Un réseau de boucheries traditionnelles pour La Cooperl.

Le 19 mars 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La tendance est à la défiance vis-à-vis des industriels, en particulier dans la filière carnée. Si la fraude à la viande de cheval risque de ternir une nouvelle fois l'image de l'industrie alimentaire, elle va probablement profiter aux artisans bouchers. L’ouverture d’un réseau de boucheries par la Cooperl tombe donc à pic.

La Cooperl, numéro un du porc français basé à Lamballe (22), a ouvert sa première enseigne "Aurélien boucher traiteur" à Redon (35). Vingt-cinq magasins devraient ouvrir cette année, la plupart dans l’Ouest mais aussi quelques-uns en région parisienne.

Ce nouveau concept, dont la couleur phare est le rouge, est baptisé Aurélien, du nom du saint patron des bouchers. Il s’adresse à une clientèle de jeunes actifs, avec une offre en phase avec la tendance actuelle : 50 % viande, 30 % charcuterie-traiteur et 20 % snacking-rôtisserie. A cela s’ajoute la vente de produits régionaux.

Côté traiteur, plus de 80 spécialités bouchères sont proposées : crues ou prêtes à mettre au four, avec possibilité de commander en ligne.

La boucherie traditionnelle bénéficie de la confiance des consommateurs.

Quelques semaines après le début du "Horsegate", la fédération des artisans bouchers évoque une hausse de 10 % de ventes de steaks hachés frais dans les boutiques. En parallèle, Nielsen constate une baisse de 47% du chiffre d’affaires sur les plats cuisinés à base de bœuf, sur la semaine du 18 au 24 février, par rapport à la même semaine l’an dernier.

Si depuis quelques années, les nouveaux modes de vie et de consommation redonnent de l'attractivité aux commerces de proximité, l’affaire chevaline va probablement accélérer un rapprochement entre le consommateur et le savoir-faire artisanal. Avec des concepts modernes, rajeunissant l’image parfois vieillotte des boucheries, une nouvelle clientèle, plus jeune et soucieuse de réduire le nombre d’intermédiaires entre elle et l’animal, devrait franchir la porte des artisans bouchers…

 

2 vachesboutique ferreroAprès Ferrero et sa boutique éphémère en 2009, Danone et son restaurant Les 2 Vaches, La Cooperl et sa boucherie, l’heure est donc à la diversification des activités pour les industriels de l’agro-alimentaire.

 

Une façon efficace de renforcer le lien avec un consommateur de plus en plus demandeur en matière de proximité et de transparence.

A lire également

OPCALIM  Programme Mut'Eco

Transition numérique des IAA : un coup de pouce sur les fonds de formation

Le 15/05/2018

Du 1er mars au 31 octobre 2018, OPCALIM mobilise 2.4 millions, dont 1.9 millions pour Bretagne et Pays de la Loire, pour financer les formations des entreprises agro-alimentaires < 250 salariés.

Substituts de viande : vers des appellations misant sur les caractéristiques propres au végétal ?

Le 14/05/2018

Alors que Le Boucher Vert vient de changer son nom pour Hari&Co, la marque va peut-être devoir réaliser une seconde refonte de ses packs… Un amendement adopté le 19 avril 2018 compte interdire aux acteurs du végétal d’utiliser les noms propres à l’univers de la viande.

Tendances culinaires : du vintage dans l’assiette ! Un poireau vinaigrette, une blanquette de veau et un Saint Honoré, s’il vous plaît !

Le 18/04/2018

La tendance néo-conservateur arrive en force dans les assiettes et avec elle le poireau vinaigrette, le céleri rémoulade ou la blanquette de veau, ces plats "canaille" d'autrefois qui n'étaient plus guère en vogue... Dans un monde où les "vraies" valeurs s'étiolent, le vintage dans l’assiette résonne comme un retour aux valeurs fondamentales…