La tendance à l’usage stimule l’innovation chez les constructeurs et les loueurs de véhicules

Le 19 juin 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

En matière de consommation automobile, la tendance à l’usage est bien souvent illustrée, dans la mouvance de l’économie collaborative, par l’avènement de nouveaux opérateurs comme « blablacar » pour le covoiturage ou encore « drivy », « deways », « buzzcar », « ouicar » pour la location de voitures entre particuliers. En marge de ce focus légitime sur les nouveaux entrants, force est de constater que les opérateurs historiques (loueurs et constructeurs automobiles) contribuent à leur manière à l’élargissement de l’offre de mobilité.

Après des premières offres mono-acteurs comme Mu By Peugeot, Multicity ou encore Autolib’, la tendance est aux partenariats dans une logique de complémentarité et de mise au point d’une offre globale en termes d’usages. Tour d’horizon des dernières annonces en la matière…

ADA et Mobizen

ada-mobizenPrésenté comme inédit, ce partenariat entre un loueur courte durée (ADA) et un opérateur d’autopartage (Mobizen) a pour objectif de proposer des conditions tarifaires avantageuses en profitant des synergies dégagées par la mise en commun de deux réseaux.

Concrètement, les clients de l’enseigne ADA bénéficieront d’un abonnement gratuit à Mobizen pendant un an. A l’inverse, les abonnés au service d’autopartage francilien (80 stations dans Paris et sa petite couronne) pourront prétendre à des réductions pouvant aller jusqu’à 20% dans les 450 agences ADA de France. 
Avec cette offre, les deux partenaires ont ainsi précisé leur volonté de s’inscrire dans un bouquet de mobilité censé constituer une alternative crédible au véhicule individuel.

Renault et Leclerc

renault leclercEn décembre 2012, Leclerc et Renault ont publié une lettre d’intention détaillant les modalités du programme « ZE Club des 50 » qui vise à établir des partenariats entre des centres Leclerc et des concessions Renault incluant le déploiement de bornes de recharge et la mise en place d’actions de sensibilisation et de communication à destination du grand public dans une logique de démocratisation du véhicule électrique. L’ambition affichée par ce partenariat est d’équiper les 500 centres Leclerc d’ici 2015 et ainsi de constituer un maillage national d’infrastructures de recharge.
Parallèlement à la mise en place de ce réseau, Michel Edouard Leclerc a confirmé son intention de déployer un service de location de véhicules électriques. Compte tenu du partenariat entre Leclerc et Renault, les véhicules loués devraient être issus de la gamme ZE de Renault.
Au final, le groupe E.Leclerc développe son activité de location tout en assurant dans ses point de ventes un passage liés aux activités de recharge et Renault voit le réseau d’infrastructure de charge s’étoffer et sa gamme ZE utilisée par de nouveaux usagers.

Nissan et Hertz

nissan hertzLe constructeur japonais et le loueur Hertz proposent désormais un pack mobilité offrant jusqu’à 4 semaines de location de voitures à tout acquéreur d’une Nissan Leaf. Pendant 3 ans, l’automobiliste dispose ainsi gratuitement de la « carte horizons » Hertz créditée d’un bonus de 12 000 points. Le pack mobilité constitue un argument commercial pour Nissan qui permet ainsi à ses potentiels acheteurs de se projeter dans la mobilité électrique sans pour autant renoncer aux longs trajets ponctuels. Pour Hertz qui offre au passage le surclassement sur certaines locations, le supplément jeune conducteur et une réduction de 20% sur la location, ce partenariat est l’occasion de toucher de nouveaux clients, susceptibles d’avoir à termes un besoin récurrent de location courte durée.

PSA et Sixt

PSA sixtLe loueur Sixt et PSA Peugeot Citroën proposent aux entreprises allemandes une offre qui combine leasing et autopartage tout en laissant entrevoir une économie de 30% sur les frais de gestion de parc. PSA fournit ainsi les véhicules (308/3008/DS3/DS4) et Sixt la technologie d’autopartage (badge d’accès et outil de réservation web). La technologie développée par Sixt s’intègre ainsi à l’intranet de l’entreprise cliente et comprend un module « carsharing » permettant de mettre les véhicules en autopartage.

Les salariés ont ainsi la possibilité de réserver le véhicule en ligne et de l’utiliser dans le cadre privé moyennant finance. Le parc voit ainsi son taux d’utilisation progresser. Au final, pour l’entreprise c’est potentiellement jusqu’à 30% de frais de gestion de parc économisés.


Nissan et France Cars

france cars nissanLe 6 juin dernier, le loueur France Cars a lancé une offre de location de l’utilitaire Nissan NV200 dans laquelle le client détermine le prix de la location en fonction de son degré de satisfaction. Ce concept de « pay what you want » vaut pour une location de 24H avec une distance de 100km. A noter que le client doit tout de même s’acquitter d’un montant minimal (22euros) équivalent aux frais d’assurance et de carburant. L’offre concerne 70 véhicules répartis dans 62 agences en France.

 

Même si certaines de ces opérations peuvent apparaître comme marginales en termes de volumes, elles traduisent la volonté des opérateurs historiques d’élargir leurs offres de mobilité. La forte présence des constructeurs dans ces initiatives montre que ces derniers se positionnent de plus en plus comme des opérateurs de mobilité, et le font de plus en plus en partenariat. De leur côté, les loueurs, doivent faire face à de nouveaux entrants qui, en s’inscrivant dans la tendance de l’économie collaborative, proposent des offres flexibles et attractives. Ils n'ont ainsi d’autres choix que de trouver des partenaires pour élargir une offre trop longtemps cantonnée à une typologie d’usages.

A lire également

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 29/11/16

Le 29/11/2016

Réseau routier ; Royaume-Uni ; Véhicule connecté ; Voiture autonome ; Logistique dernier kilomètre ; Voiture électrique ; Chine ; Citroën ; Facebook

Véhicules et Mobilités 2017 : vos retours et vos attentes

Le 29/11/2016

Pendant ce dernier trimestre 2016, nous vous avons interrogé sur votre niveau de satisfaction, vos avis et vos attentes pour Véhicules et Mobilités : le site Web, la newsletter, Twitter et autres. Comme promis, voici un retour des résultats de cette enquête et nos axes de développement pour 2017 !

Open source : avenir ou concurrence de l'industrie automobile ?

Le 22/11/2016

Comment l’open source, le partage permettent d’arriver différemment à la construction d’une voiture ? Mais ces véhicules open source sont-ils réservés aux makers ou influencent-ils les pratiques de l'industrie automobile ? Quels sont les impacts des véhicules open source sur la chaîne de valeur, notamment la distribution des véhicules ?