Funiculaires et télécabines, une nouvelle offre de mobilité qui se développe

Le 19 mars 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

 

Les téléphériques urbains sont déjà présents dans de nombreuses villes d’envergure, telles que Rio de Janeiro, New York, ou encore Caracas.

Si cette solution peut laisser perplexe, de nombreuses villes françaises s’y intéressent également, avec pour objectif de désenclaver certains quartiers ou encore de désengorger le trafic urbain grâce à la voie des airs. Un article des Echos relaie les projets qui vont naître dans plusieurs villes de l’Hexagone.

 

On citera ainsi :

  • Brest, où dès 2015, les télécabines permettront de traverser la rade et de relier l’écoquartier des Capucins (560 logements, commerces, multiplexe) au centre-ville.
  • Toulouse, où le parcours de 2,6 kilomètres comptera trois stations :
    • l'université Paul-Sabatier et la faculté de médecine (27.000 étudiants et 4.000 enseignants-chercheurs) avec un raccordement à la ligne B de métro ;
    • le CHU de Rangueil (233.000 consultations et 64.000 admissions par an) ;
    • l'Oncopôle où ouvrira la clinique universitaire du cancer en janvier 2014 et le centre de recherche en cancérologie à la mi-2013, à côté des laboratoires Pierre Fabre et de Sanofi.

Ce téléphérique permettra de relier l'université à l'Oncopôle en dix minutes contre une trentaine en métro et bus.

  • Grenoble, où siège l’entreprise Poma, fabricante de ces solutions en France et dans le monde entier, comme New York cité précédemment. Le téléphérique grenoblois est encore en cours de discussion car deux projets se font concurrence, l’un porté par la communauté d'agglomération Grenoble-Alpes Métropole, qui souhaite un projet d'une longueur de 10 km en 2 tronçons destiné à relier en vingt-neuf minutes Fontaine à Lans-en-Vercors, contre celui porté par le maire UMP du Fontanil qui souhaite un « tram aérien » de 10 km entre Voreppe et la gare de Grenoble.
  • Grasse, où la solution du funiculaire a été choisie pour relier le cœur historique de la ville au pôle multimodal de transports de la gare de Grasse.

 

Cette solution est envisagée comme une offre supplémentaire à la mobilité des personnes. Elle propose une solution de mobilité intéressante dans le cas de situations géographiques complexes pour les solutions classiques "roulantes" : franchissement de reliefs, de voies ferrées, de rades comme à Brest… L’inconvénient est une intégration visuelle dans le paysage urbain qui peut déplaire ; l’avantage est son coût près de 2 fois inférieur au coût d’un tramway. Au-delà, la mise en place d’un système de transport aérien limite l’impact sur la voirie existante tout en permettant le traitement de flux de personnes très important avec un bon bilan environnemental.  

 

POMA, entreprise française parmi les leaders mondiaux des télécabines réalise déjà 25% de son activité pour le marché urbain, avec des réalisations essentiellement à l'export comme à New York ou Alger. Plusieurs marchés en cours d'instruction montrent l'intérêt de plusieurs collectivités françaises pour ces solutions par les airs complémentaires avec les modes de transports tels que le métro, le train et le bus.

A lire également

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 13/11/17

Le 14/11/2017

Mobilité comme service - Voiture électrique - Livraison dernier kilomètre - Robot-taxi

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 27/10/17

Le 27/10/2017

Vélo partage - Start-up mobilité - Hyperloop - Bornes de recharge - Ventes de voitures électriques - Retrofit