La qualité de l'air intérieur, enjeu de santé publique et enjeu économique

Le 03 juillet 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
80% de notre temps est passé dans des espaces clos que l'on sait parfois plus pollués que l'air extérieur, et un français sur 3 déclare souffrir d'allergies liées à différents types d'allergènes. Pour répondre aux besoins de contrôle de qualité de l'air intérieur les solutions, matériaux et matériels se développent.

Qualité de l'air et contrôle

La qualité de l'air intérieur est une préoccupation de santé publique.

Les français sont demandeurs "d'un air plus pur", que ce soit à l'extérieur ou à l'intérieur de leur habitat, de leur site de travail, des lieux publics ou des moyens de transport qu'ils utilisent. Les orientations gouvernementales se positionnent en ce sens, et demandent plus de surveillance, sur les produits polluants impliqués dans la construction de nos bâtiments publics et/ou de nos habitats, et sur le contrôle de la qualité de l'air de certains lieux publics.

 

 

 

 

2 leviers peuvent servir les marchés de la qualité de l'air

  • L'interdiction d'utiliser des produits fortement émetteurs de COV (composés organiques volatils) lors de la construction ou de la rénovation de locaux d'habitation ou professionnels. Etiquetage des produits : depuis le 1er janvier 2012 les produits de construction : peinture, vernis, colles, revêtements de sols et murs, produits de décoration doivent porter un étiquetage COV. Tout comme pour l'étiquette énergie, celle-ci doit permettre de connaître le niveau d'émission de polluants volatils sur une échelle de A+ à C.
  • L'identification et le traitement des locaux contenant une concentration trop élevée en COV, notamment dans les établissements recevant du public (ERP) et plus particulièrement les crèches et les locaux d'enseignement.

 

Deux décrets d'application sont parus au Journal Officiel depuis le 4 décembre 2011 sur la qualité de l'air intérieur des ERP:

  • le premier sur le niveau de concentration de polluants
  • le second sur les délais de mise en oeuvre de l'obligation de surveillance au 1er janvier 2015.

 

Solutions, produits et matériaux qui émergent sur ce marché

La qualité de l'air intérieur est à concevoir aux différents stades de la construction d'un bâtiment, depuis sa conception jusqu'à son utilisation, en passant par sa construction et sa rénovation. A toutes ces étapes de nouveaux marchés émergent pour répondre à ces exigences :

  • Avant même la réalisation du bâti, des prestations d'audits peuvent être à réaliser principalement aujourd'hui dans les lieux publics et les entreprises, mais aussi certaines prestations de consultants en architecture peuvent également être nécessaires pour l'analyse préalable à toute construction ou diagnostic d'implantation environnementale. Par la suite ce sont les études et campagnes de mesure des polluants qui vont prendre le relais .
  • Les matériaux : produits de construction ou de décoration qui ne relargent pas de COV ou autres micro-polluants, peinture à base de produits naturels, des matériaux photoactifs, etc...
  • Les techniques d'évaluation des systèmes d'aération, de purification de l'air par d'autres solutions plus innovantes comme celle de Beewair , kit de mesure de la pollution, comme celui de la jeune entreprise française Daily Diag vendus aux particuliers pour diagnostiquer l'air intérieur de leurs habitations en mesurant le formaldéhyde, les acariens et le benzène. Il existe aussi de nouvelles techniques de micro-analyse de l'air du type de celles développées par la start up In'Air Solutions qui propose de mesurer en continu la qualité de l'air sur plusieurs jours et de corréler l'activité humaine et les pics de concentration des polluants.
  • Le développement des techniques de photocatalyse comme celle de Biowind et d'ozonation pour piéger et détruire les composés organiques volatils.
  • Tous les systèmes de traitement de l'air par aspiration, par insufflation tel que le propose la société ventilairsec d'assainissement, ventilation, qui ont besoin d'évoluer compte-tenu des nouvelles normes de performances énergétiques des bâtiments. Les solutions de dépollution, captation, filtration, épuration, extraction, climatisation. 

A lire également

Rénovation énergétique

La rénovation énergétique se dote d'un dispositif complet pour parvenir à ses fins

Le 23/06/2014

Le chantier de la rénovation énergétique se structure et les entreprises de la filière bâtiment s'organisent et adoptent de nouvelles pratiques pour entrer sur ce marché. Travail en réseau, labellisation, participation à des plateformes d'informations locales sur les offres de travaux et les solutions de financement. Les choses bougent...

Le label RGE, reconnu garant de l'environnement : levier pour les entreprises et pour le marché de la rénovation

Le 12/03/2014

Compte-tenu de l'objectif affiché de 500000 logements à rénover par an d'ici à 2017, les entreprises du bâtiment ont tout intérêt à se rendre visible sur ce marché. Un outil va les aider, il s'agit du label RGE.
Il constitue un enjeu de visibilité pour les entreprises, et une aide à la décision pour les particuliers.

Analyse sociologique de la consommation d’énergie dans les bâtiments résidentiels et tertiaires : quel est le potentiel d'économies d’énergie ?

Le 11/02/2014

La consommation d’énergie dans les bâtiments résidentiels et tertiaires est le plus important gisement d’économies d’énergie, mais ce potentiel ne pourra être exploité uniquement par la diffusion du progrès technique. Il faudra y adjoindre une mutation des comportements quotidiens et des modes de vie.