La Chandeleur : une communication à soigner pour un évènement qui met la tradition à l’honneur.

Le 31 janvier 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
En période de crise, les occasions de consommation centrées sur le plaisir, le partage ou la tradition devraient remporter un franc succès. A condition que la communication soit suffisamment soutenue pour que le consommateur ne zappe pas l’évènement. Charge aux industriels de se montrer imaginatifs. Dans ce cas, l’union fait la force…

La Chandeleur, un rendez-vous générateur de chiffre d’affaire mais gourmand en communication.

Pic d'activité dans les rayons alimentaires, juste après l'Épiphanie, la Chandeleur est un évènement à ne pas rater, surtout en matière de communication. En effet, si la chandeleur bénéficie d’une forte notoriété, les consommateurs restent en fait peu nombreux à mettre la main à la pâte. Selon une étude Ipsos pour le groupe Eclor-CCLF (cidres Loïc Raison et Écusson), si 60 % des consommateurs interrogés ont l'intention de célébrer cette fête traditionnelle, ils ne sont en réalité que 12 % à passer à l'acte.

 

La Chandeleur est l’occasion des partenariats.

Depuis des années, l'opération Crêpes en Fête regroupe cinq acteurs représentatifs des ingrédients nécessaires à la réalisation des crêpes : Lustucru pour les œufs, Francine pour la farine, Béghin Say pour le sucre, Lactel pour le lait et Loïc Raison pour le cidre. Cette association permet tous les ans de massifier les moyens et de toucher un nombre de points de vente qu'une seule force commerciale n'aurait pas suffi à couvrir. Au programme : bons de réduction, tracts communs et réalisation de crêpes en magasins.

Leçon de co-branding entre marque alimentaire et non-alimentaire, avec les arguments local et tradition en prime.

chandeleur 2Cette année, une nouvelle forme de partenariat a vu le jour, unissant cette fois les univers alimentaire et non-alimentaire. Deux acteurs finistériens, bénéficiant chacun d’un ancrage local et d’une image traditionnelle, se sont associés. La Laiterie Le Gall et la société quimpéroise de crêpières à gaz et électriques Krampouz ont ainsi lancé un jeu concours national. Du 14 janvier au 28 février, 250 urnes ont été disposées dans les grandes et moyennes surfaces de l’Ouest, du Nord, de l’Est et de la région parisienne. A gagner : livres de cuisine, tabliers, sacs cabas…

L'association de deux signatures bretonnes, jusqu'ici centrée sur la recette (Hénaff et Daunat ou Britt et Triballat) séduit de plus en plus de PME et s'étend donc au delà de l'univers alimentaire...

Les partenariats s'avèrent souvent être des succès comme l’a démontré le numéro 1 mondial du petit électroménager, Seb, qui s’est successivement rapproché de Nestlé pour l'offre Dolce Gusto, de Heineken pour la machine à bière domestique ou de Lesaffre, spécialiste des levures, pour les machines à pain.

Certes Krampouz et la Laiterie Le Gall ne bénéficient pas du même renom que Seb ou Nestlé mais ces deux PME peuvent mettre en exergue leur ancrage dans le Finistère. « Si la Corse, le Pays basque ou l'Alsace savent eux aussi jouer la carte du terroir, le plus de la Bretagne est d'avoir réussi à se mettre réellement en scène pour se transformer en vrai outil marketing », soulignait Les Echos dans son article « la Bretagne fait de plus en plus recette ».

A lire également

Eaux de bouleau, d'érable, de bambou... Les stars des eaux santé !

Le 20/04/2017

Après l'eau de coco, de nouvelles eaux surfent sur la vague naturelle voire élémentaire. Utilisées depuis des millénaires à des fins médicinales, les eaux de bouleau, d'érable et de bambou apparaissent en grande consommation. Sur quelles promesses marketing s'appuient les marques pour investir le secteur boisson ?

Une communication humoristique pour les substituts de viande.

Le 21/03/2017

Les dernières éditions du SIAL ou du SIRHA ont fait la part belle aux innovations veggies et ont été à l'image de cette vague de végétarisme qui déferle sur l'alimentaire. D'une communication plutôt sobre et axée environnement ou santé, le 100% végétal s'oriente de plus en plus vers une stratégie décalée, des packagings funs et colorés.

Free-from : ces marques alimentaires qui prônent le "non".

Le 21/02/2017

Portés par les attentes de santé et de naturalité, les produits "sans" continuent de remporter les faveurs des consommateurs. Et les marques se positionnent de manière de plus en plus affirmée sur le segment, revendiquant un "Non" assumé. Illustration par deux exemples : les biscuits apéritifs "Say Yes to No" et les eaux aromatisées "No&More".