Une automobile en opensource ?

Le 20 juin 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le monde automobile développe une culture de conception très propriétaire a priori très éloignée des tendances "opensource" qui pénètrent notamment le marché du logiciel. Certaines initiatives montrent néanmoins des nouvelles approches dans ce domaine.

 

Les premiers projets de communautés open source automobile

  • Le projet Anglais Riversimple (cf article Themavision) qui participe au projet européen SWARM d’une route de l’hydrogène reliant plusieurs pays du Nord passant de l’Angleterre à l’Allemagne et la Scandinavie. Air Liquide fournit les pompes à hydrogène et Riversimple avec 2 autres partenaires est chargé de fournir les véhicules pour les démonstrateurs (environ 100 véhicules prévus)
  • Le projet américain Wikispeed qui fédère un collectif de 180 volontaires dans 18 pays propose les plans d’une citadine à faible émission dans une approche modulaire (Voir interview du Monde). Le collectif a réalisé un prototype du véhicule qui s'est vu attribué la dixième place au concours américain Auto X Prize devant plus d'une centaine de concurrents.
  • Local Motors est la communauté la plus importante de développeurs d’automobiles en open source avec 13 000 contributeurs. La communauté propose les plans d’un véhicule de rallye à monter soi-même, la Rally Fighter, conçue de manière collective avec le soutien des outils de PLM de Dassault Systèmes, partenaire du projet au départ. Il est aujourd’hui remplacé par Siemens PLM qui propose une version allégée de sa solution à un tarif très avantageux (19,95€/mois) pour la communauté. La PLM (Product Life Management) fournit un environnement de conception et de gestion du cycle de vie virtuel et collaboratif à la communauté indispensable à un tel projet. Au-delà de ces véhicules en opensource, Local Motors est sollicitée pour répondre à des demandes de conception d’industriels comme le fabricant français de Vélo Btween ou le constructeur de camion Peterbilt. Pour ces demandes, Local Motors met à contribution sa communauté sous la forme de concours internes pour proposer le meilleur projet au client.

Si ces initiatives paraissent encore marginales et se heurtent à des problématiques d’homologation et de responsabilité pour passer de la phase de conception au produit, ils interpellent sur une tendance aujourd’hui venue du monde du logiciel: l’approche opensource de produits développés par des utilisateurs-concepteurs répondant à des attentes clients non satisfaites, avec des solutions plus accessibles, répondant à des complexités croissantes et des budgets de R&D à maîtriser. Le monde automobile regarde ces tendances qui pourraient apporter à moyen terme des éléments de réponse aux enjeux qui s’imposent à elle.

 

Les approches de constructeurs

En 2010, Fiat a animé le programme Fiat Mio, une voiture compacte pour le Brésil en faisant appel à 17000 personnes pour émettre des idées (10 000 exprimées) et voter pour les meilleures. Le projet a bénéficié de la contribution volontaire de designers et contributeurs non-salariés du constructeur automobile. Il ne s'agit à ce stade que d'une contribution de consommateurs brésiliens au cahier des charges d'un concept car. Nous sommes encore loin d'un projet open source mais il s'agit de la première initiative d'un constructeur.

En Allemagne, le projet StreetScooter réunit 50 entreprises pour un projet de co-conception avec l’appui de l’université d’Aix La Chapelle dont la spécialité est l’innovation dans les process de production. Le projet vise la mise sur le marché d'un véhicule électrique dont le prix objectif de 5000 € est en rupture avec ce que des méthodes classiques de conception permettent. Avec le support d’outils PLM, le projet exploite les savoir-faire des acteurs du groupe, chacun fournissant un module, en réduisant progressivement les spécifications du produit. Un groupe de "supervision" est chargé de rendre possible la collaboration entre les différents acteurs et le cas échéant d'arbitrer les litiges. La Deutsch Post est partenaire du projet et vient de commander les 30 premiers véhicules pour un projet pilote à Bonn avant un déploiement plus massif d’une flotte de véhicules électriques.

Ford réfléchit depuis longtemps à la voiture « reconfigurable ». En 2011 le constructeur s’est associé avec Bug Labs, un fournisseur en Opensource de matériel et de logiciel. Les 2 acteurs proposent la plateforme Open XC sur laquelle les consommateurs peuvent proposer des améliorations. Certaines demandes jugées faisables sont ensuite prises en compte, étudiées et développées par Bug Labs, puis proposées aux clients de Ford pour personnaliser leur véhicule. Plus récemment au Mobile World Congress, Ford a annoncé le passage en opensource de son système AppLink dans le cadre du consortium mondial Génivi. En ouvrant son application Ford attend le développement d'applications utilisant les interfaces existantes (reconnaisse vocale embarquée, écran tactile, bouton radio) et les données véhicules (GPS, vitesse, consommation). Une phase de test sera effectuée par Ford pour valider la sécurité du système avant de proposer l'application dans un appstore.

L’utilisation de logiciels en opensource dans la mobilité sera une première étape dans les transports publics mais également dans le véhicule, le numérique apportant des capacités nouvelles de personnalisation avec un temps d’adaptation des acteurs du numérique inférieur à ceux issus de l’automobile. L’appLink de Ford en est un signal fort. Des approches open-source dans la conception des véhicules pourraient être une deuxième étape mais sera probablement limitée de la part des constructeurs. Ces derniers souhaiteront garder la maîtrise de la co-conception et de l’intégration des organes principaux d’une automobile, d’une part pour garder la valeur produite et d’autre part pour répondre à leur obligation très forte de responsabilité vis-à-vis de l’utilisateur. Néanmoins la recherche de produits personnalisés, la volonté croissante de participer à la définition du produit, le développement de communautés virtuelles d’utilisateurs et de concepteurs, les avancés de l’impression 3D sont autant de tendances fortes qui feront évoluer la conception et la production de l’automobile comme le pressent Fiat avec son concept car brésilien Mio ou comme Ford l’initie avec BugLabs. Personnaliser son véhicule au moment de l’achat ou pour le relooker en faisant intervenir des "sur-traitants" en mettant à disposition certaines définitions du produit sera une deuxième étape. Les projets tels que Wikispeed ou Riversimple d’un véhicule complet opensource répondant d’une nouvelle manière aux besoins de mobilité, réalisé par des petits constructeurs locaux peuvent paraître plus utopiques. Néanmoins, l’approche innovante allemande StreetScooter qui expérimente une autre façon de concevoir se concrétise déjà par des ventes de véhicules à la Deutsch Post. Preuve que d’autres modèles émergents pour répondre à la transition en cours du modèle automobile.

A lire également

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 29/11/16

Le 29/11/2016

Réseau routier ; Royaume-Uni ; Véhicule connecté ; Voiture autonome ; Logistique dernier kilomètre ; Voiture électrique ; Chine ; Citroën ; Facebook

Véhicules et Mobilités 2017 : vos retours et vos attentes

Le 29/11/2016

Pendant ce dernier trimestre 2016, nous vous avons interrogé sur votre niveau de satisfaction, vos avis et vos attentes pour Véhicules et Mobilités : le site Web, la newsletter, Twitter et autres. Comme promis, voici un retour des résultats de cette enquête et nos axes de développement pour 2017 !

Open source : avenir ou concurrence de l'industrie automobile ?

Le 22/11/2016

Comment l’open source, le partage permettent d’arriver différemment à la construction d’une voiture ? Mais ces véhicules open source sont-ils réservés aux makers ou influencent-ils les pratiques de l'industrie automobile ? Quels sont les impacts des véhicules open source sur la chaîne de valeur, notamment la distribution des véhicules ?