Vivre à domicile : un souhait partagé par une majorité de personnes âgées

Le 29 avril 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Des chercheurs en sciences sociales se sont intéressés aux motivations des personnes âgées qui souhaitent rester le plus longtemps possible vivre à leur domicile. Un documentaire donne la parole à une douzaine de ces personnes qui ont fait le choix de rester chez elles malgré leur âge avancé et leurs difficultés à se déplacer.

J'y suis, j'y reste est le titre de ce film documentaire, restitution d'une recherche psychosociale conduite en 2012 à l'initiative de Leroy Merlin Source. L'objectif de ce travail était de mieux comprendre les motivations des personnes âgées qui choisissent de rester vivre chez elles. Les résultats de cette recherche ont été présentés lors des deuxièmes assises de l’habitat Leroy Merlin, les 19 et 20 mars 2013.

Marie Delsalle, psychosociologue, a conduit ce projet en collaboration avec Pascal Dreyer, chargé de mission Leroy Merlin Source, Bernard Ennuyer, sociologue et Jean-Paul Filliod, socio-anthropologue. Le film a été réalisé par Marie Delsalle et Pierre Rapey, en partenariat avec Réunica (groupe de protection sociale).

Agées pour la plupart de plus de 80 ans, les personnes interrogées par Marie Delsalle sont majoritairement des femmes, plus rarement des hommes ou des couples. Toutes vivent à leur domicile : maison ou appartement, en ville ou à la campagne.

Ne pas rompre ses habitudes de vie

Certaines de ces personnes ont été contraintes de déménager au cours des dernières années : ainsi, Nicole a quitté un appartement de 120 m2 à Marseille où elle vivait au 3ème étage sans ascenseur. Elle s'est installée dans un 44 m2 pour se rapprocher de sa fille et s'est fait de nouvelles amies, sans doute parce qu'elle peut encore se déplacer à pied dans le quartier.

Madeleine a vendu son appartement en viager. Pas question pour elle de partir. Elle apprécie la tranquillité de son logement et se trouve bien dans son élément au milieu de tous ses objets. Pourtant elle doit monter sur un escabeau et poser le pied dans l'évier pour atteindre les volets de la cuisine. Et puis la baignoire est bien basse, ce n'est pas très pratique.

"C'est quand on va bien que l'on est capable d'aménager des choses intelligentes" nous dit Monique qui a sollicité un ergothérapeute pour un diagnostic. Elle a fait installer une douche à l'italienne et des barres d'appui. Son fils a réalisé les aménagements.

Douche et barres d'appui

Diabétique et cardiaque, André vit dans sa propre maison et appréhende de ne plus pouvoir un jour monter les escaliers. Il a refusé un appartement que lui proposait sa fille. "Pour moi, la liberté ça a une très grande importance" précise-t-il.

Même sentiment pour Pierre et Henriette qui vivent dans la Drôme : "Ce n'est pas qu'elle soit belle notre maison mais on est libre, on se couche quand on veut, on mange quand on veut, on regarde la télé quand on veut". Vieillir à deux : c'est important. Même si l'avenir fait peur.

Quand elles aménagent leur logement, toutes ces personnes choisissent en priorité d'installer des barres d'appui et de remplacer la baignoire par une douche. Le film ne dit pas comment sont financés ces aménagements. A défaut, elles posent un siège dans la baignoire et se tiennent aux meubles pour se déplacer d'une pièce à l'autre. Arlette s'est même équipée de volets électriques. En revanche, la présence d'escaliers peut contraindre à déménager.

La maison de retraite : le plus tard possible

Aucune des personnes interrogées n'envisage de vivre en maison de retraite. "Une résidence ? Il faudrait vendre la maison, ce n'est pas possible" nous dit Rolande dont le mari Joseph a fait un AVC deux mois après son départ à la retraite. "On fait des sacrifices, il n'y a plus de voyages, je n'ai plus du tout de marge de manoeuvre". Madeleine qui vit à Lyon, a déménagé 15 ans plus tôt dans un quartier disposant de commerces. "Ca devient difficile. Je pense résidence mais sans parvenir à prendre de décision. Ca me ferait quelque chose d'être seule parmi des personnes avec des troubles cérébraux, j'aimerais garder des liens, quelques relations".

L'importance du lien social

Autre point commun entre les personnes rencontrées : les relations sociales et les liens de solidarité sont essentiels pour atténuer le poids des années. Ainsi Irène, 90 ans, vit à la ferme où ses enfants l'aident pour les courses. "Mon fils me monte le bois. Et je peux aller voir les vaches de temps en temps, ça me fait plaisir. J'ai toujours aimé les bêtes." Irène a encore beaucoup d'amis qu'elle retrouve pour jouer aux cartes. "Vivre chez mes enfants ? Ah non, ça ne se fait plus, je ne veux pas les embêter".

Au fil de ces entretiens se dessine un portrait du vieillissement, quand les contraintes pèsent chaque jour un peu plus et quand il devient difficile de se projeter dans l'avenir : contraintes économiques, soucis de santé, solitude aussi. Le logement, le lieu de résidence, c'est là où l'on passe l'essentiel de ses journées, entouré de ses objets familiers : au moyen de quelques aménagements on cherche à le rendre plus confortable afin d'y rester le plus longtemps possible, dans un environnement rassurant.

A lire également

Opportunités Digitales 2014

Participez à la première rencontre francophone du numérique - Opportunités Digitales

Le 16/09/2014

Les 15-16 octobre prochain à Rennes, découvrez des solutions novatrices pour répondre aux problématiques que vous rencontrez dans votre métier. Venez exprimer vos besoins et découvrir les solutions de demain.

Le héros c'est toi ! Serious games développé par une association au CHU de Rennes

"Le Héros c'est toi !" un serious game développé au CHU de Rennes pour les enfants hospitalisés

Le 16/09/2014

A l’initiative des « P’tits Doudous de l’Hôpital Sud », une association d’infirmiers et de médecins anesthésistes du CHU de Rennes innove en utilisant le numérique pour faciliter la prise en charge des enfants lors des interventions chirurgicales, en proposant un jeu interactif sur tablette.

Zoom sur les 7 premiers projets Silver Eco retenus dans le concours "Innovation 2030"

Le 13/05/2014

Le 25 mars dernier, le Premier Ministre a dévoilé les 58 premiers projets retenus dans le cadre de la phase d'amorçage du Concours mondial d’innovation. Ce concours doit permettre de faire émerger les talents et les aider à développer en France des innovations dans chacune des 7 ambitions stratégiques sélectionnées par la Commission Innovation2030.