Appel à projet: le véhicule 2 litres/100 km de la PFA

Le 29 mai 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le véhicule 2 litres/100 km : le projet d’intérêt collectif de la PFA

Jean Marc Ayrault lançait en septembre 2012 un challenge ambitieux pour l’ensemble de la filière automobile tentant de créer un élan nouveau dans un contexte déprimé et concentré sur les plans de restructuration en cours : disposer dans 10 ans de véhicules consommant 2 litres/100 km. Depuis, la Plateforme de la Filière Automobile (PFA) s’est appropriée le sujet comme « projet d’intérêt collectif », confirmant le rôle de la PFA dans la construction avec les acteurs de la filière d’une vision collective de l’avenir. La PFA, qui associe les constructeurs, équipementiers et sous-traitants est en effet chargée de définir les projets d’intérêt collectif prioritaires qui seront soumis au Commissaire Général à l’Investissement (comme cela est stipulé dans le communiqué récent du plan automobile national). Créer plus de concertation en matière d’innovation et aboutir à une définition commune des axes prioritaires de recherche au sein de la PFA est une approche assez nouvelle qui se décline dans le projet 2 litres.

 

2 litre au 100 km : un objectif réalisable ?

Les constructeurs et d’experts automobiles sont d'accord sur le fait que les technologies permettant une telle efficacité énergétique sont déjà disponibles. L’enjeu n’est pas tant le challenge technologique que le challenge économique. L’objectif, comme le titre le projet, est un « véhicule écologique, populaire et innovant», c'est-à-dire un véhicule accessible à une majorité. Pour un véhicule essence, l’AIE fait une estimation d’un surcoût des technologies existantes de l’ordre de 3500 € par véhicule pour réduire de 50% les émissions. La Smart Fortow CDI, un des véhicules les moins polluants du moment, affiche 3,3 litres/100 km. Si l'objectif est bien en ordre de grandeur de réduire de 50 % la consommation des véhicules actuels, l’enjeu est donc de sélectionner un mix de technologies et de les intégrer peu à peu dans les véhicules pour aboutir d’ici 10 ans à un véhicule 2 litres économiquement viable par des effets d’apprentissage.

Rappelons que les constructeurs sont déjà contraints par la réglementation de ne pas dépasser un seuil d’émission de CO2 au global du parc vendu : 95 grammes en 2020 (soit 3,8 litres/100 km). L’UE discute de l’étape suivante qui pourrait être comprise entre 68 et 78 grammes pour 2025 (soit 2,7 litres pour la fourchette basse). Cette réglementation s’applique à la totalité du parc vendu, et implique donc la vente de véhicules très faiblement émetteurs de CO2 pour compenser les ventes de véhicules plus émetteurs. Ces véhicules très faiblement émetteurs seront des véhicules électriques (zéro émission) mais également des petits véhicules thermiques qui devront probablement atteindre cet objectif de 2 litres/100 km.

 

L’appel à projet Véhicule du futur : "véhicule 2 litres et connecté"

Renault et PSA se sont réunis pour lister les thèmes à explorer en liaison avec le CRA (Conseil de Recherche Automobile) et élaborer une feuille de route. L'IFPEN et le CEA sont partenaires.

Le profil du véhicule 2 litres intègre ainsi :

  • Une hybridation de la chaîne de traction,
  • Une amélioration du rendement GMP (groupe motopropulseur),
  • Une amélioration du rendement véhicule (traînées aérodynamiques, pertes mécaniques et de roulement, consommateurs),
  • Et des systèmes d’aides à la conduite (ADAS) et la connectivité.

Ces 4 axes se décomposent en 15 thèmes ou briques technologiques :

Appel à projet véhicule 2 litres

Pour chacune des briques, un groupe de travail spécifique est chargé de construire le plan de travail associé. L’appel à projet est ouvert aux entreprises et laboratoires disposant de savoir-faire dans ces thématiques. L’objectif est de regrouper les travaux sous forme de projets collaboratifs qui seront présentés au Programme Véhicule du futur des Investissements d’Avenir (PIA) opéré par l’ADEME. Un Appel à Manifestation d'Intérêt « Véhicules routiers du Futur » sera ouvert incluant des possibilités de financement.

 

Si l'objectif affiché de 2 litres/100 km apparait ambitieux, il s'inscrit dans une trajectoire déjà imposée par la réglementation européenne concernant la réduction des émissions de CO2. L'intérêt réside plus dans l'approche collaborative d'un programme de recherche, incluant constructeurs et équipementiers et piloté par un organe tiers, la PFA, autour d'un objectif à priori fédérateur (le véhicule 2 litres) et d'une échéance longue fixée à 10 ans.

 

Détail de l'appel à projet sur le site de SIA

Dossier de presse du plan automobile

A lire également

La PPE : Pourquoi Pas moins d'Energie carbonée pour nous déplacer ?

Le 07/12/2016

La loi de Programmation Pluriannuelle de l'Energie est un exercice de transcription en droit français des engagements, ambitions et outils au service d'une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). La PPE coordonne la politique française sur les questions d'énergie avec les Accords de Paris et autres engagements européens.

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 06/12/16

Le 06/12/2016

Transports publics ; Open Data ; PSA ; IHM ; Recharge électrique ; Véhicules Hors d'Usage ; Allemagne ; Méga camions ; Bretagne

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 29/11/16

Le 29/11/2016

Réseau routier ; Royaume-Uni ; Véhicule connecté ; Voiture autonome ; Logistique dernier kilomètre ; Voiture électrique ; Chine ; Citroën ; Facebook