Intelligence economique et knowledge management : trois questions à Alphonse Carlier

Le 13 mars 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Consultant qualité, chef de projet systèmes d'information et formateur, Alphonse Carlier a publié "Intelligence économique et knowledge management" aux éditions Afnor. L'auteur répond aux questions de Themavision sur la mise en œuvre d'une démarche d'intelligence économique dans une PME.

L'intelligence économique et le management des connaissances sont la matière première de votre ouvrage : pouvez-vous nous expliquer dans quel sens vous associez étroitement ces deux démarches ?

En effet, j'ai remarqué que dans beaucoup de présentations sur l'intelligence économique (IE) et le knowledge management (KM), la mise en pratique dissocie ces deux aspects. Mais après avoir réfléchi par rapport aux projets auxquels je participe depuis plusieurs années, ces deux démarches sont complémentaires. D'abord, elles travaillent sur de l'information, des données, des événements pour être intégrées dans le cycle de traitement de l'entreprise. En tant qu’approche système et méthodologie, IE et KM sont à 80% identiques, bien que les résultats soient différents.

Il y a une continuité et des passerelles entre IE et KM, un véritable socle commun et c'est ce que j'ai voulu montrer. Car les deux démarches vont dans le sens de l'innovation et de l'aide à la décision dans l'entreprise.

Dans une PME, le responsable qualité a-t-il selon vous un rôle central à jouer dans la mise en œuvre de l'intelligence économique ?

Absolument et c'est ce que j'ai mis en évidence dans cet ouvrage. Le responsable qualité est parfois dans une PME le patron. Il doit recueillir des informations sur son secteur, ses marchés, ses produits, les potentiels d'exploitation et ceci rapidement. Le responsable qualité, du fait de son métier, a une vue transversale et une approche des métiers auxquelles des informations seraient utiles pour améliorer le fonctionnement et l’efficacité.

Le processus d'IE doit être intégré dans la structure car il a une vue opérationnelle et transversale. Le responsable qualité, qu'il soit consultant ou conseil a le recul suffisant, les éléments pour participer à la mise en place d'une IE performante dans l'entreprise.

Quels sont les principaux freins auxquels sont confrontées les PME dans leur appropriation de l'intelligence économique ?

Cette partie est développée dans l'ouvrage. En quelques mots, c'est vrai que cette discipline et ses applications doivent être intégrées dans l'entreprise. En France il s'agit parfois davantage des aspects culturels. En revanche, comme je le précise dans un chapitre, d'autres pays (Allemagne, Etats-Unis, Angleterre, pays du Nord de l'Europe notamment) ont des structures relais entre PME, organismes, Régions, industriels, agences… qui assurent les contacts directs entre les membres et des modes d'organisation structurés.

En France, on a parfois tendance à attendre et à gérer au coup par coup. Alors que l'IE donne des outils pour anticiper et prendre du recul sur les situations en intégrant les informations, leurs traitements, des critères dans les analyses. Il y a aussi le cas où les responsables peuvent se sentir en marge de la loi et des règlementations alors que l'IE bouscule les modes de pensée dans le sens d'une meilleure maturité. Le vocabulaire de l'IE n'est pas très complexe.

Vos conseils pour une PME qui entend structurer et pérenniser sa démarche d'intelligence économique ?

Je développe ces aspects à partir de mon expérience. Très schématiquement il y a trois leviers qu'il faut avoir à l'esprit :

  • une réflexion et des objectifs précis dans le temps
  • des outils adaptés
  • une implication la plus large possible des salariés et des responsables.


Contact :
Alphonse Carlier
Carlier Consulting
06 77 11 42 57
acarlier@free.fr 

Les derniers entretiens

Construire une stratégie d'influence : entretien avec Johann Fourmond

Le 27 avril 2015

Johann Fourmond, fondateur et dirigeant du cabinet Influence & Vous, est intervenu à la CCI Rennes le 5 février 2015 sur le thème de l'influence. Johann Fourmond répond aux questions de Themavision sur l'élaboration d'une stratégie d'influence, les règles à prendre en compte et les retombées qu'une entreprise peut en attendre.

La sécurité économique des entreprises : entretien avec Jérôme Lainé

Le 19 novembre 2014

Chargé de mission régional à l'intelligence économique à la DIRECCTE Bretagne, Jérôme Lainé est intervenu à la CCI Rennes le 23 octobre 2014 à l'occasion d'un atelier sur la sécurité économique de l'entreprise. Jérôme Lainé répond aux questions de Themavision sur les risques qui pèsent sur les entreprises et les outils pour y faire face.

La veille sur les réseaux sociaux : entretien avec Marie Armand

Le 06 juin 2014

Consultante et dirigeante de l'Œil au Carré, agence de communication sur les médias sociaux, Marie Armand répond aux questions de Themavision sur l'usage des réseaux sociaux dans une démarche de veille, thème d'un atelier organisé à la CCI Rennes en mai 2014.

A lire également

Enquête 2015 sur les pratiques de veille et intelligence économique des entreprises bretonnes

Le 29/04/2015

Portée par CCI Innovation Bretagne et réalisée par l'ARIST Bretagne, en partenariat avec les CCI bretonnes, la Région Bretagne, BDI et la Direccte, cette enquête permet de recueillir et analyser les pratiques de veille et IE des entreprises de la région, de mesurer leurs réussites et difficultés, enfin d'enregistrer les principales évolutions.

La Région Bretagne ouvre les données sur ses marchés publics

Le 15/04/2015

Soutenue par la Région Bretagne, l'association Breizh SBA vient d'ouvrir le portail My Breizh Open Data - Marchés publics. Objectif : rendre la commande publique lisible et accessible à tous.

La CGPME et l'ANSSI publient un guide des bonnes pratiques de l'informatique

Le 15/04/2015

Douze règles pour sécuriser vos équipements numériques : c'est l'objet du guide publié conjointement par l'Agence nationale de sécurité des systèmes d'information et la Confédération générale des PME.