Haro sur le Bisphénol A, il est urgent de trouver et de fournir des produits de substitution

Le 09 janvier 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La santé humaine est une priorité et l'interdiction du bisphénol A marque le début de ce mot d'ordre. Les entreprises de l'agroalimentaire sont en premier lieu concernées mais beaucoup d'autres vont suivre. Il est donc urgent de penser à la substitution dans les process de fabrication et de distribution.

La santé humaine est une priorité

Le Bisphénol A est interdit depuis le 13 décembre 2012 et même s'il existe un délai de mise en application étalé dans le temps, il n'en reste pas moins qu'il est urgent de trouver des substituts au Bisphénol A. Ce composant chimique se retrouve dans les biberons, on en a beaucoup parlé, mais également dans les revêtements de boîtes de conserve, de cannettes, de composites dentaires et dans certaines bouteilles en plastique. On peut s'attendre à ce que tous les éléments recouverts par de la résine Epoxy soient concernés par cette réglementation à plus ou moins long terme. On citera dans ce cas les tuyaux d'adduction d'eau et les cuves alimentaires qui seront visés par cette interdiction.

Le Bisphénol A est le premier de la liste, mais d'autres perturbateurs endocriniens devraient suivre tels que, les phtalates en juin 2013 (DEHP,  DBP et BBP) et les parabènes. En ce qui concerne le Bisphénol A il sera définitivement interdit début 2015.

Substitution, test et jeux d'acteurs

Les entreprises, notamment les entreprises agroalimentaires qui utilisent ces produits ont une urgence à gérer, sachant que trouver des produits de substitution demandent du temps et les tester ensuite encore un peu plus. La compétitivité et la pérennité des entreprises en dépendent. Il n'est pas rare que la période de test dure d'un à deux ans et la maîtrise des process de fabrication se trouve impacter en termes de délais, de déchets et de coûts.

Les distributeurs et entreprises de conditionnement ont l'obligation de remplacer le bisphénol A par de nouvelles substances et elles demandent aux chimistes et aux fournisseurs de leur proposer rapidement une solution de rechange. La pression s'intensifie entre les distributeurs, les entreprises de conditionnement, les entreprises d'emballages et les chimistes.

Autres produits, autres marchés

Des produits sans BPA sont déjà proposés sur le marché, tels que le copolyester ou les emballages carton "tetra pak" recouverts de polypropylène. D'autres recherches sont menées pour fabriquer de la synthèse de résine Epoxy à base de polyphénols biosourcés. Ces nouveaux produits biosourcés peuvent ouvrir dans un second temps d'autres marchés pour les entreprises.

Virage pour l'industrie agroalimentaire mais aussi pour bien d'autres secteurs, les entreprises savent qu'elles doivent trouver rapidement des solutions pour proposer aux consommateurs des produits sans danger pour la santé humaine.

 

A lire également

Qualité de l'air : les Plans de Prévention de l'Atmosphère identifient les actions et portent à connaissance les enjeux

Le 17/01/2014

Le PPA s’applique à toutes les agglomérations de plus de 250000 habitants et zones en dépassement aux normes de la qualité de l’air existant. Il concerne tous les secteurs d’activités émetteurs de polluants atmosphériques : transports, industries, résidentiel-tertiaire... Le PPA de Rennes Métropole sera adopté au plus tard à fin juin 2014.
[...]

En quoi le capital naturel est-il une composante avérée de la stratégie des entreprises ?

Le 18/10/2013

Les entreprises interagissent au quotidien avec le capital naturel, que ce soit en amont de la chaîne de valeur, avec les fournisseurs ou en aval avec leurs clients. Comment prendre en compte ce capital dans la stratégie de l'entreprise ?

Comment les activités de tourisme et de loisirs intègrent-elles la biodiversité dans leur stratégie ?

Le 17/10/2013

Le projet IDDIL est né de cette préoccupation d'intégration de la biodiversité dans la stratégie des entreprises et le golf de la Freslionnière nous montre comment il a pensé cette intégration dans son fonctionnement au quotidien.
Témoignages à suivre