Les courses alimentaires largement dépendantes de la voiture

Le 25 mars 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le Credoc a enquêté sur les pratiques d'approvisionnement des ménages périurbains. L'enquête montre la difficulté de ces ménages à concilier les préoccupations environnementales avec les contraintes de budget et de temps. Il existe pourtant des pistes d'amélioration.

La notion de courses durables utilisée par le Credoc intègre l'ensemble des pratiques d'approvisionnement des ménages : à la fois les courses proprement dites, mais aussi la production et la distribution des produits, leur stockage et le traitement de leurs déchets. Les courses durables sont celles qui limitent l'impact de ces pratiques d'approvisionnement sur notre environnement.

Or les ménages dépendent encore largement de leur voiture pour faire leurs courses : selon l'enquête nationale transports de 2008, plus des deux tiers des déplacements liés aux achats alimentaires et non alimentaires sont réalisés en voiture, 25% à pied, 4% par les transports en commun et 2% en vélo.

Même si les préoccupations environnementales progressent, il reste difficile pour les ménages de concilier le souhaitable et le possible. En effet l'adoption de pratiques d'approvisionnement plus respectueuses de l'environnement est conditionnée par d'autres objectifs ou contraintes prioritaires : les ménages cherchent tout à la fois à réduire leurs dépenses alimentaires, à gagner du temps et à contrôler la qualité des produits qu'ils achètent.

L'enquête du Credoc met toutefois en lumière un certain nombre de pratiques d'approvisionnement qualifiées de vertueuses, allant dans le sens d'un moindre impact sur l'environnement :

  • le regroupement des achats avec d'autres déplacements
  • le regroupement des achats dans le temps ou sur une même zone
  • les courses de proximité
  • les modes de déplacement non polluants
  • l'achat à distance
  • l'achat direct auprès du producteur
  • l'auto-production.

Encourager les pratiques vertueuses

Pourtant dans son enquête le Credoc souligne que les ménages prennent peu en considération l'aspect environnemental dans le choix de leur mode d'approvisionnement : les pratiques vertueuses listées ci-dessus résultent le plus souvent de choix contraints.

Au final, la prise de conscience écologique ne pèse pas encore suffisamment pour modifier durablement les comportements.

Pour autant, les commerçants ont tout intérêt à anticiper les évolutions et à valoriser les pratiques respectueuses de l'environnement : d'une part c'est une façon d'inscrire leur activité dans une démarche citoyenne, d'autre part c'est réfléchir à l'impact sur leur métier de l'augmentation inévitable du prix du carburant. Enfin les commerçants peuvent encourager les courses durables en mettant l'accent sur le service clients, par exemple en proposant des modes de livraison doux.

A lire également

Transformation numérique des TPE en Bretagne.

Le 18/11/2016

La Région Bretagne lance un appel à projets expérimental qui a pour but d'accompagner les TPE dans leur transformation numérique. L’objectif est de valider si ce type de programme peut réellement constituer un effet de levier sur les petites entreprises et de promouvoir le caractère transformant par les outils numériques.

Challenge du Commerce : promouvoir et récompenser les commerçants dynamiques.

Le 18/11/2016

Le Challenge du Commerce et des Services est une occasion de mettre en lumière l’activité des commerçants, des prestataires de services, et des unions commerciales.

Passion Commerce : Les commerces du Pays de Rennes à l’honneur.

Le 30/09/2016

Quel commerce pour demain ? Renaud Sore-Larregain a apporté des clés de compréhension sur les évolutions des offres aux consom’acteurs. La dernière édition de Passion Commerce à la CCI Rennes mettait le focal sur ces nouveaux commerçants qui anticipent les exigences des consommateurs.