Penser "zéro déchet", une véritable stratégie de développement pour l'entreprise

Le 21 janvier 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Sur fond de réglementation, de recherche de compétitivité et de raréfaction des matières premières, toute entreprise a intérêt à développer une démarche de prévention, de recyclage et de réemploi de ses déchets. Le "zéro déchet" est à l'ordre du jour.

La politique du "zéro déchet" représente une source de gains financiers, mais également la possibilité de valoriser de nouveaux produits voire de gagner de nouvelles parts de marché.

Etat des lieux « français » des déchets

Les entreprises sont confrontées aux réglementations de plus en plus nombreuses sur la gestion de leurs déchets. On citera déjà les   réglementations (Reach, RoHs, Déchets dangereux, DIB), auxquelles viennent s’ajouter les dispositifs de responsabilité élargie du producteur (REP) calquer sur le principe du pollueur-payer ; qui veut que tous les fabricants, importateurs, distributeurs de produits réglementés doivent prendre en charge financièrement la collecte sélective, le recyclage ou le traitement des déchets issus de ces produits, seuls ou au travers d'un éco-organisme.

Les débuts de ce principe datent de l'année 1992 et on dénombre au titre de la REP une vingtaine de filières réglementées.

En 2012 ce sont les éco-contributions sur les meubles, les produits chimiques, les déchets de soins à risques infectieux, qui sont entrés en vigueur, et en 2013 c'est la réglementation sur les bouteilles de gaz qui prendra effet.

L’urgence et l’intérêt pour les entreprises de juguler ce poste de dépenses représentent une évidence (Au passage, au-delà des entreprises, c’est aussi la collectivité qui fait également des gains dans le traitement des déchets), d'autant que le volume des déchets d’activités continue d’augmenter.

Quelles solutions pour l’entreprise : "Prévenir – recycler- réemployer"

L’entreprise trouve des solutions dans les différentes phases de gestion de ses déchets :

  • prévention,
  • collecte, transport, tri
  • recyclage, valorisation biologique, incinération et valorisation énergétique,
  • stockage et décharge

depuis la "création" de ceux-ci jusqu'à leur destruction.

Les entreprises recyclent déjà plus que les particuliers et elles peuvent aller au-delà d’une démarche de prévention et de recyclage en travaillant en faveur du réemploi de leurs déchets. Aujourd'hui elles ajoutent une 3ème phase dans leur démarche :

  1. Concevoir leurs produits  en réduisant les achats de matières premières, le circuit d’approvisionnement et taux de rebut.
  2. Améliorer les process  en réduisant les emballages
  3. trouver des débouchés pour les matières recyclées.

L'écoconception des produits devient une démarche concurrentielle qui peut être valorisable auprès de ses clients.

Quelques illustrations et solutions de recyclage sur le territoire breton

Nous disposons aujourd’hui de plusieurs exemples d’entreprises qui valorisent leurs déchets, ou les déchets d’autrui. Cette valorisation peut aussi engendrer en plus des gains financiers, des créations d’emplois.

Entreprises qui valorisent leurs déchets :

  • Loïc Raison : économise en triant ses préformes de bouteilles et ses liens pour les recycler
  • Entremont : trie mieux ses matières recyclables telles que les chutes de films plastiques et le papier kraft
  • FDP : recycle davantage ses déchets  plastiques dans sa production grâce à une regranuleuse installée sur son site

Consultez les fiches sur ces démarches en annexe

Sodicome

Entreprise spécialisée dans la collecte et le traitement des déchets de soins médicaux et mercuriels, ainsi que la collecte, le traitement et la valorisation des piles, des lampes et néons et des déchets d’équipements électriques et électroniques

Aujourd’hui  SODICOME lance une nouvelle activité grâce à l’exploitation de son centre de traitement des DASRI dont l’objectif est de valoriser ces déchets dans des systèmes de chaufferies urbaines ou de cimenteries.

SODICOME se voit confier un marché d’envergure avec le CHU de Rennes qui l’a choisit pour la collecte, le transport et le traitement des DASRI. Belle démonstration d’une activité de recyclage qui ouvre de nouvelles perspectives pour une entreprise.

Eco-concevoir ses produits, prévenir les déchets, réduire la consommation des matières premières et les emballages, travailler en circuit court, trouver des débouchés pour les matières recyclées. En un mot comme en cent penser "cradle to cradle" ou "du berceau à la tombe" est une véritable stratégie de développement pour l'entreprise.

 

 


En savoir plus
Crédits

© auremar - Fotolia.com

A lire également

AMI recyclage et valorisation des déchets

Le 24/10/2013

L'Etat favorise le développement d'une économie circulaire en privilégiant 3 thématiques complémentaires : la gestion des déchets, la réhabilitation des sites et sols pollués et l'écoconception.

Stratégies gagnantes des PME face au renchérissement des matières premières

Le 01/10/2012

Croissance économique et épuisement des ressources augmentent le coût des matières premières. Les PME ont plusieurs façons de réagir : intégrer l’utilisation de matières renouvelables, recourir à l’écologie industrielle en synergie avec les entreprises voisines, opter pour l’éco-conception ou l'économie de fonctionnalité.

Thierry Varlet, Breizpack

L’emballage face à la hausse du coût des matières premières : 3 questions à Thierry VARLET du réseau BREIZPACK

Le 13/09/2012

La filière emballage apporte de nombreuses solutions pour le traitement de ses produits en fin de vie (biodégradabilité, recyclage,…). En revanche, la hausse du prix des matières premières ne semble pas déclencher pour l’instant un recours significatif aux matières biosourcées. Thierry Varlet, Chef de projet BREIZPACK nous apporte son décryptage. [...]