Un réseau de boucheries traditionnelles pour La Cooperl.

Le 19 mars 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La tendance est à la défiance vis-à-vis des industriels, en particulier dans la filière carnée. Si la fraude à la viande de cheval risque de ternir une nouvelle fois l'image de l'industrie alimentaire, elle va probablement profiter aux artisans bouchers. L’ouverture d’un réseau de boucheries par la Cooperl tombe donc à pic.

La Cooperl, numéro un du porc français basé à Lamballe (22), a ouvert sa première enseigne "Aurélien boucher traiteur" à Redon (35). Vingt-cinq magasins devraient ouvrir cette année, la plupart dans l’Ouest mais aussi quelques-uns en région parisienne.

Ce nouveau concept, dont la couleur phare est le rouge, est baptisé Aurélien, du nom du saint patron des bouchers. Il s’adresse à une clientèle de jeunes actifs, avec une offre en phase avec la tendance actuelle : 50 % viande, 30 % charcuterie-traiteur et 20 % snacking-rôtisserie. A cela s’ajoute la vente de produits régionaux.

Côté traiteur, plus de 80 spécialités bouchères sont proposées : crues ou prêtes à mettre au four, avec possibilité de commander en ligne.

La boucherie traditionnelle bénéficie de la confiance des consommateurs.

Quelques semaines après le début du "Horsegate", la fédération des artisans bouchers évoque une hausse de 10 % de ventes de steaks hachés frais dans les boutiques. En parallèle, Nielsen constate une baisse de 47% du chiffre d’affaires sur les plats cuisinés à base de bœuf, sur la semaine du 18 au 24 février, par rapport à la même semaine l’an dernier.

Si depuis quelques années, les nouveaux modes de vie et de consommation redonnent de l'attractivité aux commerces de proximité, l’affaire chevaline va probablement accélérer un rapprochement entre le consommateur et le savoir-faire artisanal. Avec des concepts modernes, rajeunissant l’image parfois vieillotte des boucheries, une nouvelle clientèle, plus jeune et soucieuse de réduire le nombre d’intermédiaires entre elle et l’animal, devrait franchir la porte des artisans bouchers…

 

2 vachesboutique ferreroAprès Ferrero et sa boutique éphémère en 2009, Danone et son restaurant Les 2 Vaches, La Cooperl et sa boucherie, l’heure est donc à la diversification des activités pour les industriels de l’agro-alimentaire.

 

Une façon efficace de renforcer le lien avec un consommateur de plus en plus demandeur en matière de proximité et de transparence.

A lire également

Une communication humoristique pour les substituts de viande.

Le 21/03/2017

Les dernières éditions du SIAL ou du SIRHA ont fait la part belle aux innovations veggies et ont été à l'image de cette vague de végétarisme qui déferle sur l'alimentaire. D'une communication plutôt sobre et axée environnement ou santé, le 100% végétal s'oriente de plus en plus vers une stratégie décalée, des packagings funs et colorés.

Mac Donald en passe de mettre un pied en GMS ?

Le 06/02/2017

Produit phare de la restauration rapide, le burger suscite de plus en plus d’initiatives… Si McDonald’s est longtemps resté leader sur le segment, la concurrence explose, forçant la chaîne de fast food à se réinventer. Place à une belle opération de communication puisque la chaîne annonce la commercialisation de la célèbre sauce du Big Mac.

Seniors : comment construire une communication ciblée ?

Le 06/02/2017

Les seniors constituent une cible privilégiée mais à qui il est parfois difficile de s'adresser. Quels sont les produits qui ont bénéficié du viellissement de la population ? Comment maintenir cette position face aux nouvelles générations de seniors ? Quels plans de communication privilégier pour optimiser ses campagnes ?