles qui peuvent être géolocalisées. Une vraie provocation à l'égard de Google !

Hormis ce contrôle stratégique, Google va pouvoir renforcer ses données cartographiques avec des remontées fréquentes d’informations précises. En effet, à part Google, il n'existe pas beaucoup de services disposant de données cartographiques globales. Outre Waze, on trouve Here (Nokia) et TomTom. A termes, Google pourrait bien être tenté de fermer Waze et d'intégrer ses fonctionnalités sociales (et publicitaires) au sein de l'application mobile Google Maps, son propre service de cartographie.

A lire également

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

MétroMix : un marathon créatif pour penser et agir sur les mobilités [par inOut]

Le 27/10/2017

Du 17 au 19 novembre 2017, la maison des associations de Rennes vivra au rythme de Métromix, un marathon créatif sur le thème des mobilités. Richard de Logu et Norbert Friant nous expliquent la philosophie de cet événement qui vise à faire émerger de nouvelles solutions de mobilité et à les prototyper.

Concours Crisalide Numérique : les mobilités bien représentées !

Le 13/10/2017

Le concours Crisalide Numérique a pour objectif d’identifier des entreprises bretonnes qui ont su se développer ou se différencier en intégrant des usages innovants du numérique dans leur organisation et sur leurs marchés; et de valoriser ces usages exemplaires auprès des entreprises bretonnes et des acteurs du territoire.