Le marché du snacking et du sandwich en RHD, en France, en 2012 : présentation de l’Indice Jambon-Beurre sur le salon Sandwich & Snack Show

Le 26 mars 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
A l'occasion du salon Sandwich & Snack Show 2013, Gira Conseil, cabinet spécialisé en restauration, a dévoilé les résultats de son 5ème Indice Jambon-Beurre. Cet indice économique est un référent en matière de restauration rapide, marché qui assure 34 % des ventes de la Consommation Alimentaire Hors Domicile.

 

 

 

Bernard Boutboul, Directeur Général du cabinet Gira Conseil, dévoilait mercredi dernier les derniers chiffres clés du marché de la restauration rapide. Ce marché, qui ne cesse de croître, est passé de moins de 19.6 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2004 à 34 milliards en 2012. Soit plus de 73 % de croissance en huit ans…

 

 

 

Etat des lieux : 2 clés d’entrée dans l’univers de la consommation alimentaire hors domicile :

Historiquement, il existe 2 modes de distribution clairement identifiés :

  • le SAT (restauration avec Service A Table)
  • la VAC (Vente Au Comptoir), que Bernard Boutboul préfère à l’appellation « fast food » et qui englobe restauration rapide moyen et haut de gamme, libre service, cafétérias et self‐service.

 

Evolution du chiffre d’affaire : + 73,5 % sur 8 ans

Alors que le marché global de la restauration devrait reculer (en valeur) pour la première fois depuis 1995, le marché de la VAC fait figure de pilier.

Ainsi, dans un contexte économique peu favorable, le marché de la restauration rapide (VAC) annonce des résultats tout à fait honorables en France en 2012. La VAC affiche en effet un chiffre d’affaires de 34 milliards d’euros, en progression de 3.97 % par rapport à 2011 (CA 2011 : 32.7 milliards d’euros) et de plus de 73 % par rapport à 2004 (CA 2004 : 19.6 milliards d’euros), année où la montée en gamme et la diversification ont été particulièrement marquées.

 

Même la crise de 2008 n’a pas enrayé la croissance de la VAC.

 

Gira Conseil estime que nous vivons un changement de modèle qui engendre une modification de nos systèmes de consommation. Il semble que depuis quelques années chacun ait décalé sa consommation vers le bas, consciemment ou non, quelque soit ses revenus ou son lieu de vie (à Paris comme en province). Au même moment, une montée en gamme de la restauration rapide s’opérait.

Bernard Boutboul estime donc que pour des raisons économiques, associées à une montée en gamme de l’offre, la crise aurait largement profité à la restauration rapide.

 

Consommation Alimentaire Hors Domicile : VAC versus SAT

 

 

SAT

VAC

Restauration commerciale

66 %

34 %

Restauration collective

10 %

90 %

Circuits alimentaires alternatifs

/

100 %

Restauration hôtelière

100 %

/

Restauration automatique

/

100 %

Total

47.5 %

52.5 %

 

Sur l’ensemble de la Consommation alimentaire hors domicile, le mode de distribution au comptoir est donc passé devant le mode de distribution service à table.

Poids des sandwiches en France en 2012.

 

En 2012 en France :

  • Le chiffre d’affaires du marché du sandwich s’est élevé à 7,01 milliards d’euros soit une croissance de 6,27 % par rapport à 2011.
  • 2,105 milliards de sandwichs ont été consommés, tous circuits confondus, soit une croissance de 3,96 % par rapport à 2011,
  • Le prix moyen du sandwich a augmenté (au dessus du niveau de l’inflation) pour atteindre 3,34 €, soit une croissance de 2,14 % par rapport à 2011.

 

La France reste traditionnelle en matière de consommation : le sandwich, 2ème derrière les pâtes.

 

En France (prise en compte à la fois de la consommation hors domicile et intra-domicile), lorsqu’il se consomme une portion de sushis, il se consomme :

  • 8 Kebabs,
  • 23 hamburgers (consommés plutôt en hors-domicile)
  • 25 pizzas,
  • 64 sandwichs,
  • 198 portions de pâtes.

Tous ces produits sont concernés par la montée en gamme, sauf les pâtes, note Bernard Boutboul :

  • Le kebab chic a fait son entrée avec Our ;
  • Les Etoilés offrent leurs recettes de hamburgers et de sandwiches ;
  • Des Grazie ou Pizzachic offrent des pizzas haut de gamme ;

Mais, alors que le Français est un gros consommateur de pâtes, il n’existe pas encore d’offre vraiment haut de gamme en VAC. Des opportunités à saisir ?


Quid du jambon-beurre

Les chiffres : consommation et PVC moyen


  • 62 % des sandwiches vendus sont des jambon-beurre, soit 1,310 milliard d’unités consommées en 2012.
  • Le tarif moyen du sandwich jambon-beurre est de 2,68 €, tous circuits confondus, soit une croissance de 1.51 % par rapport à 2011.Indice jb beurre1
  • Il reste 6.15% plus cher dans les grandes agglomérations. Le jambon‐beurre le moins cher est à Saint‐Brieuc avec un tarif moyen de 2,20 €, le plus cher à Paris avec un prix moyen de 3,26 €.indice jb beurre2

 

 

Evolution de l’Indice Jambon-Beurre : évolution des parts de marché par circuit de distribution


Indice jb beurre3

Les circuits traditionnels détiennent 48% de parts de marché, en baisse face à des acteurs proposant des prix plus compétitifs. Par exemple, la GMS et les commerces de proximité (27 % de PdM) progressent grâce à des prix bas. Quant aux métiers de bouche, ils détiennent 20% de PdM, en progression grâce à l’accent porté sur la qualité. La restauration automatique (4% de PdM) souffre d’un problème de qualité perçue qui lui fait perdre des parts de marché. Enfin, les pétroliers, à 1% de PdM, perdent encore du terrain car le prix est jugé bien trop élevé par rapport à la qualité du produit délivré.

 

Prix du jambon-beurre par circuit de distribution


Indice jb beurre5

Côté positionnement tarifaire, ce sont les cafés-bars-brasserie qui occupent le haut de panier à 3,07€ le jambon-beurre. Suivent, dans l’ordre, les pétroliers avec un prix moyen de 3,06€, les boulangeries (2,98€), les chaînes de sandwicherie (2,95€), les superettes/distribution de proximité (2,09€) puis les hyper et super (1,94€).

Il semble qu'aujourd'hui les circuits de distribution les plus chers aient tendance à baisser leurs prix alors que les circuits les moins chers (donc qui font beaucoup de volume) exercent un rattrapage.

Pour plus d'informations...

L'étude est disponible sur le site Internet de Gira Conseil à 239,20 euros.

A lire également

Restauration hospitalière en mutation ? Une offre différente pour l'ambulatoire de l'Institut Gustave Roussy

Le 18/04/2017

L’institut Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe, s’est associé à Alexandre Bourdas, chef doublement étoilé du SaQuaNa, et à Elior, le numéro 1 français de la restauration collective, pour proposer une offre différente en service ambulatoire : plats froids, quantité réduite, goût du produit brut.

Chiffres clefs 2016 de la consommation de produits biologiques en France

Le 22/03/2017

L’Agence BIO avec l'appui du CSA vient de publier son baromètre 2017 de consommation et de perception des produits biologiques en France. Principaux enseignements...

Restaurant numérique : guide pratique pour la transformation digitale de la RHD

Le 07/02/2017

La DGE (Direction générale des entreprises) et l’UMIH (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie) proposent aux restaurateurs un guide pratique sur les bonnes pratiques du numérique appliquées à leur métier.