Etude de l’observatoire Cetelem sur l’automobile en Europe : 5 leviers pour rebondir

Le 05 avril 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Dans le cadre de son étude annuelle sur l’automobile, l’observatoire Cetelem s’est intéressé aux difficultés actuelles du marché automobile européen et sur ses perspectives d’évolution à court et moyen terme. (l’étude est téléchargeable dans son intégralité en fin d’article)

Les principales questions que soulève l’étude sont les suivantes :

  • Le marché automobile européen est-il condamné à vivre plusieurs années sans croissance ?
  • Le rebond des ventes est-il possible en Europe ? Si oui, à quelles conditions ?

En début d’étude, l’observatoire Cetelem revient ainsi sur la « panne sèche » actuelle que connait le marché automobile européen (-23% par rapport au point haut de 2007). Après cette phase de constat, plusieurs éléments laissant envisager de moroses perspectives sont avancés. Parmi ces derniers, on trouve notamment le taux de motorisation élevé et stable en Europe qui traduit d’une saturation du parc automobile. Le contexte économique global est aussi largement évoqué, avec des perspectives de croissance très limitées d’ici 2015 pour l’ensemble des pays européens.

En 2013, l’automobiliste européen lambda se retrouve donc dans une situation de contrainte économique exacerbée et n’a d’autres choix de procéder à des arbitrages budgétaires susceptibles d’impacter la part de budget dédiée aux transports qui reste stable à 14% malgré l’inflation pétrolière.

Cers éléments ne sont pas sans conséquences sur les usages des européens en matière d’automobile. Ces derniers ont ainsi tendance à baisser ou tout au moins à se rationnaliser. Ainsi, à la question « diriez-vous qu’au fil du temps vous utilisez moins votre voiture ? », plus de la moitié des européens répond oui.

Après les constats et la morosité, la seconde partie de l’étude propose de se placer dans une logique plus pro-active en déclinant « 5 leviers pour rebondir » :

  • De l’innovation futile à l’innovation utile, en passant par l’innovation incontournable 
  • Répondre aux exigences économiques des ménages 
  • Répondre aux besoins émotionnels des ménages 
  • Repenser les modes de commercialisation 
  • Développer les services associés et la location pour accélérer le renouvellement

En guise de conclusion, l’observatoire Cetelem considère qu’il existe des possibilités d’action autour des segments de clientèle « low-cost sensibles » et « premiums sensibles » ainsi que sur le processus d’accompagnement du consommateur dans son acte d’achat.

L’ensemble de l’étude est disponible en téléchargement ci-dessous.

A lire également

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.

Cela s'est passé cet été dans la galaxie Véhicules & Mobilités !

Le 01/09/2017

Déjà la rentrée ! Que s'est-il passé cet été dans la galaxie Véhicules & Mobilités ? Vous trouverez ici les articles qui ont retenu notre attention en supplément de notre revue de presse hebdomadaire qui reprend cette semaine :-) Au sommaire : Dieselgate, Mobilité de demain, Bio GNV, Véhicules électriques, voitures autonomes.