La mobilité, déterminant pour réaliser et développer les activités ordinaires

Le 21 janvier 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

La mobilité, enjeu majeur de la responsabilité sociale des organisations et des territoires

Amélie Ménager, SVAS’interroger sur la mobilité des salariés, c’est s’inscrire dans une démarche RSE, pour se demander ce que l’entreprise peut rendre comme services à ses salariés. L'enjeu est double : les fidéliser et leur rendre du pouvoir d’achat. Les questions de mobilité, lorsqu'on interroge les employés de nos entreprises, apparaissent comme une préoccupation majeure. C'est le cas de l'entreprise SVA Jean Rozé (Société Vitréenne d’Abattage). Amélie Ménager, Responsable Développement Durable, précise : "l’abattage, avec différents ateliers qui travaillent en cascade, entraîne des horaires variables et flexibles. La mobilité est donc structurée par l’activité".

Godefroy Morel, Route du MeubleDans le cas de l'association de la Route du Meuble et des Loisirs, c’est une activité commerciale qui s’étend sur 10 km et regroupe 105 entreprises, au Nord de Rennes. Ce sont les flux routiers qui amènent les clients mais aussi les 500 salariés. Agir sur la mobilité des clients, pour Godefroy Morel, Président de l'association, c’est "envisager de s’appuyer sur les nouvelles technologies pour que le client précise en amont son besoin et puisse cibler les magasins à visiter afin qu’il y passe plus de temps... ce qui est considérablement favorable à l’achat".

Comprendre le lien entre la mobilité pratiquée et l’activité de l’organisation, c’est aussi comprendre les déterminants des trajets domicile-travail avant d’envisager des solutions : y a-t-il d’autres activités réalisées lors de ces trajets ? Quelles solutions permettent de réunir les impératifs d’autonomie, de coût et de ponctualité que l’on observe quand on interroge les salariés sur leurs pratiques de déplacement ? Toutes ces démarches visent à être pionnier dans l’émergence de nouvelles formes et pratiques de mobilités, qui soient plus durables et qui permettent aux salariés et aux clients de faire des économies tout en les fidélisant.

La mobilité comme enjeu territorial

Frédéric Bodin, Pays d'AubignéFrédéric Bodin, Vice-président Transport du Pays d'Aubigné et Maire de la commune de Gahard, en Ille-et-Vilaine, souligne que la question de la mobilité est également cruciale pour un territoire comme le Pays d’Aubigné qui se situe à 30 km au Nord de Rennes et qui a connu une augmentation de 20 % de sa population en 10 ans, compte tenu du coût du foncier. "C’est une population modeste pour qui le coût de la mobilité est important : l’acquisition d’un logement en seconde couronne du centre urbain devient une double peine compte tenu des mobilités obligatoires comme le domicile-travail, ou encore celles liées à la composition des familles".

La réponse aux problèmes de mobilité n’est pas nécessairement la réponse publique. Elle passe par la mobilisation du tissu local, par exemple les garagistes ou le monde associatif afin d’être au plus près des activités des citoyens et leur proposer, par exemple, un système de voiture partagée à grande échelle, le recours aux transports collectifs étendus étant souvent coûteux pour les collectivités..

Olaf Malgras, Coop de ConstructionOlaf Malgras, Président de la Coop de Construction, observe l’importance de la mobilité quand on  l’envisage à partir du cadre de vie quotidien, à savoir le logement. "Pour une entreprise de construction qui destine ses logements à des ménages aux revenus modestes, étudier les habitudes de mobilité c’est envisager des leviers d’actions inédits". Par exemple, comprendre le rôle du second véhicule afin que le promoteur propose des services qui permettent de s’y substituer. Des pistes d’action comme l’aménagement d’un local destiné à recevoir les courses commandées par Internet ou encore l’organisation d’auto-partage pour les activités des enfants, doivent pouvoir permettre de mutualiser le coût de la seconde voiture. Les acquéreurs pourraient très directement réaliser des économies sans que cela fasse augmenter le prix du logement. Dans ce contexte, la mobilité devient un service offert par le promoteur et non plus un facteur de discrimination territoriale.

Changer les habitudes de mobilité pour favoriser leur dissémination

Patrice barbel, Université de Rennes 1Patrice Barbel, Chargé de mission Agenda 21 à l'Université de Rennes 1, considère que le problème du développement durable à travers la mobilité concerne également l’Université. Avec 25 000 étudiants sur le site de Rennes 1, c’est un enjeu en termes de coûts qui nécessite un accompagnement afin d’évaluer l’acceptabilité des leviers de changement, pour les rendre opérationnels. La difficulté et la richesse de la tâche, c’est le renouvellement constant des étudiants : pour Patrice Barbel, "en changeant leurs habitudes de mobilité lors de leurs études, on peut compter sur une dissémination de ses nouvelles pratiques dans les entreprises vers lesquelles ils s’orienteront".

Nous pouvons nous appuyer sur l’engagement des universités dans les démarches de Campus Numérique pour donner des cadres d'expérimentation en gardant à l’esprit que ces démarches ont pour but de faire des universités de véritable acteurs de la vie quotidienne, mais aussi de créer de nouvelles compétences, de nouvelles formations à destination des entreprises.

Christine Zimmermann, Université Rennes 2Toutes ces démarches se doivent de prendre les universités dans leur environnement global, comme le site du campus de Villejean à Rennes sur lequel on compte également le CHU et 2 lycées. Cela représente un nombre important de déplacements quotidiens, ayant pour effet de dégrader la qualité de service des transports ainsi qu’une perte de temps pour les étudiants ou employés qui se rendent sur le site. Christine Zimmermann, Responsable Développement Durable de l'Université Rennes 2, indique que les actions en ce sens ont déjà débuté à Rennes 2. En effet, depuis la rentrée 2012 est lancée l'expérimentation d’un étalement des heures de cours auprès des étudiants de Licences 1, 2 et 3. L'enjeu est de lisser les pointes d’entrée et de sortie des étudiants de la bouche de métro, auparavant dangereusement saturée, tout en prenant en compte le voisinage avec d’autres établissements afin de les impliquer dans la démarche et ne pas nuire à leurs propres activités.

A lire également

Management mobilité événement ademe

Les 5es Journées Nationales du Management de la Mobilité

Le 24/05/2016

Les Journées du Management de la Mobilité se dérouleront du 28 au 29 juin à Rennes Métropole. Les réflexions proposées lors de ces journées nationales d’études s’inscrivent dans un mouvement de fond d’élargissement des politiques de mobilité à la gestion de la demande de déplacement.

BMA : une plateforme collaborative pour accompagner les porteurs de projets mobilité

Le 18/02/2016

S’appuyant sur l'expérience acquise par le projet BMA, un ensemble d’outils et de méthodologies sont élaboré par les groupes d’experts. Cette capitalisation se concrétisera par une plateforme collaborative à destination des organisations et des territoires pour les accompagner dans leur transformation liée à la mobilité.

[Rapport] Usages novateurs de la voiture et nouvelles mobilités

Le 20/01/2016

Ce rapport a été présenté le 15 janvier dernier à l'occasion des 10 ans du Pôle interministériel de Prospective et d’Anticipation des Mutations économiques (Pipame). Il aborde principalement la question de l'autopartage et du covoiturage dans un écosystème de la mobilité en pleine mutation.