One Dollar : sandwichs à prix unique de 1€

Le 17 mai 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
One Dollar est un nouveau concept de restauration rapide marseillais. Il propose des produits frais pour les petits budgets avec un mot d'ordre : manger bien à prix malins ! Un ingrédient, un euro...

Crée par Olivier Delan, One Dollar a ouvert ses portes fin janvier à Marseille (VIème). Cet entrepreneur propose des sandwichs à prix unitaire de 1€.


A la carte, une offre courte de sandwichs : 8 recettes de sandwichs et 6 recettes de panini. Celles-ci varient tous les jours en fonction des opportunités d'achat saisies sur le marché. Les produits travaillés sont tous fait-maison et élaborés à partir d'ingrédients frais. Ils sont fabriqués sur place chaque matin avec toujours une petite touche personnelle du restaurateur : menthe fraîche, éclats de noisette, brousse (fromage frais originaire du Sud de la France)... Les portions sont de petites tailles avec des sandwichs de 10 à 12 cm de long.

 

 

Resto avec entrepreneurLa formule proposée est à 4€ pour 4 composantes avec un sandwich, une salade, un gâteau et une boisson. Le concept est attractif de par sa simplicité : 1 ingrédient = 1euro. Aucune mauvaise surprise pour le consommateur, il sait ce qu'il va manger et le budget qu'il va dépenser.

Cependant d'autres références plus rentables viennent en complément au prix de 1.50€ : salades, desserts maison (tarte aux pommes, moelleux au chocolat...), boissons...

Côté décor, le cadre est sobre et l'ambiance est chaleureuse. Environ dix places assises sont disponibles, sachant que 80% des ventes sont à emporter.

Afin de respecter son modèle économique, le jeune entrepreneur doit multiplier par 2.5 ou 3 fois son coût de revient. Avec un prix de vente du sandwich à 1€, le coût de revient du produit se limite donc à 0.34cts d'euros. Le choix et la varieté des produits frais semblent alors limités sauf à dégrader sa marge ou à réaliser un volume important.

Après 2 mois d'activité, les objectifs sont atteints avec une trentaine de couverts par jour. La cible est une clientèle plus aisée que celle initalement prévue (les étudiants). Olivier Delan a également mis en place une activité de livraison avec un menu unique à 6€ avec pour cible est la clientèle de bureau. L'entrepreneur s'est déjà mis à la recherche d'une deuxième adresse pour dupliquer son concept.

 

Quelles solutions promotionnelles adopter ?

 

Pour faire face à cette période de crise et se démarquer dans ce secteur fortement concurrencé, les professionnels de la restauration n'hésitent pas à pratiquer une politique de prix agressifs. Cette stratégie peut s'avérer risquée car le consommateur prend l'habitude de ces pratiques tarifaires basses et le retour en arrière peut être parfois difficile.

Et pourtant, d'autres alternatives attractives existent déjà et se développent : proposition une fois par semaine de menus à prix réduits, buffets à volonté avec un prix fixe connu à l'avance, paiement au kilo du repas consommé, proposition de doggy bag à la fin du repas pour finir les restes chez soi ... En Australie, les restaurateurs offrent même une remise de 30% aux clients qui finissent leurs assiettes !

A lire également

Restauration collective : les derniers chiffres clés 2016 et les tendances à venir

Le 09/05/2017

La restauration collective représente 23.8 % de la RHD, avec 20 milliards d'euros de CA. Population scolaire en augmentation, vieillissement de la population, durées de séjour diminuées, dynamique du trafic aérien, mais aussi évolution des habitudes de consommation offrent de nouvelles perspectives à la restauration collective.

Les nouvelles recommandations Anses, des impacts en IAA ?

Le 27/04/2017

L'Anses a publié les nouvelles recommandations nutritionnelles en terme de santé publique. De nouvelles catégories d’aliments, des contaminants alimentaires repérés et des habitudes alimentaires observées déterminent des objectifs de fréquence et de portions de consommation. Ces nouveaux repères ne seront pas sans conséquence pour le foodservice.

Restauration hospitalière en mutation ? Une offre différente pour l'ambulatoire de l'Institut Gustave Roussy

Le 18/04/2017

L’institut Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe, s’est associé à Alexandre Bourdas, chef doublement étoilé du SaQuaNa, et à Elior, le numéro 1 français de la restauration collective, pour proposer une offre différente en service ambulatoire : plats froids, quantité réduite, goût du produit brut.