Nouvel appel à manifestation d'intérêt de l’Ademe : "Véhicule routier du futur : technologies, systèmes et mobilité"

Le 19 juin 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

L’Ademe vient de publier un nouvel appel à manifestation d’intérêt sur les véhicules routiers dans le cadre du programme « Véhicule du futur » porté par les investissements d’avenir.

On entend par véhicule routier, tout ce qui roule sur route, allant du vélo au camion, transportant des personnes ou de la marchandise et par systèmes et mobilité les solutions, on entend :

  • "les technologies et innovations permettant l’amélioration des performances des véhicules ;
  • le développement de nouvelles solutions techniques innovantes sur l’articulation véhicule/service/infrastructure et sur les véhicules autonomes ou automatiques ;
  • l’expérimentation d’usages innovants de mobilité des personnes comme des biens s’ils permettent le déploiement de services commercialisables." 

Les gains générés attendus par les projets déposés sont au niveau énergétique (moins de 2L/100km pour les véhicules particuliers d’ici 2020), environnementaux (GES, polluants, matières premières, éco-conception, fin de vie du véhicule) mais aussi un gain de valeur perçue pour le client.

Pour y parvenir, les porteurs de projets pourront travailler sur:

  • "la structure du véhicule (et notamment architecture, aérodynamique, allégement),
  • les énergies alternatives,
  • la propulsion du véhicule (et notamment chaînes de traction, dépollution associée),
  • les fonctions auxiliaires (et notamment sécurité, confort, gestion de l’énergie),
  • l’introduction de solutions et technologies de l’information et de communication (et notamment les véhicules communicants)"

Et dès lors qu'ils entrent notamment dans le cadre de critères de prix abordable, de développement et d'assemblage en France, les projets pourront aussi intégrer de nouvelles solutions techniques innovantes portant sur :

  • "l’articulation véhicule/service/infrastructure notamment par le numérique,
  • les véhicules autonomes ou automatiques (véhicules sans conducteur, cybercars)"

Seront sélectionnés des projets dont le montant total des dépenses dépasse les 5 millions d'euros d'investissement et dont le contenu est considéré comme innovant, apportant des innovations tecnhologique ou non (comme l'offre, l'organisation, le modèle économique), proposant de nouveaux services ou produits à forte valeur ajoutée. Les modifications incrémentales, quelles qu'elles soient, ne sont pas recevables.

L'appel à projet se clotûre le 1er décembre 2014, à l'issu de plusieurs vagues de sélection, opérées environ tous les 4 mois.

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.