3 questions à OLMIX sur ses perspectives de valorisation des algues

Le 23 mai 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
OLMIX, expert en chimie verte, spécialiste de solutions naturelles à base d'algues pour la nutrition, la santé animale et végétale, contribue au travers du projet ULVANS à la structuration de la filière de valorisation des algues. Nous avons posé 3 questions à M. Le Friec, D.G.A du groupe, sur ce projet et ses perspectives.

Pouvez-vous nous présenter OLMIX et revenir un peu en détails sur votre coeur de métier?

"OLMIX a été créée en 1995 à Bréhan dans le Morbihan par son PDG actuel M.Hervé BALUSSON, avec comme activité principale la fourniture d'additifs naturels pour la nutrition, la santé animale et végétale. OLMIX emploie 200 salariés et réalise 80% à l'export. Aujourd'hui l'entreprise s'est organisée en 2 pôles : le pôle animal et le pôle végétal.

Le pôle animal constitue le métier historique de la société Olmix. Nous produisons des oligo-éléments et des additifs naturels dans le secteur nutrition-santé animale et nous fournissons aux industriels des produits de qualité, essentiels à la bonne performance des animaux.

Le pôle végétal fournit quant à lui des produits de fertilisation naturels et innovants à l'aide de composants qui réduisent l'utilisation des pesticides et d'engrais chimiques tout en renforçant la plante et son environnement."

Je crois que vous avez un autre grand projet nommé "ULVANS" en cours, pouvez-vous nous le présenter ?

"Olmix s'est associée à quatre entreprises bretonnes pour former le consortium Ulvans et mettre en place un schéma de valorisation des algues en Bretagne. Il s'agit de valoriser tous les types d'algues, vertes, rouges et brunes et de tirer parti des macro-algues et micro-algues dont le potentiel de valorisation est important. Au final nous sommes 5 partenaires privés et 2 partenaires académiques :

  • Amadéïte est une société spécialisée dans les biotechnologies marines, qui met en oeuvre ses savoir-faire dans la neutraceutique, au travers de la valorisation de ressources telles que les algues bretonnes.
  • Melspring propose des fertilisants pour les espaces verts.
  • PRP est spécialisée dans la nutrition des sols et des plantes
  • Agrival est spécialisée dans la fabrication d'ingrédients naturels d'origine végétal : eaux, poudres, huiles et principes actifs.
  • Et 2 partenaires académiques associés au projet : l'Université de Bretagne-Sud et le CNRS de Mulhouse.

Le projet a bénéficié d'un financement ISI "Innovation stratégie Industrielle" de la part d'OSEO, sous forme de subvention et d'avance remboursable pour un montant de 23 millions d'euros.

Concernant le procédé, les algues sont récoltées dans la mer, mais aussi sur les plages. Elles suivent un traitement de désablage, égouttage et conditionnement avant stockage au froid négatif. Ensuite elles sont soumises à un traitement d'hydrolyse enzymatique respectueux de l'environnement, qui permet d'en extraire des principes actifs de tout premier ordre. Chaque complexe actif créé peut ensuite être utilisé en formulation par la nutrition et la santé animale ou végétale en fonction de ses propriétés. Les parties non valorisables peuvent être méthanisées, ou servir à la composition de solutions d'amendements ou de fertilisants.

Les intérêts

La mise en  place d'une structuration de la valorisation complète permet d'apporter une réponse positive et innovante au traitement des algues vertes, et à ce jour nous sommes en capacité de traiter plus de 1500 T d'algues par an.

Il faut savoir que les algues (de tous types) contiennent de fortes concentrations en molécules d'intérêt ainsi que des minéraux, glucides, lipides, vitamines et protéines, valorisables au sein de nombreux marchés."

Quelles sont vos perspectives de développement pour ce projet, en termes de marchés, d'emplois ?

"Les perspectives attendues ?

Nos produits algosourcés sont commercialisés sur le marché français et surtout à l'international pour 80% sur des marchés à fort potentiel comme en Asie du Sud-Est, la Chine et l'Amérique du Sud.

Concernant l'emploi, nous pensons pouvoir créer à horizon 2020 une centaine d'emplois avec le projet ULVANS et dégager un chiffre d'affaires de 150 millions grâce à la commercialisation des produits.

Nous travaillons également sur d'autres pistes de développement pour trouver de nouvelles solutions naturelles. Nous sommes très confiants pour l'avenir du projet ULVANS qui allie innovation, respect de l'environnement, création de valeur et réindustrialisation d'un site industriel."

En savoir plus

Les derniers entretiens

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15 avril 2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

La douane, mon partenaire à l’international

Le 12 novembre 2015

Interview croisée de Martine Huitema, Responsable Import-Export chez Canon Bretagne et Virginie Tillet, Chef du Pôle Action Economique à la Direction Régionale des Douanes, qui mettent en avant les bénéfices du dialogue entre l’industriel et les services de la douane.

Kiosk to invest : lever des fonds en capital grâce au crowdfunding

Le 29 juin 2015

Kiosk to invest est une plateforme de crowdfunding spécialisée en capital. Elle met en relation des investisseurs privés et des entreprises en forte croissance souhaitant lever des fonds et ouvrir leur capital. Françoise Montiège, responsable Kiosk to invest pour la CCI Rennes nous présente ce nouvel outil de financement participatif.

A lire également

La transition énergétique pourrait elle aussi bénéficier du crowdfunding

Le 08/04/2014

Le crowdfunding, outil de financement grand public rend le financement plus accessible aux PME et aux jeunes entreprises éco-innovantes. Les start-ups de la transition énergétique pourraient y trouver un nouveau véhicule de financement.

Vivapolis : Entrez dans l'offre intégrée de la ville durable pour prospecter les marchés internationaux

Le 22/10/2013

La ville durable dispose d'une marque "Vivapolis", pensée comme un nouveau modèle économique. Cette marque va permettre d'exporter un savoir-faire à la française du génie urbain.
Les entreprises de la ville durable se positionnent sur des marchés de niche à fort potentiel de développement international .

En quoi le capital naturel est-il une composante avérée de la stratégie des entreprises ?

Le 18/10/2013

Les entreprises interagissent au quotidien avec le capital naturel, que ce soit en amont de la chaîne de valeur, avec les fournisseurs ou en aval avec leurs clients. Comment prendre en compte ce capital dans la stratégie de l'entreprise ?