Retour sur le colloque Energie & TIC 3 de Lannion

Le 03 avril 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

La Technopole Lannion Trégor Anticipa organisait le 24 avril dernier en collaboration avec Lannion Trégor Agglomération, la Meito, le Véhipole, Orange, le Lycée Le Dantec, l’Enssat et l’Avere le colloque Energie & TIC 3 : les TIC au service de la mobilité durable. Retour sur quelques points de vue exprimés lors du colloque.

 

Vers un système multimodal intégré

Gabriel PLASSAT de l’Ademe a développé le principe d’une transition de l’objet automobile vers le service pour atteindre le facteur 4. Au cœur de cette transition, la donnée et un bouleversement des chaines de valeurs en place dont plusieurs acteurs vont revendiquer le leadership. Passer d’un système de mobilité centré autour du triptyque infrastructures de transport, moteur thermique, pétrole hyper optimisé dont nous sommes aujourd’hui dépendant suppose de passer à un système complexe dans lequel il faut mettre l’utilisateur au centre. Le passage à un système de mobilité suppose d'intégrer les solutions tout en cherchant à simplifier son usage pour l'utilisateur. L’Assistant Personnel de Mobilité sera à la fois un outil pour guider l’usager mais alimentera également le système en données d’usage. Gabriel PLASSAT préconise pour cette transition une ingénierie de compréhension des mobilités et de conception/validation des solutions par apprentissage. De ce point de vue, le rôle des « living labs » intégrant les utilisateurs et de la capacité d’innovation des territoires est prépondérant pour attirer les expériences de nouvelles mobilités.

 

Réduire la circulation automobile avec Autolib’

Autolib'Patrick LE CŒUR du pôle Mobilité Electrique de Paris a retracé le projet Autolib’. En préambule, P. Le CŒUR  rappelle une politique globale de la ville de Paris de rééquilibrage du partage de la voirie entre tous les usages (TC, vélo, piéton…) et globalement d’une réduction de la circulation automobile. Cela se traduit en 2012 par la suppression de 25 000 places de stationnement au profit des autres modes. La lutte contre la pollution est une motivation forte, 9 franciliens sur 10 subissant des niveaux de pollution (particules, Nox) supérieurs aux valeurs limites de l’OMC. Dans la politique de bouquet de services à la mobilité, Autolib’ est un complément au transport public pour des déplacements courts. La trace directe permet plus qu’un service d’autopartage, puisque le service inclut la mise à disposition de l’espace public pour l’usager qui réserve sa station d’accueil d’arrivée. Le modèle économique repose sur un contrat long (12 ans) avec l’opérateur (BOLLORE) pour un investissement conséquent de 250 M€ et une contribution de la collectivité dans la mise à disposition de l’espace publique et sous forme d’un apport de 50 k€ par station. Au-delà de l’autopartage, cela permet l’amorce d’un réseau d’infrastructures de recharge (50 % des stations sont équipés d’une place de recharge publique). Par ailleurs, la ville de Paris utilisera le renouvellement des concessions des stations le long du périphérique et du boulevard des Maréchaux pour y développer des stations de recharge électriques complémentaires.

 

L’expérimentation de mobilité électrique de Lannion Tregor Agglomération (LTA)

Avec comme objectif de développer la mobilité électrique, une convention de partenariat a été signée pour 4 ans avec plusieurs enseignes de la grande distribution (Intermarché, Super U, Leclerc) et plusieurs communes afin de mettre en place un 1er réseau d’infrastructures de recharge dont des bornes de recharges rapides de 43 kW. Les enseignes de la grande distribution développeront l’activité de location de véhicules électrique et LTA fait l’acquisition de 3 véhicules électriques pour son compte en partenariat avec Orange. L’objectif de ce partenariat avec Orange est de connecter les véhicules, d’exploiter les données afin de mieux comprendre les usages de mobilité électrique et de tester des fonctionnalités innovantes en environnement réel (informations temps réel, localisation et réservation de borne, recharge dynamique, paiement…).

