2012 : le marché français et européen bien en dessous des prévisions

Le 14 janvier 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Comme le laissait pressentir les résultats du premier semestre, l’année 2012 aura été celle de l’effondrement du marché automobile français et européen. Longtemps estimée à 6-8% pour la France et à 2% pour l’Europe, la baisse des volumes dépasse finalement toutes les prévisions et se situe à -13,9% pour la France, soit 1,9 millions de véhicules neufs écoulés et -6,8% pour le marché européen.

En France, les deux constructeurs français Renault et PSA Peugeot Citroën ont été les plus touchés par la baisse de volumes constatée : -24,7% pour Renault dont la gamme a été très peu renouvelée ces dernières années et – 17,5% pour PSA Peugeot Citroën.

Malgré un plan de restructuration et un programme de cession d’actifs engagés au cours du premier semestre, la situation de PSA Peugeot Citroën reste très préoccupante. Au niveau mondial, le groupe clôture l’année sur une baisse de 16,5% de ses volumes. PSA Peugeot Citroën paie ainsi sa forte dépendance aux pays d’Europe du Sud qui ont vu leurs volumes chuter dans de très fortes proportions : -20% en Italie, -38% au Portugal et -13,4% en Espagne. En plus de cette contraction du marché européen, PSA Peugeot Citroën doit faire face à un contexte géopolitique très dégradé avec l’Iran, ce dernier a fortement impacté le nombre de véhicules en kit importés dans le pays : 145 000 contre 458 000 en 2011 soit 54% de la baisse totale de volumes du groupe sur l’année 2012.

Dans ce contexte difficile, le constructeur français entend poursuivre sa stratégie d’internationalisation et a réaffirmé son objectif de 50% de ventes hors d’Europe en 2015. En 2012, le groupe a ainsi progressé de 7,4% en Russie, de 9,2% en Chine et de manière importante au Maghreb. Ses ventes ont cependant chuté de 12,9% en Amérique latine, où le constructeur est positionné sur le segment médian alors que le marché progresse sur les segments inférieurs. A noter que le groupe lancera au printemps 2013, le Peugeot 2008, développé dans une approche internationale globale et destiné à l’ensemble des marchés du constructeur.

L’exemple du 2008 et de sa conception internationale confirme l’idée d’un marché automobile plus que jamais mondial et l’influence grandissante des BRIC dans les décisions stratégiques des constructeurs. En termes de volumes, l’écart entre pays émergents et pays matures est ainsi amenée à se creuser.

graphique pays émergents pays maturesSource : les Echos

Suivant cette logique, le marché automobile mondial a ainsi progressé de 7%. Dans le détail, la Russie a progressé de 10,1%, la Chine de 7,2% et l’Amérique du sud de 5,6%. A noter également, la progression de 14% du marché américain qui confirme son rebond après une phase de restructuration importante. 

A lire également

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 16/06/17

Le 16/06/2017

Covoiturage, Big Data, Stockage batteries, Bornes recharges, Véhicule autonome, Route du futur, Chine

La place de la voiture demain : l'équilibre difficile du secteur automobile

Le 09/06/2017

Comment concilier des objectifs économiques et des objectifs écologiques sans faire de compromis ? L'institut Montaigne a publié ce mois-ci un rapport intitulé "Quelle place pour la voiture demain ?" et fait 10 propositions pour répondre à ces questions. Voici notre synthèse de la synthèse :-)

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 09/06/17

Le 09/06/2017

VTC, Taxis, Transition énergétique, Logistique automatisée, Autoroute électrique, Hybridation, Batteries, Chine