La nutrition au Sandwich & Snack Show : comment la restauration rapide peut-elle améliorer l'équilibre nutritionnel ?

Le 11 avril 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
A l’occasion du Sandwich & Snack Show, l’agence Nutritionnellement a présenté la 4ème édition du Baromètre Nutritionnel de la Restauration Rapide. Audrey Aveaux, directrice de l’agence, a formulé un premier constat : l’écart entre les intentions et la réalité des engagements nutritionnels, déjà observé en 2012, se creuse encore davantage en 2013…

 

Créé en 2010, ce Baromètre évalue l'implication nutritionnelle des enseignes de Restauration Rapide en France, en matière de produits proposés et de communication, chez les chaînes et les établissements indépendants. L’enquête a été menée auprès de 40 enseignes de Restauration Rapide – 20 chaînes et 20 indépendants – sur le dernier trimestre 2012. Cette année, le Baromètre comporte en outre une enquête grand-public dévoilant les attentes des consommateurs français en matière de nutrition et permettant ainsi une comparaison avec l'offre des enseignes.

 

Attentes consommateurs : la nutrition reste un vrai enjeu en restauration rapide

81 % des Français souhaitent manger plus équilibré en restauration rapide.

Concernant l’offre alimentaire snacking :

  • 61 % des consommateurs entre 25 et 65 ans désirent trouver plus de diversité de pain en restauration rapide.
  • 72 % d’entre veulent plus d'informations nutritionnelles.
  • Ils se sont exprimés à 87 % en faveur d’une offre plus importante de plats à base de légumes.
  • Pour 85 %, ils attendent que l’établissement de Restauration Rapide leur propose des formules-menus faciles à équilibrer.

 

Quid de l’offre ?

Concernant la diversité de l’offre, les initiatives sont plus significatives du côté des indépendants.

Le baromètre relève 2 points très positifs :

  • Certains aliments à haute densité nutritionnelle comme les légumes secs, sont aujourd’hui présents chez 49 % des enseignes contre 39 % en 2011.
  • Les fruits et des produits laitiers sont de plus en plus présents dans l’offre de restauration rapide, chez les indépendants comme chez les chaînes. On observe une plus grande diversification avec une offre de yaourts au lait entier, sucrés mais également des alternatives moins riches comme des fromages blancs 0 % à agrémenter de toppings variés, permettant de réaliser sa propre combinaison.

Mais il existe de nombreuses marges de manœuvre. Par exemple :

  • Seulement 27 % des établissements proposent des pains variés alors que 61 % des consommateurs réclament cette variété.
  • 67 % des établissements proposent au moins un plat à base de légumes alors que 87 % des Français souhaitent trouver davantage de plats à base de légumes.

La proposition de menus équilibrés est également un point à améliorer dans de nombreuses enseignes. Seuls 12 % des établissements proposent des formules faciles à équilibrer alors que cela représente une attente forte de la part des consommateurs. Cela peut passer par l’établissement de menus adaptés à l’activité physique de la personne (menu « ligne », menu « énergie »…) ou plus simplement par la proposition de la boisson ou du dessert en fonction du repas pris par le convive.

 

Quid de la communication et du positionnement ?

Alors qu’il existe une véritable attente de la part du grand public, les engagements en terme de communication stagnent voire régressent. Audrey Aveaux insiste sur l’écart qui continue de se creuser entre les chaînes et les indépendants : « les chaînes communiquent de plus en plus sur leur offre nutritionnelle mais ce discours ne se retrouve pas dans l’offre proposée à proprement parler. Pour les indépendants, le phénomène est inverse ». 

L’une des causes ? La nouvelle réglementation européenne, qui s’applique à la restauration comme aux IAA, et qui nécessite de se conformer au règlement (UE) 1924/2006 visant à harmoniser l’utilisation des allégations nutritionnelles et de santé au niveau européen. Dans ce contexte, les chaînes de Restauration Rapide peuvent bénéficier d’une certaine expertise que les indépendants n’auront pas.

Le constant est également quelque peu décevant en ce qui concerne le positionnement. Alors que le baromètre 2012 révélait qu’une enseigne sur quatre mettait en avant une charte nutritionnelle (collaboration avec des professionnels de santé, partenariat PNNS, engagement nutritionnel interne…), il n’y a plus que 16 % des établissements à le faire aujourd’hui.

 

Des attentes consommateurs à satisfaire

Même s’il existe un vari décalage entre ce que le consommateur déclare et ce qu’il consomme réellement, cette 4ème édition du baromètre met clairement en évidence les progrès que la Restauration Rapide doit accomplir sur le terrain de la nutrition.  Aujourd’hui, les Français ne fréquentent plus ce type de restauration de manière occasionnelle mais quasi quotidienne. Certes ils ne veulent pas sacrifier le goût ou le plaisir, mais ils cherchent tout de même davantage d’équilibre…

A lire également

Désaisonnaliser et rajeunir l'image du gibier.

Le 19/01/2017

Au Québec, Canabec réenchante l'image du gibier… L'entreprise mise d'une part sur l'information en apposant des logos permettant facilement d'identifier l'intensité de goût. D'autre part, le fabricant joue la carte de l'usage avec le développement de gammes dédiées à des plats en vogue.

Fuumi : concept dédié au sushi-burrito…

Le 18/01/2017

Nouveau concept qui marie culture japonaise et mexicaine, Fuumi propose des burrito façon wrap garnis d’ingrédient empruntés à la culture japonaise, mais pas que… Mélange de saveurs pour une restauration rapide saine.

Innovations : les industriels surfent sur la vague des superaliments.

Le 12/01/2017

La notoriété des super-aliments progresse. Ils sont en effet perçus comme une réponse à nos problèmes de santé. Une étude réalisée par Mintel GNPD (Global New Product Database) souligne la popularité de ces aliments riches en nutriments aux bienfaits multiples et révèle une explosion quant à leur incorporation dans de nouveaux produits.