Vieillissement et dépendance : trois rapports remis au gouvernement

Le 29 mars 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Trois rapports ont été remis au premier ministre début mars pour alimenter la réflexion du gouvernement sur le défi majeur du vieillissement et de la dépendance. L'objectif est de préparer la future loi sur l'adaptation de la société au vieillissement annoncée par le Président de la République pour la fin 2013.

Maintes fois repoussé ces dernières années, le débat sur la dépendance fait son retour dans l'agenda gouvernemental avec la publication des rapports Aquino, Broussy et Pinville. En effet le vieillissement de la population est une donnée connue. Mais au-delà du constat, la société doit maintenant relever le défi de son adaptation aux besoins d'une population vieillissante.

L'enjeu est de taille : pour y répondre, les auteurs de ces trois rapports ont travaillé de façon complémentaire sur l'anticipation et la prévention (rapport Aquino), sur l'adaptation de la société aux évolutions démographiques (rapport Broussy) et sur l'observation des bonnes pratiques à l'international (rapport Pinville).

Président de l'association internationale de gériatrie et de gérontologie, gériatre, le docteur Jean-Pierre Aquino préside également le comité "Avancée en âge" mis en place en octobre 2012 par la ministre déléguée aux Personnes âgées et à l'Autonomie, Michèle Delaunay. Le docteur Aquino s'est intéressé dans son rapport à la question de l'anticipation et de la prévention.

Investir collectivement dans la prévention

Considérant que la dépendance n'est pas une fatalité, le rapport Aquino avance des propositions pour faire reculer la dépendance tant au domicile qu'à l'hôpital et en Ehpad. Les mesures proposées s'articulent autour de trois thématiques :

  • développer une culture de la prévention le plus tôt possible, en particulier à l'approche de la retraite. Sensibiliser le grand public, mobiliser les acteurs sociaux,
  • adapter notre système de santé pour dépister plus tôt les signes de fragilité,
  • mener des actions de prévention de proximité : sur ce dernier point, le rapport Pinville cite en exemple le Danemark et la Finlande où des visites préventives systématiques sont organisées chez les plus de 75 ans, ou encore l'Italie où les voisins, les commerçants et les gardiens d'immeubles sont mobilisés pour repérer les personnes âgées fragiles (programme "Vive les aînés").

Un chantier porteur de croissance économique

Le rapport de Luc Broussy dégage des axes prioritaires pour engager une action forte sur l'environnement de la personne âgée et ainsi contribuer à une meilleure qualité de vie des aînés. Le conseiller général du Val d'Oise insiste dans son rapport sur la dimension économique de l'adaptation de la société au vieillissement : un chantier générateur de croissance et donc d'emploi.

Le rapport Broussy préconise une série d'actions dans cinq directions :

  • l'adaptation du logement individuel : un diagnostic habitat - mobilité réalisé par un ergothérapeute pourrait être mis en place chez les personnes de 70 ou 75 ans. D'autres mesures viseraient à faciliter les travaux d'aménagement et d'adaptation du logement : selon l'ANAH (Agence nationale de l'habitat) près de 2 millions de logements nécessiteraient des travaux en raison de l'âge de leurs occupants.
  • la valorisation de lieux de vie collectifs non médicalisés permettant d'anticiper la dépendance : foyers logements ouverts sur leur environnement, béguinages, résidences intergénérationnelles...
  • concevoir la ville de façon à la rendre plus accueillante pour les aînés : le rapport Broussy propose d'insérer un volet "prise en compte du vieillissement" dans le PLH (programme local de l'habitat), le PLU (plan local d'urbanisme), le SCoT (schéma de cohérence territoriale) et le PDU (plan de déplacements urbains).
  • mieux organiser la filière des technologies liées au vieillissement avec la création d'une Agence nationale des technologies de l'autonomie qui labelliserait les produits de soutien à l'autonomie. Dès à présent les ministres Arnaud Montebourg et Michèle Delaunay annoncent le lancement prochain d'une filière industrielle nommée "silver economy" s'appuyant sur les entreprises françaises en pointe dans les technologies de l'autonomie.
  • enfin affirmer et protéger davantage les droits des aînés.

Le financement en question

En complément des propositions contenues dans les rapports Aquino et Broussy, Martine Pinville a repéré dans de nombreux pays des exemples de politiques publiques qui vont dans le sens d'une meilleure adaptation de nos sociétés au vieillissement : au Québec, au Royaume-Uni, au Danemark, en Suède ou au Japon, des initiatives remarquables ont été repérées par la députée de Charente dans le cadre d'une mission parlementaire.

Reste la question du financement nécessaire pour mener cette politique ambitieuse, présentée comme une priorité nationale.

Sur le volet dépendance, rien n'est encore arrêté : extension de la journée de solidarité, relèvement du taux de CSG, recours aux assurances ? Intervenant à Lille le 25 janvier 2013 en clôture du congrès de l'Uniopss, François Hollande déclarait à propos de la réforme de la dépendance : "Nous étalerons cet effort sur l’ensemble du quinquennat et nous devrons trouver des recettes qui soient celles de la solidarité."

Le travail qui s'engage en vue de préparer la loi d'adaptation de la société au vieillissement devrait dans les prochains mois nous éclairer sur la question des ressources à mobiliser.

A lire également

Des outils numériques au service de la relation pharmacien-patient

Le 06/08/2014

A la fois professionnel de santé et commerçant, le pharmacien d'officine est souvent le point d'entrée dans le parcours de soins. Son rôle de conseil a été renforcé par les récentes évolutions réglementaires. Dossier pharmaceutique, applications pour smartphones... : de nouvelles solutions servent de support à la relation pharmacien - patient.

La m-santé à la recherche d'un modèle économique

Le 14/05/2014

Les applications et dispositifs de M-santé se multiplient de façon exponentielle, notamment avec l'essor des objets connectés. Pourtant peu de services ont trouvé un modèle économique viable. Des récentes études du BCG et des exemples de services M-Santé déployés permettent d'esquisser des recommandations sur les business models à tester.

Contrat de Filière Silver Eco

Contrat de filière Silver Economie : analyse et recensement des actions engagées

Le 20/03/2014

Le Contrat de filière de la Silver Économie a été signé le jeudi 12 décembre dernier en présence d’acteurs privés et publics du secteur par Arnaud MONTEBOURG, Michèle DELAUNAY et Gilles SCHNEPP, président de la FIEEC et PDG de LEGRAND. 3 mois après son lancement, les premières actions sont lancées parmi les 60 propositions de ce contrat.