Electrique et composites : BMW confirme ses intentions à travers son i3

Le 13 décembre 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Lors du salon de l’automobile de Los Angeles qui s’est clôturé le 9 décembre dernier, BMW a profité de l’occasion pour dévoiler une version « coupée » de son futur véhicule électrique i3 et ainsi confirmer ses intentions en matière de véhicules électriques et de composites.

Une approche globale et maitrisée de la chaîne de valeur de la fibre de carbone

Depuis son partenariat industriel stratégique avec SGL Carbon, BMW a fait le choix de maîtriser dans sa globalité la fabrication des fibres de carbone nécessaires à la réalisation de la carrosserie de ses futurs véhicules de la gamme i.

Ce choix, qui s’est traduit par un investissement global de 530 millions d’euros, apporte au constructeur, selon ses propres dires, un avantage qu’il considère comme "compétitif". Au cours de l’année 2013, la production de fibre de carbone de BMW devrait ainsi atteindre 3000 tonnes/an, soit 8% du marché mondial, preuve que ce dernier en est encore à ses balbutiements. A noter que BMW se laisse également la possibilité de revendre un éventuel surplus de production à des tiers.

Une version "coupée" du i3 qui annonce des éléments de la version de série

Après avoir jusqu’alors présenté une version 4 portes de sa tout électrique/composite i3 dont le lancement est prévu fin 2013, BMW a profité du salon de Los Angeles pour présenter une version 3 portes à la silhouette quelque peu modifiée. Présentées en version transparente au salon de Paris en septembre dernier, les portes du véhicule sont désormais en plastique renforcé en fibres de carbone dans une logique sécuritaire et d’allègement du véhicule.

En matière de services connectés, le système "ConnectedDrive" présenté intègre une carte Sim et propose notamment une fonction de localisation/réservation de bornes de recharge de manière interactive et ergonomique : la pression d’un simple bouton suffit. Des informations concernant le trafic en temps réel sont également disponibles et les interactions avec le smartphone du conducteur sont conçues pour se prolonger hors du véhicule, en continuant le guidage à pied du conducteur ou en lui proposant un service de transports en commun à proximité.

 

Avec 25 nouveaux modèles électriques ou hybrides présentés, le salon de Los Angeles traduit l’appétence croissante du marché américain pour ce type de véhicules. Le choix de BMW de présenter une version « coupée » de son i3 prouve en tout cas que ce marché fait partie des cibles du constructeurs pour sa future gamme électrique/composite.

Compte tenu de la part très significative de carbone dans ses futurs modèles, le choix de BMW d’assumer l’ensemble du processus de fabrication des fibres de carbone peut paraître logique, reste à voir si cette option permettra à BMW d’être compétitif en termes de prix au lancement de sa gamme.

A lire également

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.