La certification OEA progresse en France et à l'étranger

Le 05 décembre 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
4 ans après sa mise en place, ce label a déjà séduit près de 800 sociétés françaises, dont près des 2/3 ont choisi le certificat full.

4 ans après sa mise en place, ce label a déjà séduit près de 800 sociétés françaises, dont près des 2/3 ont choisi le certificat full. Notre pays se situe ainsi au 3ème rang au niveau européen, derrière les Pays-Bas (1 250), mais très loin de l'Allemage qui, avec près de 6 000 certificats, totalise à elle seule la moitié du total de l'Union Européenne.  

 

Des accords de reconnaissance mutuelle toujours plus nombreux, aujourd'hui

Plusieurs pays ont déjà signé des accords de reconnaissance mutuelle avec l'Union Européenne: la Suisse, la Norvège, le Japon (juillet 2010) et dernièrement les Etats-Unis (mai 2012). La fluidification accrue des flux qui résultera de cet accord ne sera toutefois complètement opérationnelle qu'à la mi-2013, avec la mise en place d'un "corridor vert".

Annoncée dans un premier temps pour la fin de cette année, la conclusion d'un accord avec la Chine est reportée au plus tôt pour l'été 2013. Cette reconnaissance mutuelle avec l'UE constituerait une avancée considérable dans la mesure où:

  • les échanges bilatéraux ont totalisé 430 milliards d'euros en 2011,
  • elle faciliterait la vie quotidienne de nos exportateurs, suite à l'allègement important des contrôles administratifs dans ce pays.

Et demain

Parmi les prochains candidats à la reconnaissance mutuelle de l'UE figurent le Canada, la Corée du sud, Singapour et le Mexique; puis l'Inde, la Nouvelle Zélande, l'Afrique du Sud, le Brésil, les pays du Maghreb ainsi que certains pays d'Europe de l'Est.

La multiplication des accords de reconnaissance avec des pays étrangers va encore renforcer l'intérêt pour nos exportateurs vers des pays tiers d'obtenir ce sésame. Il serait par contre souhaitable que davantage de chargeurs engagent cette démarche, qui ne représentent aujourdhui que 20% environ du total des entreprises certifiées. Or, le retour d'expériences d'un certain nombre d'entreprises certifiées a bien mis en valeur que cette démarche avait eu, au-delà des aspects douaniers, des conséquences positives sur leur organisation globale.

A lire également

Logistique, transport, supply chain : la blockchain va changer votre métier !

Le 28/11/2016

La 1ère Conférence Nationale Blockchain et Supply Chain a eu lieu le 23 novembre : point de vue sur la manière dont cette nouvelle technologie va bouleverser en profondeur la performance et les métiers de la logistique, du transport et de la supply chain.

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15/04/2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

Le transport de marchandises « s’uberise », le marché se déstabilise

Le 18/02/2016

Quand le collaboratif devient marchand, c’est l’uberisation. Et cette vague de transformation numérique (BlablaCar, Air B&B, etc.) atteint aussi le secteur du transport de marchandises : comment ? Pourquoi ? Que faire ?