PME : comment maîtriser ses flux face à la grande distribution ?

Le 20 février 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les enseignes de la grande distribution souhaitent de plus en plus contrôler leur chaîne d’approvisionnement. Pour les "petits" fournisseurs, l’aubaine apparente peut finalement coûter cher. N'est-il pas en effet préférable de se regrouper avec d'autres industriels pour conserver la maîtrise des flux ?

La tendance se marque pour les PME : centres de consolidation et de collaboration (Carrefour, d'après le modèle britannique de Tesco), enlèvement de la marchandise à l’usine.... De plus en plus, la grande distribution veut sécuriser sa chaîne d’approvisionnement et cherche à contrôler ses flux amont. Pourquoi ? En maîtrisant son approvisionnement, elle poursuit simultanément 4 objectifs:

  • Limiter le taux de rupture en linéaire : elle dispose ainsi d'une réactivité accrue face au risque de rupture, 
  • Optimiser ses stocks : elle a une meilleure visibilité, ce qui lui permet de d'ajuster au mieux leur niveau,
  • Raccourcir les délais moyens : elle organise l’acheminement des produits au plus juste,
  • Diminuer les coûts logistiques : moins de mises à quai, moins de préparation de commande...

Certaines PME peuvent y voir une aubaine. L’enlèvement usine les libère des contraintes liées à l’expédition de petits volumes, les coûts logistiques diminuent rapidement. Oui, mais la PME perd du même coup le contrôle de ses expéditions. Ainsi, ces nouveaux intermédiaires éloignent les industriels des consommateurs finaux, ce qui peut brouiller la visibilité de l’industriel sur la demande et les tendances de son marché.

Pour garder cette visibilité et le contact avec le consommateu, et ainsi anticiper les évolutions du marché, certains industriels parient sur la mutualisation de leurs expéditions. Disposant d’un transport massifié et fiable, ils peuvent proposer à la grande distribution une organisation optimisée et disposent d’un pouvoir de négociation plus fort. La logistique collaborative apparaît encore ici comme un levier de compétitivité pour les industriels.

Auteur(s)

Elodie LE PROVOST, Bretagne Supply Chain

A lire également

Logistique, transport, supply chain : la blockchain va changer votre métier !

Le 28/11/2016

La 1ère Conférence Nationale Blockchain et Supply Chain a eu lieu le 23 novembre : point de vue sur la manière dont cette nouvelle technologie va bouleverser en profondeur la performance et les métiers de la logistique, du transport et de la supply chain.

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15/04/2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

Le transport de marchandises « s’uberise », le marché se déstabilise

Le 18/02/2016

Quand le collaboratif devient marchand, c’est l’uberisation. Et cette vague de transformation numérique (BlablaCar, Air B&B, etc.) atteint aussi le secteur du transport de marchandises : comment ? Pourquoi ? Que faire ?