Consommation et distribution alimentaire : le Présent est la conséquence de l’Avenir

Le 13 février 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Des mutations profondes liées à la crise vont impacter les modes de consommations dans les années à venir. Information de plus en plus riche à disposition des consommateurs, raréfaction des ressources, baisse des amortisseurs publics sociaux et installation de la crise : ...

autant d’éléments qui vont recentrer le consommateur sur des aspirations plus profondes. 

Confort, souplesse, personnalisation, individualisation, seront les maitres mots de demain.

C’est cette projection d’avenir qui crée dès aujourd’hui des modifications dans les organisations commerciales.

Deux modèles devraient émerger de ces changements de fond :

  • le commerce de précision.
  • le commerce de solutions.

 

Pour en savoir plus :

Le présent est la conséquence de l’avenir

A lire également

Agrilait confirme son ancrage local et personnalise la relation entre le consommateur et SA région.

Le 18/01/2018

Sur un marché du lait longue conservation à la peine, le local est l’une des valeurs refuge. Pour preuve, "Le Lait d’Ici", "En direct des Éleveurs" ou "C’est qui le Patron" remportent les faveurs des consommateurs. Agrial, via sa filiale Agrilait, va plus loin dans sa communication en tissant un lien fort entre le consommateur et sa région…

Le "gender marketing" en alimentaire ne mise pas que sur la taille de la portion.

Le 19/12/2017

A l'heure où le "gender marketing" bat son plein dans les rayons jouets, certaines initiatives se démarquent en alimentaire. Non sans rappeler Charal et sa gamme "petit Appétit", les burgers genrés de Spar en Autriche misent sur le format pour créer des besoins différenciés entre hommes et femmes et donc multiplier les intentions d’achat.

Si le végétal gagne du terrain, les Français restent attachés à la consommation de produits carnés. Les chiffres en faveur du flexitarisme…

Le 14/12/2017

En 2016, le Petit Robert intégrait dans ses pages le mot "vegan". En 2017, c'est le mot "flexitarisme" qui a fait son arrivée dans les dictionnaires de la langue française. Ce terme bénéficie ce jour d’une forte notoriété auprès des médias, sur les réseaux sociaux et, par conséquent, dans la stratégie des marques.