Un réseau de boucheries traditionnelles pour La Cooperl.

Le 19 mars 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La tendance est à la défiance vis-à-vis des industriels, en particulier dans la filière carnée. Si la fraude à la viande de cheval risque de ternir une nouvelle fois l'image de l'industrie alimentaire, elle va probablement profiter aux artisans bouchers. L’ouverture d’un réseau de boucheries par la Cooperl tombe donc à pic.

La Cooperl, numéro un du porc français basé à Lamballe (22), a ouvert sa première enseigne "Aurélien boucher traiteur" à Redon (35). Vingt-cinq magasins devraient ouvrir cette année, la plupart dans l’Ouest mais aussi quelques-uns en région parisienne.

Ce nouveau concept, dont la couleur phare est le rouge, est baptisé Aurélien, du nom du saint patron des bouchers. Il s’adresse à une clientèle de jeunes actifs, avec une offre en phase avec la tendance actuelle : 50 % viande, 30 % charcuterie-traiteur et 20 % snacking-rôtisserie. A cela s’ajoute la vente de produits régionaux.

Côté traiteur, plus de 80 spécialités bouchères sont proposées : crues ou prêtes à mettre au four, avec possibilité de commander en ligne.

La boucherie traditionnelle bénéficie de la confiance des consommateurs.

Quelques semaines après le début du "Horsegate", la fédération des artisans bouchers évoque une hausse de 10 % de ventes de steaks hachés frais dans les boutiques. En parallèle, Nielsen constate une baisse de 47% du chiffre d’affaires sur les plats cuisinés à base de bœuf, sur la semaine du 18 au 24 février, par rapport à la même semaine l’an dernier.

Si depuis quelques années, les nouveaux modes de vie et de consommation redonnent de l'attractivité aux commerces de proximité, l’affaire chevaline va probablement accélérer un rapprochement entre le consommateur et le savoir-faire artisanal. Avec des concepts modernes, rajeunissant l’image parfois vieillotte des boucheries, une nouvelle clientèle, plus jeune et soucieuse de réduire le nombre d’intermédiaires entre elle et l’animal, devrait franchir la porte des artisans bouchers…

 

2 vachesboutique ferreroAprès Ferrero et sa boutique éphémère en 2009, Danone et son restaurant Les 2 Vaches, La Cooperl et sa boucherie, l’heure est donc à la diversification des activités pour les industriels de l’agro-alimentaire.

 

Une façon efficace de renforcer le lien avec un consommateur de plus en plus demandeur en matière de proximité et de transparence.

A lire également

Agrilait confirme son ancrage local et personnalise la relation entre le consommateur et SA région.

Le 18/01/2018

Sur un marché du lait longue conservation à la peine, le local est l’une des valeurs refuge. Pour preuve, "Le Lait d’Ici", "En direct des Éleveurs" ou "C’est qui le Patron" remportent les faveurs des consommateurs. Agrial, via sa filiale Agrilait, va plus loin dans sa communication en tissant un lien fort entre le consommateur et sa région…

Le "gender marketing" en alimentaire ne mise pas que sur la taille de la portion.

Le 19/12/2017

A l'heure où le "gender marketing" bat son plein dans les rayons jouets, certaines initiatives se démarquent en alimentaire. Non sans rappeler Charal et sa gamme "petit Appétit", les burgers genrés de Spar en Autriche misent sur le format pour créer des besoins différenciés entre hommes et femmes et donc multiplier les intentions d’achat.

Si le végétal gagne du terrain, les Français restent attachés à la consommation de produits carnés. Les chiffres en faveur du flexitarisme…

Le 14/12/2017

En 2016, le Petit Robert intégrait dans ses pages le mot "vegan". En 2017, c'est le mot "flexitarisme" qui a fait son arrivée dans les dictionnaires de la langue française. Ce terme bénéficie ce jour d’une forte notoriété auprès des médias, sur les réseaux sociaux et, par conséquent, dans la stratégie des marques.