Systèmes d'Information en santé : la nécessité de les adapter aux processus métiers

Le 29 avril 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les Systèmes d’Information (SI) ont un rôle très important à jouer dans la santé, notamment pour faciliter les échanges d’information dans le cadre du déploiement de la e-santé et des enjeux organisationnels associés. Pour cela, l’efficacité des SI dépend largement de leur adaptation – leur « alignement » – aux processus métiers.

Afficher en taille réelle Le « poids » des système d'information dans le domaine de la santé. Syntec Numérique. « Télémédecine 2020 »

Les Systèmes d'Information au coeur de la transversalité des échanges

Les travaux de Wootton (1996) ainsi que de Garshnek et Hassel (1999) ont mis en lumière le fait que la e-santé se définit comme un ensemble complexe de pratiques cliniques, de technologies, de dispositions organisationnelles, de facteurs humains, d’activité des professionnels de soins et de conséquences pour le patient. L'intégration des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) au sein des services médicaux peut être un moyen pertinent d'amélioration du système de santé, mais implique une évolution en profondeur des pratiques médicales en modifiant les relations entre les parties prenantes. Ceci nécessite d’organiser un processus collaboratif entre professionnels de santé ayant des formations et spécialités différentes, au sein des différentes structures dans lesquelles ils exercent, en échangeant des informations à l'intérieur d'un même niveau de soin (intégration horizontale), ainsi qu'entre différents niveaux de soins (intégration verticale).

 

Les Systèmes d’Information (SI) ont donc une grande importance en permettant cette communication et ce partage des informations, à différents niveaux comme le montre le schéma ci-contre, extrait du rapport "Télémédecine 2020" de Syntec Numérique. Les professionnels de santé se reposent déjà en grande partie sur des systèmes d’information informatisés. Et pour aller encore plus loin, l’acceptation professionnelle de la télémédecine est indispensable à son développement (Bashshur, 1997).

 

Aligner l'approche technique et les processus métiers

La complexité d'un SI est liée à la complexité organisationnelle. La représentation du travail dans une entité médicale (hospitalière, de soins, etc.) est définie par des processus métier qui sont des successions de tâches optimales dont la finalité est de soigner le patient. Ces processus nécessitent une structure organisationnelle, c'est-à-dire des unités organisationnelles, responsables d'une ou plusieurs tâches et d'un réseau qui les relie (Morley, 2011).

 

Le professionnel de santé définit l'impact des TIC dans le domaine médical, en termes d'optimisation du temps médical et de l'efficacité du système de soins, car l'intégration d'un acte de télémédecine ou d'un service de télésanté amène un changement de paradigme. Dès lors, l’enjeu essentiel de la mise à disposition de services de télésanté ou des actes de télémédecine n’est plus la maîtrise technique des solutions, mais devient la qualité de la compréhension entre les développeurs des systèmes d’information et les professionnels de santé, pour améliorer l'organisation des soins. L'objectif étant de garantir la cohérence entre les équipements techniques (machine, réseau …) et les processus métiers et, in fine, l'organisation sur les différents sites. Cette approche d'alignement entre un point de vue technique (équipements techniques) et un point de vue métier (processus métier) entre dans le cadre de l'urbanisation des systèmes d'informations. La démarche d'urbanisation du système d'information (Urba-SI, 2003) consiste à organiser sa transformation progressive et continue pour :

  • comprendre les enjeux d'organisation et le rôle du Système d'Information,
  • optimiser sa valeur ajoutée,
  • et pour finir, le rendre plus réactif et flexible face aux évolutions de l'entité médicale.

 

Une telle démarche doit conduire à bâtir un système d’information non redondant mais aussi apte à s’adapter plus rapidement aux nouveaux usages afin obtenir l'adhésion des professionnels de santé.  La solution d'alignement du point de vue métier sur le point de vue technique, dans le cadre de la télésanté, permet d'améliorer la bonne gouvernance des TIC liées à la performance individuelle, collective et organisationnelle.

 

A lire également

Des outils numériques au service de la relation pharmacien-patient

Le 06/08/2014

A la fois professionnel de santé et commerçant, le pharmacien d'officine est souvent le point d'entrée dans le parcours de soins. Son rôle de conseil a été renforcé par les récentes évolutions réglementaires. Dossier pharmaceutique, applications pour smartphones... : de nouvelles solutions servent de support à la relation pharmacien - patient.

La m-santé à la recherche d'un modèle économique

Le 14/05/2014

Les applications et dispositifs de M-santé se multiplient de façon exponentielle, notamment avec l'essor des objets connectés. Pourtant peu de services ont trouvé un modèle économique viable. Des récentes études du BCG et des exemples de services M-Santé déployés permettent d'esquisser des recommandations sur les business models à tester.

Contrat de Filière Silver Eco

Contrat de filière Silver Economie : analyse et recensement des actions engagées

Le 20/03/2014

Le Contrat de filière de la Silver Économie a été signé le jeudi 12 décembre dernier en présence d’acteurs privés et publics du secteur par Arnaud MONTEBOURG, Michèle DELAUNAY et Gilles SCHNEPP, président de la FIEEC et PDG de LEGRAND. 3 mois après son lancement, les premières actions sont lancées parmi les 60 propositions de ce contrat.