Douze technologies de rupture qui vont transformer nos modes de vie

Le 03 juin 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le cabinet McKinsey a sélectionné douze technologies qui auront un impact déterminant sur l'environnement dans lequel nous vivons à l'horizon 2025. Comment apprécier le caractère de rupture d'une technologie ? Quelles sont ces technologies qui vont transformer profondément la façon dont nous vivons et travaillons ?

L'intérêt de cette recherche est d'apporter aux dirigeants et aux gouvernants des éléments de compréhension pour anticiper et préparer les changements qui se dessinent à une échéance de dix ou quinze ans.

Les chercheurs du McKinsey Global Institute ont tenté de mesurer l'impact potentiel des douze technologies présentées dans leur rapport. Leur estimation repose sur une analyse détaillée des applications possibles de ces technologies et de la valeur qu'elles pourraient créer.

Quatre critères ont été retenus pour déterminer le degré de rupture des technologies étudiées :

 

  • la rapidité d'évolution (exemple du séquençage du génome humain achevé au début des années 2000 grâce à de puissants ordinateurs, aujourd'hui possible sur de petits équipements pour un coût très nettement inférieur)
  • l'étendue de l'impact potentiel (ansi plus de 5 milliards d'individus pourraient être concernés dans leur vie quotidienne ou professionnelle, par le développement de l'Internet des objets)
  • la valeur économique (exemple de la robotique avancée qui aura une incidence de grande ampleur sur la productivité du travail)
  • le potentiel de transformation de la technologie (ainsi les technologies de stockage de l'énergie pourraient fortement modifier la façon dont nous consommons la ressource énergétique).

Ces quatre critères ont été appliqués par McKinsey à une centaine de technologies repérées dans la littérature scientifique, auprès de sociétés de capital risque ou lors d'entretiens avec de nombreux experts.

Au final les technologies retenues pour leur potentiel de rupture se répartissent en douze grandes catégories, des matériaux avancés aux énergies renouvelables en passant par l'Internet mobile, l'impression 3D ou la génomique de nouvelle génération. Des technologies qui font dès à présent partie de notre environnement mais qui connaîtront un déploiement rapide dans la décennie à venir.

Quel impact sur la croissance ?

Il resterait à mesurer l'impact de ces technologies de rupture sur la croissance économique et l'emploi. Un exercice particulièrement complexe dans la mesure où les ruptures technologiques se traduiront par des besoins d'emploi nouveaux dans certains secteurs d'activité ou certaines fonctions, mais aussi par la disparition d'emplois dans d'autres secteurs ou d'autres fonctions.

Comme le note Philippe Escande dans Le Monde du 23 mai 2013, à propos du rapport de McKinsey : "Des déplacements majeurs auront lieu entre entreprises [...]. 230 millions de travailleurs intellectuels vont être concernés par l'automatisation de la connaissance. L'impression en 3D transformera l'industrie manufacturière. Il y aura des gagnants et des perdants".

A lire également

Enquête 2015 sur les pratiques de veille et intelligence économique des entreprises bretonnes

Le 29/04/2015

Portée par CCI Innovation Bretagne et réalisée par l'ARIST Bretagne, en partenariat avec les CCI bretonnes, la Région Bretagne, BDI et la Direccte, cette enquête permet de recueillir et analyser les pratiques de veille et IE des entreprises de la région, de mesurer leurs réussites et difficultés, enfin d'enregistrer les principales évolutions.

La Région Bretagne ouvre les données sur ses marchés publics

Le 15/04/2015

Soutenue par la Région Bretagne, l'association Breizh SBA vient d'ouvrir le portail My Breizh Open Data - Marchés publics. Objectif : rendre la commande publique lisible et accessible à tous.

La CGPME et l'ANSSI publient un guide des bonnes pratiques de l'informatique

Le 15/04/2015

Douze règles pour sécuriser vos équipements numériques : c'est l'objet du guide publié conjointement par l'Agence nationale de sécurité des systèmes d'information et la Confédération générale des PME.