Key Car : l’ovni venu du Japon pourrait bien électriser l’Europe

Le 20 février 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Les Keys Cars (ou Kei Cars) sont des petites voitures  spécifiques au Japon. Ces Keijidōsha, signifiant véhicule léger en japonais, désignent les véhicules d’une longueur inférieure à 3.4m, 1.48m de large maximum, d’une puissance maximale de 63 ch, et la motorisation ne peut pas excéder 660 cm3. Elles se sont fortement développées dans les années 50, au moment où les japonais cherchaient à acquérir une voiture sans avoir les moyens d’acheter une berline et où les entreprises souhaitaient se développer rapidement sans investir massivement dans des véhicules commerciaux haut de gamme. Au Japon, ces voitures représentaient 25% des ventes  en 2011 et 50% du parc en circulation actuellement. Désormais, les Key Cars retrouvent un nouveau souffle dans le pays, et tendent à s’électrifier.

En effet, selon une étude de Frost& Sullivan, ces petits véhicules correspondent à une sensibilité croissante des consommateurs nippons aux problématiques environnementales et à une volonté forte du gouvernement japonais associé aux industriels de la filière et aux centres de recherche à accroître les performances des batteries et à réduire leur coût. Les japonais ont particulièrement apprécié ces véhicules lors de la pénurie de carburant suite au tsunami en 2011 et grâce à Toyota, on voit des batteries de véhicules alimenter temporairement en électricité un foyer et réduire ainsi les problématiques de pointe électrique conséquente à l’incident nucléaire de Fukushima.

Des expérimentations sur route et tests de ces mini véhicules sont lancés en ce début d’année avec le Yokohama (un Twizy rebadgé Nissan) ou encore le Commuter de Honda. D’autres constructeurs devraient bientôt leur emboîter le pas, d’autant que le segment bénéficie d’incitations à l’achat et d’exonérations fiscales.

 

HirikoIn fine, on peut imaginer que ces petites voitures pourraient sortir des frontières du Japon et intéresser les marchés européens. En effet, les préoccupations environnementales sont aussi très fortes en Europe, et les constructeurs contraints de réduire les émissions de leurs véhicules. C'est ainsi qu'on a pu voir naître en 2012 le concept Hiriko Fold (image ci-contre), petite voiture urbaine électrique pliable, imaginée au MIT et fabriquée par un consortium d'entreprises basques espagnoles. Le concept pliable est clairement destiné à réduire l'empreinte foncière du véhicule, et les moteurs électriques situés dans ses roues ont pour objectif de baisser les émissions de CO2 en ville. Preuve de l'intérêt suscité par ce type de véhicule en Europe, en octobre 2012, la Deutsche Bahn a annoncé l'intégration prochaine du véhicules Hiriko dans ses flottes d'autopartage sous forme expérimentale en 2013 puis à plus grande échelle en 2014. Le chiffre de 200 véhicules a été évoqué à cette occasion. A noter que plusieurs années avant la Hiriko, d'autres concepts similaires avaient vu le jour, comme celui de la Matra Zoom en 1992.

A lire également

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 23/06/17

Le 23/06/2017

Vélo, Voiture électrique, Boîtier connecté, Batterie, Pneu, Assurance

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 16/06/17

Le 16/06/2017

Covoiturage, Big Data, Stockage batteries, Bornes recharges, Véhicule autonome, Route du futur, Chine

See You Sun

Infrastructures de recharge : vers une nouvelle vague ?

Le 16/06/2017

Emergence d'une nouvelle offre globale d'infrastructures de recharge pour la mobilité électrique