Une certitude sur le prix du pétrole à moyen terme: supérieur à 100 $ et volatil

Le 14 janvier 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

S’il est difficile de prévoir l’évolution des prix du pétrole, le marché sera tendu et volatil. En cause, une instabilité géopolitique dans certains pays arabes à la fois liée à des mouvements populaires et politiques, mais aussi à une production qui doit répondre à la demande croissante des pays émergents. Ainsi, il y aurait un consensus, relevé dans une note du Conseil d’Analyse Stratégique, sur le fait que le baril restera au-dessus de la barre des 100$, à court et moyen termes, avec une forte volatilité.

L'Etude du CAS (Centre d'Analyse stratégique) "Vers des prix du pétrole durablement élevés et de plus en plus volatils" mentionne deux paramètres qui risquent fort de maintenir le prix élevé du baril : le déclin des champs de production actuels ayant passé leur pic de production et la réduction des découvertes de nouveaux champs exploitables, que ce soit en nombre ou en taille. Selon le CAS, le « déclin [des champs de production actuel] est tel, que pour simplement compenser cette baisse et se maintenir au niveau de production actuelle, des capacités additionnelles de 17 Mb/j doivent être découvertes et développées d’ici 2020, et de 47 Mb/j d’ici 2035 (soit plus de quatre fois la production actuelle de l’Arabie saoudite à mettre en production d’ici 2035) ». L’avenir du pétrole tient donc plus en les avancées technologiques permettant une exploitation des pétroles non conventionnels et des NGL (liquides de gaz naturel) qu’en la découverte de nouvelles réserves encore inconnues. De ce point de vue, la montée très rapide de l'utilisation aux Etats-Unis des gaz non conventionnels transforme le marché de l'énergie américain. Les fortes baisses du prix du gaz entraînent une diminution de la demande de pétrole aux Etats-Unis et un regain d'intérêt pour la conversion de gaz en pétrole. Certaines prévisions estiment que le bloc Etats-Unis/Canada pourrait devenir autonome d'ici 2025. Au niveau mondial, le rapport du CAS mentionne néanmoins l'absence de consensus sur la capacité de ces ressources non conventionnelles à compenser le déclin de la production de pétrole conventionnel, tout en soulignant leur impact important sur l'environnement et le changement climatique.

 Pétrole conventionnel et productions mondiales.

Enfin, si l’on devait retenir un autre paramètre important, ça serait la fin de rôle de régulateur du marché par l’Arabie Saoudite. Ce pays, qui est le seul à avoir des capacités excédentaires significatives, affirmait avoir 2 Mb/j de capacités excédentaires. Mais l’Arabie Saoudite, confrontée à une maturité de ses gisements de production « pourrait voir ses excédents durablement diminuer, puis disparaître. [Cela] limiterait la capacité des marchés pétroliers à absorber les perturbations inattendues de l’approvisionnement (aléas climatiques comme lors du cyclone Katrina, troubles géopolitiques tels que ceux en Lybie ou précédemment en Irak, etc.), augmentant ainsi la volatilité des prix du pétrole. »

Prévision potentiel de production de pétrole de l'Arabie Saoudite

Les impacts sur les économies mondiales seront non négligeables et l’AIE note qu’il y aura des tensions, voire des ruptures de l’approvisionnement des pays consommateurs si les pays émergents poursuivent leur rythme de croissance actuelle en 2015. Les estimations tablent donc sur 150 $/baril en 2016/1017, puis une baisse progressive jusqu’à atteindre 120 $/baril en 2035.

Mais dans tous les cas, aucune prévision à court et moyen termes n’envisage un pétrole en dessous de 100$ le baril, ce qui implique nécessairement un changement dans nos pratiques et usages du pétrole si l’on veut limiter la pression du coût de l'or noir sur nos économies.

© image: Edelweiss - Fotolia.com

A lire également

Véhicules et Mobilités 2017 : vos retours et vos attentes

Le 29/11/2016

Pendant ce dernier trimestre 2016, nous vous avons interrogé sur votre niveau de satisfaction, vos avis et vos attentes pour Véhicules et Mobilités : le site Web, la newsletter, Twitter et autres. Comme promis, voici un retour des résultats de cette enquête et nos axes de développement pour 2017 !

Open source : avenir ou concurrence de l'industrie automobile ?

Le 22/11/2016

Comment l’open source, le partage permettent d’arriver différemment à la construction d’une voiture ? Mais ces véhicules open source sont-ils réservés aux makers ou influencent-ils les pratiques de l'industrie automobile ? Quels sont les impacts des véhicules open source sur la chaîne de valeur, notamment la distribution des véhicules ?

Nouveau cycle 2016-2023 de la production Européenne

Le 09/11/2016

Denis SCHEMOUL d’IHS Markit donne sa vision du marché européen 2016 et ses prévisions : Le 2ème semestre 2016 marque la fin d’un cycle de croissance de la production en Europe et un nouveau cycle 2017-2023 marqué par une stabilisation.Synthèse en quelques points des prévisions explicitées par Denis SCHEMOUL.