CINATIS : première levée de fonds réussie !

Le 10 décembre 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Steven Gérard, dirigeant de Cinatis nous explique comment il a préparé et réalisé sa première levée de fonds auprès du réseau de Business Angels d'Ille et Vilaine LOGODEN participations.
Un témoignage utile à tous les jeunes entrepreneurs en quête de renforcement "haut de bilan" !

Lever des fonds est une démarche complexe et longue que Steven GERARD a soigneusement préparée avec ses associés et ses conseils financiers et juridiques.

Il nous en explique les étapes importantes et les questions essentielles à se poser en amont et pendant les négociations. 

 

Comment se prépare une première levée de fonds ? ...

CINATIS est une jeune entreprise, créée fin 2011, qui développe une plate-forme web collaborative ayant pour objectif de mutualiser les flux de marchandises des donneurs d’ordre. En permettant aux donneurs d’ordre de rassembler leurs marchandises à expédier par zone géographique de départ et de destination, CINATIS propose une démarche en rupture avec les pratiques existantes. Cette collaboration entre les donneurs d’ordre génère des économies de 5 à 15% sur le coût de transport et est rendue possible grâce à la solution collaborative en mode SaaS développée par CINATIS.

Avant de créer CINATIS, avec mes associés, nous avons construit notre schéma de développement et le chaînage de financements nécessaires à nos ambitions (en s'appuyant sur des documents tels que : plan de financement -  compte d'exploitation prévisionnel). Ainsi, nous avons évalué et programmé nos besoins et estimé les ressources nécessaires :

  •  le capital initial (80 000 euros) est apporté par les associés fondateurs pour financer une 1ère version de la plate-forme collaborative et le lancement commercial,
  •  une levée de fonds complémentaire est prévue dès la 1ere année pour assurer le développement commercial,

Nous avons anticipé la dilution des associés fondateurs dans le capital pour leur conserver une majorité et estimé la valorisation de l'entreprise attendue.

... Et les premiers contacts avec les financeurs ?

Nous avons préparé très sérieusement nos rencontres avec les financeurs potentiels, conscients que les financements d'amorçage sont difficiles à mobiliser alors que l'entreprise n'a pas encore réalisé ses premières ventes. Notre besoin de financement se montait à 320 000 euros pour continuer à développer notre solution collaborative et pour acquérir nos premiers clients.

Nous avons ciblé plusieurs types de financements : prêt d'honneur pour l'amorçage régional "PHAR", emprunts bancaires, garantie OSEO  ou entrée au capital de Business Angels.

Pour sécuriser au maximum ces financeurs, nous avons travaillé à fonds nos prévisionnels et expliquer notre modèle économique. En effet, dans un premier temps, il faut convaincre les futurs partenaires de la viabilité du projet et de ses porteurs : cela suppose, à la fois, de l'ambition pour le CA et son évolution à 3-5 ans mais aussi de la cohérence et de la souplesse dans les prévisions. La dimension humaine est essentielle en particulier avec des investisseurs - personnes physiques comme les business angels qui doivent être convaincus par les capacités des porteurs du projet.

Quelle synthèse des échanges avec LOGODEN pouvez vous nous donner ?

Nous avons présenté CINATIS aux membres de Logoden fin 2011 et éveillé leur intérêt pour le projet. Très vite, certains business angels ont constitué un groupe d’instruction pour approfondir et valider le Business plan puis nous avons répondu à leurs questions.

A cette étape des échanges, il est primordial de prouver la capacité de l'entreprise à "monétiser ses projets" et la crédibilité professionnelle des associés est un atout majeur.

Ensuite, les business angels qui adhèrent à la stratégie de développement de CINATIS et au caractère innovant de sa solution ont décidé de rentrer au capital. Commence alors la phase de négociation financière et de contractualisation pour laquelle nous avons travaillé avec notre conseil financier (valorisation) et mandaté l'avocat spécialisé qui nous avait accompagné lors de la création de l'entreprise (pacte d'actionnaire, statuts, ...).

Cette étape est importante car elle engage l'avenir ; il est donc nécessaire d'être bien conseillé et de se poser les bonnes questions : quelle majorité pour les associés fondateurs ? Quel rôle pour les minoritaires rentrants dans la stratégie de l'entreprise ?  

Les business angels de Logoden ont apporté 153 000 euros, complétés par des emprunts bancaires avec garantie OSEO. Les décisions de chaque financeur se sont prises presque simultanément, sachant qu'elles se renforcent mutuellement : l'accord de principe d'OSEO déclenche le financement bancaire qui stimule la participation des business angels... 

Et maintenant ?

Avec le recul de quelques mois depuis l'entrée au capital des business angels, nous apprécions les remarques et les informations qu'ils nous apportent au travers du Comité Stratégique. Leur vision, plus transversale compte tenu de leur implication dans d'autres entreprises, est intéressante et apporte un vrai "PLUS" par rapport à d'autres financeurs.

Crédit photo : © CINATIS 

Auteur

AdminTv

A lire également

Kiosk to invest : lever des fonds en capital grâce au crowdfunding

Le 29/06/2015

Kiosk to invest est une plateforme de crowdfunding spécialisée en capital. Elle met en relation des investisseurs privés et des entreprises en forte croissance souhaitant lever des fonds et ouvrir leur capital. Françoise Montiège, responsable Kiosk to invest pour la CCI Rennes nous présente ce nouvel outil de financement participatif.

Aide à la réindustrialisation : un appel à projet cible les PME

Le 22/05/2015

L'aide à la réindustrialisation (ARI) s'ouvre aux PME et concerne désormais l'ensemble du territoire. L'objectif est d' accompagner financièrement une sélection de projets de PME qui investissent dans leur outil de production et créent des emplois. Un appel à projet a été publié en avril dernier et sera clôturé le 31 décembre 2015.

Une aide à l'export pour les PME de la santé et des cosmétiques

Le 11/08/2014

Export+ Santé Cosmétique, c’est le nom de la nouvelle aide à l’export mise en œuvre par UBIFRANCE. L’objectif : accompagner les PME de la santé et des cosmétiques dans leurs démarches d’enregistrement de produits dans 5 pays cibles.