 

3 exemples de solutions TIC pour la mobilité

Mobibreizh, plateforme de covoiturage dynamique

La solution Mobibreizh s’intègre dans le cadre de la mise en œuvre du plan de déplacement de Lannion Tregor Agglomération. Le parti-pris du projet est d’adresser spécifiquement le covoiturage pour les déplacements domicile/travail et exclusivement sur support smartphone en incluant des fonctionnalités en temps réel. Le projet s’est appuyé sur un développement par Haploid, une campagne de communication par les collectivités et une enquête d’usage réalisée par le GIS Marsouin (Laboratoire des usages de Télécom Bretagne). L’étude réalisée auprès de 700 personnes a révélé un taux élevé de personnes prêtes à partager un trajet (62%) mais également plusieurs freins, comme la praticité, la difficulté à trouver quelqu’un, la volonté de ne pas voyager avec des collègues, ou l’absence d’intérêt économique pour les plus hauts revenus. Mais le critère le plus déterminant reste la distance à parcourir qui doit être au-delà de 10 km par trajet pour que le covoiturage trouve une utilité auprès des usagers.

 

KiBlue, une solution légère d’information voyageur

Concept KiBlueIssue d’une collaboration entre Lumiplan, Erco&gener, Synervia et l’Ecole de design de Nantes, la solution KiBlue vise la fourniture d’informations temps réel pour les réseaux de transports périurbains. La solution s’adapte aux infrastructures existantes sans besoins de raccordements physiques aux réseaux grâce à un concept autonome (solaire), une connectivité bluetooth avec l’usager et GPRS avec le système d’information du gestionnaire. Pour les réseaux de transport disposant d’un système d’information temps réel, l’équipement des stations d’arrêt du KiBlue permet à tout usager disposant d’un mobile et d’une fonction bluetooth activée de recevoir en mode push une information sur l’avance/retard des bus sur son téléphone mobile. La borne équipée de KiBlue détecte la fonction Bluetooth du mobile et envoie le message le plus récent émis par le système d'information. Une solution susceptible d’améliorer le service en zone peu dense périurbaine ou la mise en place d’infrastructures lourdes d'information voyageur se heurte à des contraintes budgétaires des collectivités.

 

Eguise : Système de charge prédictif et intelligent

Soutenu par les investissements d’avenir, le projet EGUISE vise le développement d’une solution complète d’infrastructure de recharge associé à un système de gestion prédictive pour des flottes de véhicules hétérogènes. L’approche prédictive prendra en compte les besoins utilisateurs et l’intégration des bornes dans un « micro smart grid », c'est-à-dire prévoyant un échange bidirectionnel d’énergie entre le véhicule et les réseaux électriques locaux. Le projet intègre toutes les technologies de recharge normale/accélérée/rapide mais également filaire et sans contact, une approche des usages avec la contribution du Laboratoire LOUSTIC, ainsi qu’une étude des impacts sur la batterie des charges/décharges. Le projet est coordonné par DBT-CEV et s’échelonne sur 3 ans avec 3 démonstrateurs (Bretagne et Pays de la Loire).

 

Lien vers les présentations du colloque

A lire également

La PPE : Pourquoi Pas moins d'Energie carbonée pour nous déplacer ?

Le 07/12/2016

La loi de Programmation Pluriannuelle de l'Energie est un exercice de transcription en droit français des engagements, ambitions et outils au service d'une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). La PPE coordonne la politique française sur les questions d'énergie avec les Accords de Paris et autres engagements européens.

Véhicules et Mobilités 2017 : vos retours et vos attentes

Le 29/11/2016

Pendant ce dernier trimestre 2016, nous vous avons interrogé sur votre niveau de satisfaction, vos avis et vos attentes pour Véhicules et Mobilités : le site Web, la newsletter, Twitter et autres. Comme promis, voici un retour des résultats de cette enquête et nos axes de développement pour 2017 !

Open source : avenir ou concurrence de l'industrie automobile ?

Le 22/11/2016

Comment l’open source, le partage permettent d’arriver différemment à la construction d’une voiture ? Mais ces véhicules open source sont-ils réservés aux makers ou influencent-ils les pratiques de l'industrie automobile ? Quels sont les impacts des véhicules open source sur la chaîne de valeur, notamment la distribution des véhicules ?