La mobilité : une Responsabilité Sociale de l'Entreprise (RSE)

Le 14 janvier 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
S'intéresser à la mobilité dans l'entreprise nécessite de dépasser la simple question des déplacements professionnels et de s'engager dans une démarche de RSE. La question de la mobilité plonge l'entreprise dans une problématique qui touche à son insertion dans un territoire et interroge de façon globale la relation au travail.

Les trajets "domicile-travail" : une question à traiter par l'entreprise

100 millions de kilomètres par an, c’est la distance que parcourent chaque année les salariés d’une entreprise bretonne du secteur bancaire. Sur ces 100 millions de kilomètres parcourus, 20 millions concernent les déplacements professionnels et 80 millions les trajets «  domicile-travail ». Compte tenu de la hausse des prix des carburants et de l’étalement urbain, ce constat interpelle l’entreprise dans son rapport à ses salariés ainsi qu’au territoire.

Dans le cadre d’une démarche de  Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE), il convient d’évaluer le coût de la mobilité sur la part du revenu disponible des salariés afin de leur rendre du pouvoir d’achat et de ne pas laisser la question des déplacements devenir le maillon faible de la relation du salarié à son emploi. Les enjeux sont multiples et interpellent autant le salarié que l’entreprise ou le territoire.

La mobilité, une affaire de RSE

A travers cette seule question de la mobilité, c’est tout le rapport à l’entreprise qui est interrogé. Si on considère que le trajet domicile-travail équivaut à environ 15 % du temps de travail légal, on voit que ce temps contraint, qui ne rapporte rien au salarié et rien à l’entreprise, oblige à une réflexion plus globale. On pourrait croire que c’est au salarié de faire l’effort de venir travailler et que cette question pourrait être laissée de côté. Pourtant, ce temps contraint de déplacement est un enjeu en termes d’engagement, de motivation et de reconnaissance du salarié par son employeur.

Encourager le partage de véhicules entre salariés d’une même organisation ou d’un même site, promouvoir des solutions alternatives à la voiture individuelle, valoriser le travail à distance... sont autant de pistes qui s’inscrivent dans une démarche de RSE et qui sont l’occasion pour l’entreprise d’avoir une vision élargie de son environnement, voire de reconfigurer son activité afin d’adopter de nouvelles solutions de mobilité.

La mobilité n’est pas une fin en soi, on se déplace pour réaliser une activité (travailler, faire ses courses, se divertir...), mais si ce moyen devient trop coûteux ou trop contraignant, ce sont toutes les activités qu’elle permet qui sont impactées et fragilisées. S’interroger sur la mobilité, c’est d’abord pour l’entreprise s’interroger sur la structuration de son activité afin de comprendre en fonction de quoi les salariés organisent leurs déplacements pour venir travailler. C’est également savoir si leur trajet travail-domicile une fois la journée terminée, est direct (sans dépasser la limite de la vie privé toutefois) ; l'objectif étant ici de faciliter la mutualisation de moyens de déplacements, en proposant aux salariés de faire livrer leurs courses sur le lieu de travail par exemple, afin d'éviter un arrêt rendant trop souvent impossible le covoiturage.

Une responsabilité sociale élargie et partagée

C’est pour cette raison que c’est en termes de RSE que la mobilité peut être appréhendée : elle interroge l’entreprise dans son rapport avec ses salariés, son territoire, ses partenaires… C’est donc par une réflexion collective en vue d’un partage des ressources et des bonnes pratiques que cette démarche de réflexion sur la mobilité peut permettre à chaque partie-prenante de valoriser ses potentialités en s’associant pour adopter de nouvelles solutions plus durables et plus accessibles.

A lire également

télétravail règlementation avocat

Les fondements et conséquences juridiques du télétravail

Le 25/01/2016

Retranscription des propos d'Isabelle Garin-Vigier, avocate chez MB&A, lors de la conférence "Travail en (im)mobilité" organisée dans le cadre du projet BMA. Elle y aborde les droits et obligations de l'employeur et du télétravailleur.

Gabriel Plassat Ademe fabrique mobilités

Les explorateurs d'avenir, Gabriel Plassat : L’innovation par le numérique dans le domaine de la mobilité

Le 01/09/2015

Synthèse du propos de Gabriel Plassat, Ingénieur Énergies et Prospectives, Transport et Mobilités à l’ADEME, durant la journée Auto-mobilité et intelligence territoriale.

plassat multitude BMA numérique

Le numérique au coeur de la transformation de la chaîne de mobilité

Le 22/04/2014

Gabriel Plassat, ingénieur Energies et Prospectives au service Transports et Mobilités de l’ADEME, ouvre la journée du 23 janvier sur le véhicule serviciel en résumant les enjeux de l’irruption du numérique dans les pratiques de mobilité.