Hybrid Air : le pari de l'alternative hybride de PSA

Le 06 février 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

C’est dans le cadre des Investissements d’Avenir et du programme Véhicule du Futur portés par l'Ademe, qu’a récemment été présenté le projet Hybrid Air de PSA. Il s’agit d’une technologie de rupture, développée en toute discrétion par le constructeur depuis plus de 2 ans. Le principe est de coupler « un ensemble moteur essence avec une pompe hydraulique, un stockage d’énergie sous forme d’air comprimé et une transmission automatique. »

 Les composants moteur hydraulique + pompe récupèrent et stockent l’énergie produite au sein d'accumulateurs :

  • soit par le moteur thermique,
  • soit issue de l’énergie cinétique récupérée au freinage et en décélération.

 

3 modes de fonctionnement sont possibles avec cette technologie, protégée par plus de 80 brevets :

  • le mode thermique essence, où seul le moteur thermique transmet l’énergie aux roues,
  • le mode AIR, où seul le moteur hydraulique transmet l'énergie stockée aux roues via les accumulateurs. En zone urbaine, cela permet une circulation « zéro émission »,
  • le mode combiné essence / air comprimé où les moteurs thermiques et hydrauliques fonctionnent ensemble. La consommation est alors de 2,9l/100 km en cycle mixte homologué à 72 gCO2/km sur des modèles du segment B (Citroën C3 ou Peugeot 208).

Selon les déclarations de PSA, la performance du système tient à la physique de gestion de l'énergie de l'hydraulique plus rapide que le stockage électrique sur batterie. Les temps de réponse plus courts permettent de capter une plus grande quantité de l'énergie de décélération et le rendement du système pour la restitution est de l'ordre de 98%.

Le système atteindrait alors un rapport coût/émissions de CO2 encore jamais atteint par les autres technologies comme l'indique de le schéma de l'Ademe ci-dessous :

Graphiques technologies emissions-coûts

Pour exemple, la Yaris hybride de Toyota qui bénéficie de tout le savoir faire acquis par le constructeur japonais depuis plus de 10 ans est proposé à moins de 20 000 € et affiche 79 grammes de CO2 au 100 km. La technologie PSA vise clairement ce segment de marché des petites citadines et pourrait permettre à PSA de proposer une solution concurrente à la Yaris de Toyota d'ici 2016. La technologie est un assemblage de technologies déjà éprouvées et bien maitrisées par PSA.   

Au delà des mises au point qu'il reste à faire, l'enjeu est probablement de trouver une masse critique de production pour justifier l'investissement des équipementiers partenaires du projet (dont BOSCH fait partie) et atteindre des prix de revient compatibles avec les objectifs de prix bas. A l'heure où les constructeurs tendent à généraliser l'hybridation électrique des motorisations thermiques (y compris PSA avec son hybride "low cost"), le pari n'est pas encore gagné. Mais rappelons nous que le filtre à particules était une innovation technologique de PSA aujourd'hui généralisée par les autres constructeurs.

Le projet Hybrid Air a fait l’objet d’une joint-venture « Technoboost » entre PSA et l’Ademe représentant l'Etat, qui porte le risque industriel, les bénéfices et la recherche d'un marché mondial pour cette technologie.

A lire également

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 24/02/17

Le 23/02/2017

Smart mobility, IA, voiture connectée, GNV, AUTOSAR

Décret - Véhicules à faibles et très faibles émissions : Quels véhicules sont concernés ? Où ? Quand ?

Le 23/02/2017

La législation française en matière de définition des véhicules propres évolue dans le cadre d'une procédure voulue plus transparente. Après une consultation publique par le Ministère de l'Environnement (MEEM), les décrets qui définissent les véhicules à faibles et à très faibles émissions sont sortis.

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 17/02/17

Le 17/02/2017

Bus électrique, Voiture autonome, Vente automobile en ligne, PSA / Opel, Micro-usines, Renault