Tête de Pomme : des pommes rigolotes pour nos bambins

Le 21 mai 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Barres chocolatées, bonbons et autres sucreries font partie des petits plaisirs réguliers des enfants. Avec Tête de Pomme, faire manger des fruits aux petits devient un jeu d'enfant. La solution : personnaliser le produit de manière ludique.

 

 

Des pommes customisables

Ce nouveau concept regroupe 6 petites pommes d'environ 135g chacune dans une barquette. Ces pommes proviennent d'un pommiculteur dans la Somme, Bernard Nicolaï. Leur goût est sucré et parfaitement adapté aux enfants.

 

 

ConceptA l'intérieur de cette barquette aux couleurs vives et colorées de la marque, une planche de 12 stickers est proposée aux enfants. Moustaches, lunettes, langues, sourires, yeux... à chacun de laisser libre cours à son imagination en créant son propre personnage. Autre originalité : les stickers à base d’azyme et de colorants alimentaires sont comestibles. Cette barquette est vendue actuellement chez Monoprix au prix de 2.99€.

 

Une multitude d'innovations fruits pour séduire les enfants

En France, les enfants boudent encore la consommation des fruits et légumes puisque seulement 57% des enfants mangent moins de 2 fruits par jour (selon étude Interfel - Junior City 2011)

Afin de faire changer les habitudes alimentaires des enfants et de les inciter à manger davantage de fruits, les industriels redoublent d'efforts et les innovations fleurissent. Le fruit apparait donc sous toutes ses formes : fruits frais en bâtonnets, en tranches, en dés sans jus ou avec jus..., fruits cuits en compotes, en coulis... ou fruits lyophilisés en pétales, pépites... Cependant ces innovations recquièrent souvent un process de développement complexe, long et coûteux nécessitant un important travail de Recherche & Développement.

La société "Tête de Pomme", quant à elle, a trouvé une façon simple et peu onéreuse pour séduire les enfants. La pomme comme fruit brut et une planche de stickers comme accessoire. Résultat : une multitude de personnages à inventer!

 

Succès de la rigolothérapie ?

En cette période morose de crise, la communication ludique et humoristique fait des émules sur les supports de communication tels que packagings, spots publicitaires... Les "smileys" et mascottes rigolotes... inondent le marché.

 

 

Ptit dros et ptit oasis bisPar exemple, les compotes en gourdes P'tit Dros avec leur sourire communicatif détachable surfent sur ce ton humoristique. De même pour les jus P'tit Oasis en poche plastique souple avec ses mascottes rigolotes en forme de fruits.

 

 

Ces vecteurs de communication jouissent d'une forte notoriété auprès des enfants comme des mamans et influencent leurs achats pour 48% (source : LSA/juin 2012). Les marques utilisent abondamment le rire pour créer de l'adhésion et attirer la sympathie des consommateurs. L'impact du rire sur la hausse des ventes des produits est difficilement mesurable. Par contre, un produit qui fait rire marque les esprits, l'individu reconnaîtra ainsi plus facilement la marque qui l'a fait sourire plutôt qu'une autre.

 

 

A lire également

Le petit-déjeuner : un moment de consommation propice à l'innovation...

Le 23/05/2017

Depuis quelques temps, les pays anglo-saxons revisitent l'offre de produits dédiés au petit-déjeuner. Exit les tartines au beurre, les plats considérés comme cœur de repas ont trouvé un relai de croissance au travers d'un nouvel instant de consommation : pizzas, wraps et burgers s'invitent sur le petit-déjeuner pour réveiller nos papilles…

Innover sur le segment de la minceur : Coca-cola Plus, le brûleur de graisses ?

Le 18/05/2017

Partout dans le monde, les politiques font la chasse aux calories, accusant divers produits, dont les sodas, de l’épidémie d'obésité. Charge aux industriels d'être proactifs et, avant toute coercition, de s'adapter tantôt par des stratégies de reformulation, tantôt par des actions de communication ou d'éducation nutritionnelle. Cas de la minceur...

L'art de découper les légumes : un atout pour des innovations de rupture ?

Le 15/05/2017

Le consommateur recherche la facilité et privilégie le prêt à cuisiner voire le prêt à manger. Si l'art de la découpe est mis à l'honneur au rayon boucherie et est source d'innovation, il est peu valorisé sur les fruits et légumes. Et si ré-enchanter la consommation de légumes passait par la manière de les découper à la façon "vegetable butcher" ?