Resto’Zen : gestion du bruit en restauration collective scolaire

Le 05 décembre 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Elior Restauration vient de lancer un nouveau concept de restauration scolaire pour lutter contre les nuisances sonores et proposer un environnement calme sur le temps du déjeuner.

Le concept Resto’zen repose sur une collaboration avec un cabinet acoustique pour proposer des aménagements de l’espace :

  • Conception du restaurant pour optimiser les déplacements et fluidifier la circulation
  • Mise en place de cloisons acoustiques mobiles pour limiter la propagation du son
  • Installation de plafonds suspendus pour limiter la hauteur
  • Pose de revêtements de sol souple …

 

 

Au delà du mobilier, Elior Restauration propose des animations en partenariat avec l’association Ecophylle pour éveiller les enfants au son et à ses conséquences sur la santé : mesures du son grâce à des sonomètres, expériences pour comprendre l’ouïe, test du niveau sonore des MP3, etc.

Se recentrer sur l’acte alimentaire

Cette réponse d’Elior à la problématique du bruit dans les cantines fait écho à une étude menée par la CLCV et la DGAL en 2009 sur la « Perception et les  attentes des  parents et enfants concernant la restauration scolaire ».

Celle-ci mettait en avant une perception négative par les jeunes (tant en primaire qu’en secondaire) des nuisances sonores ressenties dans les restaurants scolaires.

Zen 2

Zen 3

 

Selon un rapport de l’Ademe, le bruit souvent atteint par les cantines scolaires est de 85 décibels lors du repas de midi. Ce seuil est identifié comme le seuil de risque auditif (cf diagramme ci-joint).

 

 

Pourtant, dans l’étude menée par la CLCV, la qualité de l’assiette semble être  au rendez-vous. La perception positive est nettement supérieure en primaire qu’en secondaire, mais même ces élèves plus exigeants sont globalement satisfaits.

Zen 4

A l’heure où la nutrition santé envahit les préoccupations alimentaires, les solutions visant à recentrer le moment du déjeuner sur le plaisir, le goût, la découverte des saveurs… sont les bienvenues. Les premiers résultats sur les restaurants qui ont été aménagés montrent que l’attitude des enfants a changé. Ils sont plus calmes lors du repas. Ils reprennent les cours moins excités après le déjeuner. L’approche est intéressante et peut permettre d’optimiser d’autres initiatives lors de ce temps du déjeuner comme la mise en avant des produits Bio, de saison, locaux, … en utilisant cette « zen’attitude » pour interpeller la curiosité des enfants.

A lire également

Restauration collective : les derniers chiffres clés 2016 et les tendances à venir

Le 09/05/2017

La restauration collective représente 23.8 % de la RHD, avec 20 milliards d'euros de CA. Population scolaire en augmentation, vieillissement de la population, durées de séjour diminuées, dynamique du trafic aérien, mais aussi évolution des habitudes de consommation offrent de nouvelles perspectives à la restauration collective.

Les nouvelles recommandations Anses, des impacts en IAA ?

Le 27/04/2017

L'Anses a publié les nouvelles recommandations nutritionnelles en terme de santé publique. De nouvelles catégories d’aliments, des contaminants alimentaires repérés et des habitudes alimentaires observées déterminent des objectifs de fréquence et de portions de consommation. Ces nouveaux repères ne seront pas sans conséquence pour le foodservice.

Restauration hospitalière en mutation ? Une offre différente pour l'ambulatoire de l'Institut Gustave Roussy

Le 18/04/2017

L’institut Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe, s’est associé à Alexandre Bourdas, chef doublement étoilé du SaQuaNa, et à Elior, le numéro 1 français de la restauration collective, pour proposer une offre différente en service ambulatoire : plats froids, quantité réduite, goût du produit brut.